Fermer

Vivre plus sainement?

Le café est bon pour la peau

Des chercheurs américains fournissent une raison supplémentaire de boire du café: il diminue le risque de rosacée (couperose), une gênante affection cutanée chronique. Cependant, toutes les variétés de café n’ont pas la même efficacité.

La rosacée ne passe pas inaperçue: elle se manifeste par l’apparition de taches rouges au milieu du visage et par l’inflammation de la peau. Parfois, il se forme aussi des nodules ou des pustules, ou le nez gonfle et devient progressivement bulbeux.

Ne manquez plus aucun sujet traité par iMpuls: abonnez-vous à notre newsletter.

Des scientifiques américains ont trouvé un remède savoureux contre cette affection cutanée chronique: les femmes qui boivent au moins quatre tasses de café par jour ont un risque de souffrir de rosacée inférieur d’environ 25 pour cent par rapport à celles qui n’en consomment que rarement.

L’influence du chocolat et du cola

Cependant, cette corrélation entre consommation de café et fréquence de la rosacée ne concerne pas le café décaféiné. Le thé riche en caféine, le cola ou le chocolat ne semblent pas non plus avoir une influence sur la rosacée, qui touche typiquement les femmes âgées de plus de 30 ans.

Jusqu’à présent, on ne savait pas bien si le café était plutôt nuisible ou bénéfique pour cette affection cutanée. En effet, tout ce qui entraîne le rougissement de la peau, par exemple les plats épicés ou les boissons chaudes, peut favoriser la rosacée. Le café était donc souvent déconseillé aux personnes concernées.

Plus de 80 000 participants

Depuis 1991, dans le cadre de la vaste «Nurses Health Study», les chercheurs interrogent, tous les quatre ans, plus de 80 000 femmes tant sur leurs habitudes en matière de nourriture et de boisson que sur leurs maladies. Ils peuvent ainsi découvrir des corrélations qui étaient méconnues jusqu’alors. Cette étude ne peut pas répondre à la question de savoir si le café lui-même est si bénéfique contre la rosacée ou s’il existe un autre facteur inconnu lié à la consommation.

Source: «JAMA Dermatology»

de Dr med. Martina Frei,

publié le 07.03.2019


Cela pourrait également vous intéresser:

S’abonner à la newsletter et gagner un bilan de santé de medbase

S'abonner