Fermer

Vivre plus sainement?

L’ABC des édulcorants

Le sucre a longtemps été considéré comme mauvais dans l’alimentation. Les consommateurs sont aujourd’hui à la recherche d’alternatives. Quoique beaucoup plus sucrés, ces produits ne sont pas meilleurs pour la santé. Un aperçu.

Les édulcorants artificiels ont un pouvoir sucrant 30 à 3000 fois plus élevé que le sucre, et moins de calories. Toutefois, ils sont suspectés de stimuler la faim. Quoi qu’il en soit, les édulcorants de synthèse que nous utilisons couramment sont en partie bien différents. L’essentiel en bref:

Acésulfame-potassium

C’est une substance solide blanche, également soluble dans l’eau froide. Il peut aussi être utilisé en cuisine et en pâtisserie du fait de sa haute résistance à la chaleur. D’un goût très similaire au sucre sauf à dosage élevé, il est éliminé sans processus de transformation.

Aspartame

On s’étonnera de constater que cette substance largement répandue contient aussi des calories. Néanmoins, comme elle a un pouvoir sucrant 200 fois plus élevé que le sucre, il en faut beaucoup moins pour obtenir le même effet qu’avec ce dernier. Son principal atout est d’avoir un goût similaire au sucre, mais elle ne résiste pas à la chaleur. De plus, c’est un édulcorant artificiel controversé. Les détracteurs de ce produit estiment qu’il peut avoir des effets secondaires tels que des nausées, des maux de tête, voire des réactions nerveuses ou immunitaires indésirables. On parle même de cancer. À ce jour cependant, aucune étude scientifique ne corrobore ces effets. En revanche, une chose est sûre: il peut être dangereux pour les personnes souffrant de phénylcétonurie, une maladie métabolique

Cyclamate

Édulcorant de synthèse également très répandu, le cyclamate a un pouvoir sucrant 35 fois supérieur au sucre traditionnel. Grâce à sa thermorésistance, il convient aussi à la cuisson, mais il est surtout utilisé dans les boissons sucrées ainsi que dans les aliments à teneur réduite en calories (en particulier dans les plats préparés) et dans les chewing-gums. De l’avis des médecins, on ne devrait pas en consommer plus de 11 g, or les enfants atteignent souvent ce taux avec les limonades. Avant même l’aspartame, on lui a déjà prêté un effet cancérigène. Toutefois, de nouvelles études américaines (indépendantes) n’ont pu établir de lien avec le cancer de la vessie.

Néohespéridine

Édulcorant fabriqué généralement de façon artificielle, la néohespéridine est aussi présente naturellement dans les agrumes. Disponible sous forme de poudre, résistante à la chaleur et aisément stockable, cette substance a un pouvoir sucrant considérable, 1000 fois supérieur à celui du sucre. En raison de sa petite note de réglisse ou de menthe, son goût diffère largement de celui du sucre.

Saccharine

Une substance incolore qui sucre 500 fois plus que le sucre. Comme elle peut avoir un arrière-goût amer, elle est souvent utilisée avec du cyclamate ou de la thaumatine. On estime que, combinée à certains médicaments et polluants environnementaux, la saccharine peut endommager la muqueuse de la vessie. En cas de maladies de la vessie ou de prise de médicaments, la prudence est donc de mise.

Sucralose

Cet édulcorant exempt de calories, également appelé splenda, est extrait du sucre par chloration. Il dispose d’un pouvoir sucrant 500 fois supérieur à sa substance d’origine et ne produit pas, contrairement à la saccharine, de goût amer, même à dosage élevé. Lors d’expérimentations animales, un grossissement du foie ou des reins a été constaté après des modifications métaboliques. Toutefois, cette constatation ne peut être que difficilement transposée à l’être humain.

Stevia

Dotée d’un pouvoir sucrant nettement supérieur à celui du sucre classique, la stevia a aussi une note amère, de sorte qu’elle convient beaucoup mieux comme adjuvant aux boissons que dans la cuisine. Cet édulcorant est beaucoup moins calorique que le sucre classique et que son agent actif, la saccharose. Pour le reste, on ne saurait lui attribuer d’avantages particuliers.

Thaumatine

Édulcorant naturel à l’origine, tout comme la néohespéridine, la thaumatine peut être obtenue à partir des fruits mûrs d’une plante tropicale, le katemfe. Aujourd’hui clonée et reproductible de façon relativement simple, elle a un pouvoir sucrant 2000 à 3000 fois supérieur à celui du sucre. Elle est plus souvent utilisée comme exhausteur de goût que comme édulcorant. Selon les études disponibles, elle est sans danger pour la santé.

Publié le 06.11.2017,

de Reto Meisser


Cela pourrait également vous intéresser: