Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Les châtaignes, un en-cas pauvre en matière grasse

N’hésitons pas à céder à cette délicieuse odeur! Les marrons chauds figurent parmi les en-cas les plus pauvres en matières grasses. Ils sont les compagnons parfaits pour votre prochaine promenade automnale.

A première vue, les marrons dodus et ronds semblent bourratifs. Et quand on les déguste, ils laissent un petit goût sucré en bouche. Toutefois, cette première impression est trompeuse. Lorsqu’à l’automne, il émane de nombreux stands une douce odeur grillée dans les villes et sur les marchés, les personnes soucieuses de garder la ligne pourront aussi craquer en toute bonne conscience.

Voici les atouts des châtaignes

Expérience gustative

Le processus de cuisson transforme l’amidon en sucres. C’est ainsi que les châtaignes obtiennent ce petit goût de noisette qui permet quelques très belles associations culinaires.

  • Pommes
  • Poires
  • Champignons
  • Radis
  • Sauge
  • Gibier
  • Lard
  • Fromage de chèvre
  • Pommes de terre 

Si on les compare à des fruits à coque (d’un point de vue botanique, ce sont à la fois des fruits à coque et des graines), leur faible teneur en matières grasses de 1.5 grammes aux 100 grammes saute aux yeux. A titre de comparaison: des fruits à coque comme les amandes ou les noix atteignent allègrement les 50 à 60 grammes de lipides aux 100 grammes. Les «marrons chauds» font partie des en-cas les plus pauvres en graisses.

Les marrons sont exempts de gluten et conviennent donc aux personnes souffrant d’intolérance à cette substance. Selon la communauté d’intérêt pour la maladie cœliaque, ils sont utilisés pour remplacer les céréales contenant du gluten, notamment dans des farines spéciales, des pâtes et du pain. De plus, les châtaignes sont très riches en potassium et en acide folique.

La châtaigne: la pomme de terre du Tessin

Les précieux nutriments des châtaignes sont certes également contenus dans les vermicelles, mais uniquement si on se donne la peine de confectionner soi-même la purée et que l’on renonce ainsi à un excès de sucre. Les repas tels que les vermicelles faisaient autrefois partie du quotidien de la population pauvre du canton du Tessin durant les longs mois d’hiver – bien entendu sans sucre vanillé. Les châtaignes assuraient alors en grande partie sa survie. 

(Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Savourez l’automne dans toute sa diversité

Vers le dossier

Avoir le ventre plein en hiver

Dans les vallées clairsemées du canton du Tessin, on a longtemps considéré que posséder un châtaignier par personne permettait de passer l’hiver car celui-ci offrait un rendement suffisant et assez de nourriture pour au moins trois mois d’hiver. Les plats réalisés à partir des fruits de ces arbres populaires font partie de la «cucina povera», la cuisine des pauvres, qui était très monotone. Dans le Tessin, on ne servait rien d’autre que des marrons bouillis ou grillés matin, midi et soir.

Chauds de préférence

Aujourd’hui, la châtaigne est considérée comme un produit fin. Chez beaucoup d’entre nous, la première bouchée réveille les souvenirs de l’hiver qui s’approche. La saison des châtaignes débute en septembre et se finit en mars. Les meilleurs marrons sont disponibles à partir de fin octobre. On peut les trouver frais, mais aussi sous forme de purée, surgelés, en conserve ou en flocons. Mais ce sont incontestablement les marrons chauds fraîchement grillés qui ont le plus la cote.

Quelques informations intéressantes sur la châtaigne

Les marrons et les châtaignes (Castanea sativa) poussent sur des châtaigniers dont il existe plus de cent variétés différentes. Les marrons sont des châtaignes qui ont été cultivées spécialement pour la consommation et qui doivent satisfaire certaines exigences qualitatives. Les marrons sont plus nobles, plus chers, plus charnus et plus ronds que la châtaigne traditionnelle.

Les marrons ou les châtaignes ramassés soi-même ou venant d’être achetés conservent leur fraîcheur environ une semaine lorsqu’ils sont placés dans un sac en papier au sein du bac à légumes du réfrigérateur; ils peuvent aussi être congelés. On peut également les préparer au four. Pour cela, il convient de les faire tremper préalablement dans de l’eau et de les inciser, puis de les placer sur une plaque de four préchauffée et de les cuire pendant 10 à 15 minutes.

Tableau des valeurs nutritives

Nutriment

Pour 100 g (6 – 7 pièces)

Couverture en pourcentage des besoins journaliers 

Énergie

198 kcal  

Glucides

42 g  

Protéines 

3 g  

Matières grasses

1,5 g  

Fibres alimentaires

1,4 g

5%

Vitamine B1 (thiamine)

0,02 mg

2%

Vitamine B2 (riboflavine)

0,11 mg

10% pour les femmes
8% pour les hommes

Vitamine B6 (pyridoxine)

0,35 mg

30% pour les femmes
23% pour les hommes

Niacine

1,1 mg

9% pour les femmes
7% pour les hommes

Folates

58 µg

20%

Vitamine C

33 mg

35% pour les femmes
30% pour les hommes

Potassium

380 mg

10%

Calcium

18 mg

2%

Magnésium

31 mg

10% pour les femmes
9% pour les hommes

Phosphore

59 mg

8,5%

Fer

2,1 mg

14% pour les femmes
21% pour les hommes

Zinc

1 mg

14% pour les femmes
10% pour les hommes

Source: naehrwertdaten.ch

de Claudia Vogt et Pia Teichmann,

publié le 08.09.2017, ajusté le 30.11.2020


Cela pourrait également vous intéresser:

S’abonner à la newsletter et gagner un an de courses pour Fr. 3’000

S'abonner
geschenk-icon.jpg