Fermer

Vivre plus sainement?

Vivre avec 76 kilos en moins

Le jeûne a permis à Anette K. de se débarrasser de sa surcharge pondérale. Cela a complètement changé sa vie. En outre, elle n’a plus besoin de médicaments contre l’hypertension et le diabète.

Anette mit Kindern und Hund vor ihrer Fastenkur
Anette mit Kindern und Hund vor ihrer Fastenkur

Anette avec sa famille avant la cure de jeûne.

Anette K: Le 11 mai 2017, mon univers s’est écroulé. Ce jour-là, mon mari m’a dit qu’il ne pouvait plus continuer à vivre ainsi avec moi. Pour lui, «ainsi» signifiait: promener seul nos deux chiens. Aller seul à la piscine. Partir seul en vacances… Il y avait longtemps que j’avais dû renoncer à tout ça. La raison: mes 137,9 kilos. Ce n’était pas que je n’aurais pas voulu l’accompagner, mais mon poids ne me permettait pas de faire grand-chose. Par exemple la randonnée en montagne: j’étais tout de suite essoufflée. De plus, mes genoux et mes pieds me faisaient souffrir, même sur de petits trajets. Chaque année, les limitations physiques se faisaient plus sévères, au point de ne plus avoir envie d’aller courir. La surcharge pondérale a eu d’autres conséquences: à partir de 40 ans environ, j’ai dû prendre deux comprimés par jour contre l’hypertension. Et dès 45 ans, un de plus contre le diabète et un autre contre la goutte.

137,9 kilos: la famille est inquiète

Martina Frei mit Schwester Anette, die 76 Kilo durch Fasten abgenommen hat
Martina Frei mit Schwester Anette, die 76 Kilo durch Fasten abgenommen hat

Notre experte, Martina Frei, et sa sœur Anette au terme d’un régime réussi.

Martina Frei, docteur en médecine, est médecin généraliste à Zurich et en Argovie: Toute la famille s’inquiétait pour ma sœur. Et en tant que médecin, je savais que si elle ne perdait pas de poids, elle aurait très certainement de graves ennuis de santé. L’hypertension, les problèmes métaboliques et les douleurs articulaires n’étaient que des signes avant-coureurs. Infarctus du myocarde, AVC, certains types de cancers: tout cela est favorisé par la surcharge pondérale, ainsi que bien d’autres maladies. Cependant, tous les discours et propositions d’aide ne servaient à rien.

Anette K: Enfant, j’étais déjà potelée. Un facteur qui y avait contribué était la bonne cuisine de ma grand mère, qui habitait tout près. Un autre était les moments de plaisir que je m’accordais, par exemple quand j’étais contrariée: une sucrerie achetée avec mon argent de poche agissait comme une petite consolation. À cela s’ajoute que, par rapport à d’autres, je n’ai besoin que de peu de nourriture. D’autres peuvent se goinfrer sans conséquences, moi je grossis.

«Je restais coincée dans les chaises en plastique»

Pour perdre du poids, j’avais essayé le régime BLM («bouffe la moitié»), fréquenté les Weight Watchers ou mangé seulement le soir pendant des semaines. Le résultat: je perdais du poids et j’en regagnais aussitôt, surtout pendant mes deux grossesses. Avec un poids de … kilos par exemple, il n’y avait plus rien à espérer. À partir de ce moment-là, j’ai accepté la fatalité d’être grosse, avec toutes ses conséquences. Par exemple, quand mes collègues me proposaient de les accompagner dans un café sympa, je cherchais des prétextes pour refuser. Non que je n’aurais pas eu envie d’aller avec eux, mais à cause des chaises en plastique. J’y restais coincée, une situation affreusement désagréable. (Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Pour les gros, la vie quotidienne est une course d’obstacles

Anette K. mit Tochter und Hunden nach dem Fasten
Anette K. mit Tochter und Hunden nach dem Fasten

Anette K. actuellement, avec sa fille et ses chiens.

Ne pas attirer l’attention, telle était ma règle de vie. Par exemple, si quelqu’un passait devant moi dans une file d’attente, je me taisais. Je ne voulais pas risquer qu’il fasse une remarque sur mon apparence si je protestais. Le quotidien d’une femme grosse est comme une course d’obstacles. Souvent, j’entendais derrière moi les paroles désobligeantes d’étrangers. Encore plus souvent, c’était leurs regards qui en disaient long: paresseuse, asociale, indisciplinée étaient leurs reproches tacites. Pour me faire remarquer le moins possible, je portais uniquement des couleurs neutres, de préférence du noir. Je ne serais jamais montée dans un avion, car je voulais m’épargner la honte de ne pas pouvoir boucler la ceinture de sécurité sur mon ventre.

Tant que les enfants étaient petits, mon mari partait avec eux, sans moi. Mais ils ont fini par grandir un jour. C’est à ce moment-là qu’il m’a dit qu’il ne pouvait plus continuer ainsi: le sol s’est dérobé sous mes pieds. Jusque-là, je pensais que nous étions un couple merveilleux. J’ai pleuré pendant des jours et n’ai rien mangé pendant deux semaines sous l’effet du chagrin et de la panique. Les kilos fondaient.

Un jeûne intermittent, début de la réussite

Anette K. fühlt sich mit ihrem neuen Gewicht deutlich wohler.
Anette K. fühlt sich mit ihrem neuen Gewicht deutlich wohler.

Désormais plus légère, Anette K. se sent nettement mieux dans sa peau. Elle est à nouveau très active.

Je me suis alors fixé un objectif ambitieux. J’ai testé le jeûne par intervalles. Manger un jour, jeûner le suivant. J’ai aussi ensuite essayé de jeûner deux jours. Un matin de juin 2017, je me suis sentie très mal. J’avais de la peine à respirer, et je pensais que j’allais m’évanouir d’un instant à l’autre. Ma doctoresse a constaté que ma tension et mon pouls étaient trop bas, en raison d’un surdosage: j’avais continué à prendre les médicaments, mais mon organisme n’en avait plus besoin. Hypertension, diabète, taux d’acide urique trop élevé, douleurs articulaires: tout avait disparu. Ainsi encouragée, j’ai continué à jeûner.

Martina Frei: Quand j’ai entendu parler du changement radical d’Anette, la sonnette d’alarme a retenti à mes oreilles. Je lui ai conseillé de se faire suivre impérativement par un médecin et de vérifier qu’elle absorbait suffisamment de micronutriments.

Anette K: J’ai donc fait des recherches sur Google pour savoir quelles sont les substances indispensables à l’organisme. Depuis, j’absorbe chaque jour une préparation multivitaminée, des sels minéraux, des acides gras oméga-3, des acides aminés essentiels et bien d’autres choses du même genre. Au cours de cette période, ma doctoresse m’a systématiquement suivie de très près. Le soir de Noël 2017, je pesais 60,9 kilos et j’ai dîné avec ma famille, mon premier grand repas depuis longtemps. Petit à petit, j’ai trouvé la stratégie qui me correspond le mieux. En effet, je ne suis pas du genre à être rassasiée après une moitié d’assiette. Et je trouve aussi, par exemple, qu’un pudding à la crème est bien meilleur qu’un pudding au lait écrémé. (Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Comment reconnaître et combattre l’hypertension

Jeûne régulier l’après-midi

Les conseils d’Anette
  • Trouvez la stratégie qui vous convient le mieux pour perdre du poids.
  • Commencez par ce qui est le plus facile pour vous, par exemple plus aucune boisson sucrée à partir de maintenant.
  • Cherchez un médecin qui vous accompagne bien et vous examine minutieusement. Et qui n’hésite pas à parler de votre surcharge pondérale et de ses conséquences sur votre santé.
  • Il peut arriver qu’au départ, vous ayez des maux de tête, des nausées, une agitation intérieure ou que vous soyez de mauvaise humeur quand vous jeûnez. Dans ce cas, ne vous laissez pas aller à manger, mais tenez bon.
  • Habituez-vous au fait que le jeûne par intermittence nécessite une grande discipline.
  • Tenez bon lorsque vous êtes en période de jeûne. Ne goûtez pas non plus l’assaisonnement des plats lorsque vous cuisinez, ni la pâte à gâteau.
  • Prévenez vos collègues que vous n’allez rien manger lors de la réunion à venir et restez résolue. Ne mangez pas par politesse.
  • Attendez-vous à être plus énergique et à avoir moins besoin de sommeil que d’habitude les jours de jeûne. Au cours de la période «d’insomnie», il est possible de faire des choses que l’on n’a pas faites dans la journée.
  • Soyez conscient que la seule perte de poids n’est pas suffisante, bouleversez votre existence.

Je jeûne donc depuis maintenant plus d’un an, souvent les après-midi du lundi au vendredi, parfois aussi trois ou quatre jours par semaine, en fonction de ce qu’indique la balance. Les autres jours, je mange ce que j’aime et la quantité qui me plaît, sans avoir mauvaise conscience. Même si c’est une tablette de chocolat entière. Toutefois, mes goûts ont depuis évolué: aujourd’hui, j’aime beaucoup plus les légumes qu’auparavant. Avec le jeûne par intermittence, je n’ai pas seulement de l’énergie à revendre, je conserve également mon poids de 62 kilos et je me sens très bien physiquement.

J’ai même découvert le plaisir de faire de l’exercice, ce qui est entièrement nouveau pour moi. Au début, je me forçais à marcher avec l’assistance d’un fitbit. Maintenant, c’est moi qui souhaite encore en faire un peu plus après plusieurs heures de randonnée en montagne, et mon mari se plaint car il trouve qu’il a déjà assez marché.

«Une énorme discipline est nécessaire»

Martina Frei: Toute la famille est incroyablement fière de ce qu’Anette est parvenue à faire, et fait encore. Cela demande une énorme discipline. Manger peut être comme une addiction à laquelle, contrairement à l’alcool ou aux drogues, on ne peut pas échapper. En effet, l’être humain doit manger.

Anette K: Avant, je n’étais pas malheureuse, car je ne savais pas à quoi je renonçais à cause de mon surpoids, ce que l’on ne connaît pas ne nous manque pas. Maintenant, je sais comment peut aussi être la vie: nous randonnons en montagne, nous partons en vacances, nous allons nager. Mon mari est resté, les kilos sont partis. La perte de poids a changé toute mon existence. Et mon organisme s’est ainsi guéri lui même.

de Dr med. Martina Frei,

publié le 15.01.2019


Cela pourrait également vous intéresser:

Abonnez-vous à la newsletter iMpuls et gagnez 3x50.–

Inscrivez-vous
geschenk-icon.jpg