Fermer

Vivre plus sainement?

Prévenir les blessures en stand-up paddle

Près de 130 personnes par an sont victimes d’accidents de stand-up paddle en Suisse. Certaines blessures pourraient être évitées par un échauffement.

Le stand-up paddle s’acquiert facilement, il entraîne les muscles des bras et du tronc, l’équilibre et la forme. Le rythme cardiaque se situe la majeure partie du temps à 60 à 80 pour cent de la fréquence maximale.

Mais le cœur bat plus vite, soit à 85 pour cent de la fréquence cardiaque maximale, lorsque l’on tombe de la planche. C’est ici que l’on trouve le revers de la médaille.

Ne manquez plus aucun sujet traité par iMpuls: abonnez-vous à notre newsletter.

Près de cinq blessés pour mille heures

Il existe encore peu d’études scientifiques sur les blessures apparaissant lors du stand-up paddling. Dans un sondage en ligne (non représentatif) international mené auprès de 230 pratiquants, 41% indiquaient s’être blessés dans les douze derniers mois lors de la pratique de ce loisir devenu de plus en plus populaire au cours de ces dix bonnes dernières années.

Bonne nouvelle: le plus faible taux de blessure était recensé par les personnes qui pratiquaient ce sport pour le plaisir et pour améliorer leur forme. Chez les sportifs amateurs, on totalisait 4,67 blessures pour 1000 heures passées sur la planche.

Seule une minorité s’échauffe préalablement

Les blessures ont possiblement été favorisées par le fait que seuls 40 pour cent environ des interrogés échauffaient leurs muscles avant de se lancer sur le paddle. Un tiers des blessures se situaient à l’épaule, suivie du bas du dos et du coude. Les muscles et les tendons étaient les plus touchés, puis les articulations et les ligaments, la peau se situant à la troisième place.

Une collision dangereuse avec la planche

Parmi les pratiquants du SUP interrogés se trouvaient aussi des personnes qui ne se contentaient pas de glisser tranquillement sur un lac mais s’attaquaient aussi à de grosses vagues marines ou participaient à des compétitions. Ainsi, c’est le SUP d’endurance qui semble occasionner le plus de dommages. La collision avec la planche lors de la chute ou les éraflures occasionnées lorsqu’une vague traînait le sportif sur le sable constituaient d’autres types d’accidents.

La Suva recense chaque année près de 130 accidents de stand-up paddling. La moitié d’entre eux consiste en des blessures superficielles, des contusions ou des entorses, suivies de fractures osseuses (18%). Selon la Suva, c’est le tibia, la cheville et les pieds qui sont les plus souvent concernés.

Sources: «Orthopaedic Journal of Sports Medicine», «Sports», Suva

de Dr med. Martina Frei,

publié le 15.08.2018


Cela pourrait également vous intéresser: