Fermer

Vivre plus sainement?

Le cuivre – l’oligoélément oublié

Lorsque l’on parle d’une alimentation saine, il est toujours question de certains sels minéraux, mais jamais du cuivre. Pourtant, ce dernier est indispensable au bon fonctionnement du métabolisme.

Le cuivre compte parmi les oligoéléments essentiels. Bien qu’on ne le trouve qu’en très faibles quantités, il est vital pour nous. L’organisme humain stocke entre 80 et 100 mg de cuivre, principalement dans le squelette, et en petites quantités aussi dans les muscles, les organes et le cerveau. Le cuivre est assimilé via le tractus gastro-intestinal. Le foie est responsable de son assimilation et de sa concentration dans le sang. Lorsque nous absorbons trop de cuivre, le foie pilote l’élimination de ce dernier.

Formation du sang et des nerfs

En tant que composant de diverses enzymes, le cuivre participe au bon fonctionnement de notre métabolisme. Il est nécessaire à la formation des globules rouges ainsi que de substances messagères pour le système nerveux. Il aide à l’approvisionnement des cellules en énergie (respiration cellulaire) et joue un rôle important dans le métabolisme ferrique. Sa fonction antioxydante permet de renforcer notre système immunitaire et aide à la cicatrisation des plaies.

Les besoins exacts en cuivre ne sont pas encore connus. La Société Suisse de Nutrition donne par conséquent uniquement des estimations concernant les apports. Ces valeurs se situent entre 1,0 et 1,5 mg par jour. (poursuivez votre lecture ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Le chocolat et les fruits à coque sont très riches en cuivre

Les besoins journaliers de 1 mg sont présents dans les aliments suivants:
  • 25 g de cacao 
  • 25 g de graines de sésame 
  • 30 g de noix de cajou 
  • 100 g de chocolat noir 
  • 110 g d’huîtres
  • 130 g de lentilles, sèches 
  • 410 g de pain au froment complet

Source: Société Suisse de Nutrition (SSN)

On trouve du cuivre dans les denrées alimentaires tant d’origine animale que végétale. La plupart des aliments n’en contiennent que des traces. Le foie, les produits à base de cacao, les fruits à coque, les graines et certains crustacés sont particulièrement riches en cuivre.

Les carences sont rares

Il n’existe pas suffisamment de données scientifiques sur l’assimilation du cuivre. On part du principe que dans le cadre d’une alimentation normale, les symptômes de carence sont rares. Dans le cadre d’une alimentation déséquilibrée avec beaucoup de produits à base de farine fleur, beaucoup de viande et peu de céréales complètes, l’approvisionnement en cuivre est plutôt faible. Les symptômes d’une carence en cuivre sont l’anémie, les fractures osseuses dues à l’ostéoporose, une pigmentation réduite de la peau et des cheveux et des troubles du système nerveux.

La dose journalière maximale pouvant être tolérée a été fixée à 5 mg. Etant donné que le foie régule précisément le métabolisme du cuivre, un surdosage est quasiment impossible. On l’observe uniquement en présence de maladies congénitales spécifiques.

de Claudia Vogt,

publié le 11.01.2018


Cela pourrait également vous intéresser: