Fermer

Vivre plus sainement?

S’échauffer et s’étirer – pour le bien des muscles

Une tension ici, un pincement là: souvent, nous ne pensons à nos muscles que lorsqu’ils nous font mal. Des exercices d’échauffement et d’étirement préviennent les blessures.

Les blessures musculaires comptent parmi les principaux problèmes se rapportant à l’appareil locomoteur. Nous possédons près de 650 muscles, composés de nombreuses petites fibres musculaires reliées en faisceaux. Le mouvement de chaque fibre musculaire entraîne la contraction du muscle, et donc la flexion et l’extension de l’articulation concernée.

Une vaste palette de blessures musculaires

Les blessures musculaires englobent les contractures, les déchirures, les déchirures de faisceaux de fibres et également des ruptures de l’ensemble du muscle. Une blessure musculaire survient sans traumatisme extérieur suite à une contrainte excessive. On rencontre particulièrement souvent des blessures musculaires dans des sports lors desquels la musculature est soudain exposée à des forces importantes.

Par exemple, dans des sports «stop and go» comme le tennis, le football et le handball, ainsi que dans des sports de vitesse comme le bobsleigh et le sprint. Dans les sports d’endurance (natation, jogging, cyclisme), pour lesquels les muscles subissent une contrainte uniforme, les blessures musculaires sont moins fréquentes. (poursuivez votre lecture ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Les pommades chauffantes ne suffisent pas

Une musculature froide, fatiguée, trop sollicitée et déjà fragilisée est davantage sujette aux blessures. C’est pourquoi il est très important de prévenir ces dernières en échauffant et en étirant les muscles d’une manière adéquate. Les pommades chauffantes à utilisation externe ne suffisent pas. L’important par ailleurs est d’adapter la contrainte à l’état d’entraînement et de solliciter la mobilité de l’ensemble du corps.

Si, malgré une bonne préparation, une lésion musculaire survient, il faut suivre le schéma RICE:

  • Rest (repos): les douleurs sont des signaux d’alerte. Stoppez l’activité qui vous occasionne des douleurs. Economisez-vous et ménagez votre musculature pendant quelque temps.
  • Ice (glace): refroidissez la zone touchée.
  • Compression: apposez si possible un bandage compressif ou un pansement.
  • Elevation (élévation): surélever le membre touché permet de réduire le gonflement et donc la douleur.

De longues périodes de cicatrisation menacent

Si ces quatre étapes ne soulagent pas rapidement, il convient de consulter un médecin. Les périodes de cicatrisation peuvent durer de quelques jours à des semaines, voire des mois. La période de repos est toujours suivie d’une restructuration des muscles lente, contrôlée et assistée par de la physiothérapie. Les muscles endommagés ne doivent pas être sollicités trop tôt ni trop fortement, et doivent retrouver leur performance maximale progressivement – sinon, il faut s’attendre à des douleurs chroniques et récurrentes, ou à d’autres blessures.

de Dr med. Hanspeter Betschart,

publié le 26.06.2018


Cela pourrait également vous intéresser: