Allergie au soja

L’allergie au soja va souvent de pair avec une allergie aux cacahouètes ou au pollen de bouleau et elle peut se développer en bas âge. Elle nécessite de renoncer totalement aux graines de soja et aux produits en contenant.

Occurrence

Une allergie au soja peut apparaître chez les enfants en bas âge déjà. Les adolescents et les adultes allergiques au pollen de bouleau ont également tendance à développer une allergie au soja (allergie alimentaire associée au pollen).

La cacahuète et la fève de soja appartenant à la même famille botanique, celle des légumineuses, les allergies aux cacahuètes et au soja sont souvent conjointes.

Symptômes possibles

  • Démangeaisons, brûlures, sentiment d’âpreté dans la bouche (syndrome allergique oral)
  • Vomissements, nausées, diarrhée
  • Urticaire, œdème de Quincke
  • Rhume allergique, irritation des muqueuses
  • Crise d’asthme, détresse respiratoire
  • Vertiges, sentiment d’oppression
  • Choc anaphylactique (état de choc grave, arrêt cardio-respiratoire)
  • Recommandations alimentaires

Il convient de renoncer de manière conséquente aux fèves de soja et aux produits qui en son issus. En font notamment partie:

  • Farine de soja, pâtes à base de soja
  • Flocons de soja
  • Boissons au soja et produits apparentés (p. ex. yogourt au soja, crème de soja, etc.)
  • Tofu
  • Pousses de soja, pousses de haricots mungo
  • Sauce soja
  • Concentrés de soja (p. ex. pâte de condiment miso, pâte de soja)
  • Granulé de soja, tempeh

Tenez compte des indications sur les emballages. Les fèves de soja et les produits issus des fèves de soja doivent toujours figurer dans la liste des ingrédients, même s’ils ne sont présents qu’en très petites quantités.

Des traces de soja peuvent également se retrouver par inadvertance dans un produit, au cours du processus de fabrication. Parfois, c’est tout simplement inévitable. La présence éventuelle de traces de soja doit faire l’objet d’un avertissement (p. ex. «peut contenir du soja») dans la mesure où la valeur limite déterminée par la loi (1 g par kg) est dépassée ou pourrait l’être. Si les traces de soja sont inférieures au seuil limite prescrit par la loi, un avertissement volontaire est tout de même possible.

La lécithine, un cas à part

L’additif lécithine (E322) est généralement produit à base de soja. Il est déclaré comme tel dans la liste des ingrédients (p. ex. «émulsifiant E322 (à base de soja)»). Cependant, la lécithine de soja ne provoque normalement pas de réactions allergiques.

L’huile de soja, un cas à part

En règle générale, l’huile de soja entièrement raffinée est bien tolérée par les personnes allergiques. L’huile de soja entièrement raffinée n’est pas considérée comme un allergène par la législation sur les denrées alimentaires. Elle peut donc être déclarée comme «huile végétale» dans la liste des ingrédients d’un produit.

Allergie croisée cacahuètes et lupin

Comme la cacahuète, le lupin fait partie de la famille des fruits à coque. Il est cultivé depuis longtemps dans les pays méditerranéens. Les graines sont utilisées comme aliment pour les animaux et les humains.

Ces dernières années, l’industrie alimentaire s’est mise à utiliser le lupin de manière de plus en plus variée. Ses graines ont un goût de noix, lient les liquides et permettent d’obtenir des produits de boulangerie aux pores fins, qui se dessèchent moins rapidement. La farine de lupin est en outre utilisée comme liant dans d’autres groupes de denrées alimentaires.

En raison de la similitude des protéines, les personnes allergiques aux cacahuètes et au soja peuvent développer une allergie croisée au lupin. En présence de pareille réaction croisée, il est indispensable de noter la présence de lupin dans la liste des ingrédients et de renoncer à consommer l’aliment en question. Le lupin et les produits à base de lupin doivent être déclarés comme les cacahuètes.

Publié le 27.06.2017


Cela pourrait également vous intéresser: