Fermer

Vivre plus sainement?

8 «superaliments» en comparaison

Qu’est-ce qui est plus sain en réalité? Superaliments importés et tendance ou plantes et fruits locaux? Nous faisons la comparaison et vous informons si les variétés régionales sont aussi excellentes.

Dans les studios de fitness, les cercles d’entraînement, les groupes de yoga et les cours de cuisine, les propriétés miraculeuses des superaliments sont matière à discussion. Et ils sont omniprésents, que ce soit sous forme de Superbowl, de smoothies, de barres énergétiques ou de snacks.

«Bidon» ou vérité?

Le thé matcha japonais, par exemple, stimulerait la combustion des graisses, le miel manuka de Nouvelle-Zélande protégerait contre le rhume. Les graines de chia mexicaines et les baies de goji et d’açai, venues de Chine et d’Amazonie, seraient de vraies merveilles nutritionnelles. Et le quinoa, originaire des Andes, est aussi soi-disant de loin supérieur, à bien des égards, à nos sources d’amidon indigènes. Tout cela n’est-il que du «bidon» ou ces affirmations contiennent-elles une once de vérité? Nous faisons la comparaison.

Comparatif

Baies de goji vs framboises: le match des super baies

goji-beeren.jpg
goji-beeren.jpg

La baie du nerprun bourdaine a une densité relativement élevée de nutriments précieux tels que diverses vitamines. De plus, les baies de goji séchées sont riches en fibres et une source de protéines végétales. Mais les baies de goji ont un goût inhabituel, et donc différent des baies locales.

himbeeren.jpg
himbeeren.jpg

Ces représentants locaux offrent parfois des concentrations encore plus élevées de nutriments. Surtout lorsqu’ils arrivent dans l’assiette fraîchement cueillis. Les baies exotiques ont souvent un long voyage derrière elles. Des substances précieuses peuvent être perdues au cours du trajet.

Açai vs myrtille: quelle baie en fait le plus?

acai-beeren.jpg
acai-beeren.jpg

Ce fruit provenant d’un palmier regorge effectivement de substances nutritives… mais aussi de calories. D’une teneur élevée en lipides, en protéines et en fibres, il a un bon effet rassasiant.

heidelbeeren.jpg
heidelbeeren.jpg

Bien que nettement moins caloriques, les myrtilles présentent une composition de vitamines semblable à celle des baies d’açaï. Certes, elles contiennent moins de protéines et de bons lipides, mais les besoins dans ce domaine peuvent facilement être couverts par des fruits secs locaux.

Graines de chia vs graines de lin: bons fournisseurs d’oméga 3

chia-samen.jpg
chia-samen.jpg

Les graines de chia contiennent une grande quantité de fibres alimentaires, ont une teneur élevée en bonnes graisses (acides gras polyinsaturés) et sont une source de protéines.

Leinsamen
Leinsamen

Les graines de lin recèlent un peu moins d’acides gras oméga 3. Pour le reste, leur composition est similaire à celle des graines de chia.

Quinoa vs épeautre: glucides d’ici et d’ailleurs

Quinoa
Quinoa

Cette plante herbacée de la famille des amarantes fournit des graines dont la composition nutritive est, à bien des égards, supérieure à celle du blé.

dinkel.jpg
dinkel.jpg

Comparé au quinoa, l’épeautre fournit plus de fibres, autant de fer et de zinc, mais moins de calcium, de magnésium, de protéines et de bons lipides. Par ailleurs, il contient du gluten, contrairement au quinoa, et il peut donc causer des réactions croisées chez les personnes allergiques aux graminées.

Les plantes indigènes supportent la comparaison

Pour répondre à cette question, il faut examiner de plus près la valeur nutritive de ces aliments. Bonne nouvelle: framboises, myrtilles et autres baies supportent la comparaison avec les superaliments. Ces derniers sont parfois surestimés car les indications sur les substances nutritives qu’ils contiennent ne portent pas sur le produit non traité, mais sur les extraits que l’on en tire sous forme de poudre ou de comprimés, dont l’eau a été retirée, ce qui entraîne automatiquement une concentration des substances. Si l’on séchait et pulvérisait carottes ou brocolis, on obtiendrait même parfois une concentration en substances nutritives plus forte que dans bien des extraits de superaliments. (Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Avec les produits locaux, vous avez tout à gagner

Les graines de chia contiennent de précieuses graisses et protéines

«Superaliments»: de quoi s’agit-il exactement?

Il n’existe pas de définition officielle de «superaliment». Qu’ils soient nouveaux ou connus de longue date, locaux ou originaires de pays lointains, le point commun des superaliments est d’être tendance et perçus comme particulièrement sains. En général, ils présentent effectivement un taux particulièrement élevé de substances précieuses telles que des vitamines, des sels minéraux, des métabolites végétaux secondaires ou des fibres alimentaires. Toutefois, un seul aliment ne peut pas répondre à lui seul aux grands espoirs éveillés par le terme «superaliments», mais ceux-ci contribuent à apporter des substances bénéfiques à l’organisme.

Et pourtant: non seulement les graines de chia semblent très saines, mais elles sont en réalité une bonne source de fibres, d’excellentes graisses et de protéines. Pour bien utiliser les superaliments, la solution n’est donc pas la rigidité mais la souplesse. Depuis que le monde est devenu un village, les nouvelles denrées alimentaires font rapidement partie de notre nourriture quotidienne. De nombreux superaliments sont peu exigeants et s’accommodent facilement du climat suisse.

Cela facilite leur intégration comme plantes cultivées. Et ces nouveaux fruits et légumes, graines et céréales sont bien sûr pour nous un enrichissement. Ils élargissent notre diversité culinaire, nous font voyager et flattent nos sens avec des saveurs inconnues jusque-là. Un émincé à la zurichoise au quinoa? Une polenta à l’amarante? Un pied de goji dans le jardin ouvrier? Tout est possible.

Des superaliments à Migros

de Dr med. David Fäh et Pia Martin,

publié le 02.11.2018


Cela pourrait également vous intéresser: