Fermer

Vivre plus sainement?

Pourquoi certaines personnes sont-elles minces et d’autres obèses?

Des chercheurs sont arrivés à une conclusion surprenante: dans la plupart des cas, les gènes, les revenus et le comportement jouent seulement un rôle minime dans les différences de poids.

L’obésité est l’un des plus grands problèmes de santé à travers le monde. L’on évalue à deux milliards le nombre de personnes concernées.

Des chercheurs se sont posé la question suivante: "À quel niveau pourrait-on contrer ce problème?". L’obésité est-elle surtout due à des gènes peu favorables, ou plutôt à d’autres facteurs comme de faibles revenus ou une préférence pour des boissons sucrées?

Les gènes et le comportement pris en compte

Pour en savoir plus, les chercheurs ont interrogé et examiné près de 6 500 adultes âgés pour la plupart de 27 à 33 ans. Des analyses génétiques détaillées ont en outre été réalisées dans le cadre de cette étude.

Les calculs des scientifiques ont entre autres pris en compte le bagage éducatif des participants, leur couleur de peau, leurs revenus, la pratique éventuelle d’un sport au cours de la semaine précédant l'étude, la consommation de fast food (au cours de la semaine précédant l'étude également), la présence de gènes typiquement liés à l’obésité dans leur patrimoine génétique et leur mode de vie (en couple ou seul).

La plupart des différences sont inexplicables

Le résultat est pour le moins surprenant: seuls 11 pour cent des différences d’IMC (indice de masse corporelle) observées d’une personne à l’autre s’expliquent par les gènes, le comportement et des facteurs sociaux ou économiques. En moyenne, 90 pour cent des écarts ne peuvent s’expliquer de cette manière.

Dans la majorité des cas, les importants écarts de poids constatés d’une personnes à l’autre ont laissé les chercheurs perplexes. Leur étude présentait toutefois quelques limites.

(Poursuivez votre lecture après les encadrés…)

Pour en savoir plus sur le poids corporel

Tool

Calculateur d’IMC

Combien mesurez-vous?

cm
Dossier sur les valeurs corporelles

Une seule tranche d’âge prise en compte

Tout d’abord, seuls de jeunes adultes ont participé à l’étude. Il se pourrait donc que certains facteurs pèsent littéralement plus lourd dans la balance en vieillissant.

D’autre part, de nombreuses données étaient basées sur des affirmations individuelles non vérifiées. Enfin, une personne ayant affirmé avoir pratiqué un sport ou mangé un hamburger, par exemple, au cours de la semaine précédant l’étude n’adoptait pas forcément ce comportement le reste du temps.

Jusqu’à 13 pour cent des différences peuvent s’expliquer

Lorsque les chercheurs ont classé les analyses par sexe et par couleur de peau, ils ont découvert ce qui suit: chez les femmes blanches, les facteurs dits «socio-économiques» jouent un rôle plus important que chez les hommes.

Ces facteurs comprennent par exemple le revenu et le bagage éducatif. D’après les chercheurs, près de 6 pour cent des différences constatées dans l’IMC des femmes blanches peuvent s’expliquer de cette manière. Ajoutées aux prédispositions génétiques et à l’ensemble des autres facteurs, jusqu’à 13 pour cent des différences peuvent ainsi être expliquées.

Source: «American Journal of Epidemiology» (lien en anglais)

de Dr med. Martina Frei,

publié le 28.07.2020


Cela pourrait également vous intéresser:

Mincir, retrouver la forme et la santé? Suivez un programme et gagnez un bon

Commencer maintenant
geschenkkarte-gelb.jpg