Fermer

Vivre plus sainement?

La vitamine D contre les infections

Pour nous protéger des virus de la grippe, le système immunitaire a besoin de vitamine D. Des dosages élevés ne sont pas nécessaires. Des promenades et quelques compléments alimentaires suffisent généralement.

Tous les hivers, c’est le même refrain: nez bouché, mal de gorge, otite ou, dans le pire des cas, un vrai virus de la grippe. Il semble que la saison froide permette à ces virus de pénétrer très facilement dans le corps humain. Les causes d’une telle vulnérabilité ne sont pas encore définitivement tirées au clair. Mais les chercheurs s’en tiennent à une théorie: en raison de l’ensoleillement réduit, le corps produit moins de vitamine D en hiver. L’importance de cette vitamine pour le système immunitaire est bien connue. En cas de carence, le système immunitaire est affaibli et devient beaucoup plus sensible aux virus.

Difficile de stocker la vitamine D

heike-bischoff-ferrari.jpg
heike-bischoff-ferrari.jpg
Prof Dr Heike Bischoff-Ferrari, médecin diplômé

Professeur de gériatrie et de recherche sur le vieillissement, et responsable du centre de traumatologie gériatrique à l’Hôpital universitaire de Zurich.

Une chose est claire: en été, le corps produit beaucoup de vitamine D en raison de sa forte exposition au soleil. A l’université d’Oslo, D. Johan Mohan effectue depuis plus de 30 ans des recherches sur la vitamine D avec son équipe. Il déclare: «La vitamine D fait l’effet d’un antibiotique et renforce le système immunitaire». La part d’UV de la lumière du jour stimule la production de vitamine D dans l’épiderme. Le corps obtient de la vitamine D à raison de 80-90% de cette façon. Il n’absorbe que peu de vitamine D directement, c’est-à-dire par l’alimentation.

Dans les mois d’hiver cependant, le soleil est trop bas pour assurer une production suffisante. «La demi-vie de la vitamine D n’est que de trois à six semaines, de sorte que même un été très ensoleillé ne pourra pas nous aider en hiver», explique Heike Bischoff-Ferrari, l’experte suisse en vitamine D de l’hôpital universitaire de Zurich. De novembre à fin avril, l’intensité solaire est trop réduite en Suisse pour produire suffisamment de vitamine D dans notre peau. «La carence en vitamine D est donc très marquée en hiver, plus de 50% des individus – indépendamment de leur âge – sont concernés.» L’effet protecteur fait défaut.

 

Davantage de fractures osseuses par manque de vitamine D

Du fait de la sensibilité aux infections, mais aussi à cause d’un risque accru de chute et de fracture osseuse chez les personnes âgées, il y a lieu d’éviter les carences en vitamine D, conseille le médecin. Les personnes en fort surpoids sont souvent touchées par cette carence car elles ont tendance à accumuler cette vitamine dans les tissus adipeux. Viennent s’y ajouter les personnes qui ne sortent que rarement, les femmes enceintes ainsi que les patients souffrant de maladies rénales ou hépatiques chroniques. De telles personnes, qui souffrent souvent d’infections, devraient faire déterminer leur niveau de vitamine D par le médecin.

Publié le 27.09.2017,

de Andreas Grote


Cela pourrait également vous intéresser: