Fermer

Vivre plus sainement?

Moins de douleurs avec un régime sans gluten

Changer d’alimentation serait susceptible d’aider les personnes qui ne tolèrent pas le gluten et qui souffrent de douleurs neuropathiques.

Une intolérance au gluten ne se traduit pas «uniquement» par une diarrhée après avoir consommé des aliments contenant ce que l’on appelle la protéine du gluten. Elle peut également se traduire par des troubles nerveux – parfois même sans problèmes digestifs associés.

On compte par exemple parmi ces troubles nerveux des problèmes d’équilibre, de mémoire, ou encore des maladies neurologiques touchant les jambes. Cette dernière «neuropathie» s’accompagne souvent de douleurs tenaces.

Des tests en laboratoire se sont révélés «positifs»

Un régime sans gluten réduit d’environ 90 pour cent la probabilité de ressentir de telles douleurs. C’est ce qu’ont découvert des neurologues britanniques, qui ont interrogé 60 patients souffrant d’une intolérance au gluten et d’une neuropathie au sujet de leurs douleurs et de leur alimentation.

Ne manquez plus aucun sujet traité par iMpuls: abonnez-vous à notre newsletter.

Les 60 personnes avaient toutes des anticorps contre le gluten dans le sang, et certaines également des problèmes digestifs. Elles étaient âgées de 70 ans en moyenne.

Une différence frappante

Sur les 33 patients qui souffraient de douleurs, seul un sur cinq observait un régime alimentaire sans gluten. En revanche, chez les 27 autres patients qui ne ressentaient aucune douleur, au moins un sur deux ne consommait pas de gluten.

La différence est frappante, mais elle ne constitue pas encore une preuve. Les médecins britanniques qui ont présenté l’étude au congrès de l’Académie Américaine de Neurologie considèrent pourtant ces résultats comme très prometteurs. Selon la conclusion provisoire, une modification assez simple du régime alimentaire peut à la fois réduire le risque de douleurs en cas de neuropathie liée au gluten et atténuer les symptômes douloureux qui y sont associés.

Source: «Journal of Neurology»

de Dr med. Martina Frei,

publié le 12.12.2018


Cela pourrait également vous intéresser: