«J’ai déjà couru trois fois et demie autour de la Terre»

Comment un individu sédentaire peut-il redevenir un homme de mouvement? L’ancien athlète de haut niveau Viktor Röthlin nous parle des avantages de la course – et en quoi elle est liée à l’autonomie avec l’âge.

portraet_roethlin.jpg
portraet_roethlin.jpg
Portrait

Viktor Röthlin est l’un des marathoniens suisses qui a connu le plus grand succès. Il a notamment à son palmarès la médaille de bronze aux CM 2007 d’Osaka et le titre de champion d’Europe 2010 à Barcelone. Jusqu’en 2016, il détenait le record suisse de la distance du marathon, avec un temps de 2:07.23. Cet Obwaldien est un physiothérapeute diplômé spécialisé dans la prévention.

On dit que c’est l’évolution qui a formé le meilleur coureur d’endurance, l’homme. Partagez-vous cette opinion?

Absolument et j’ai pu profiter longtemps de cette capacité – de mes douze ans à mes 40 ans. Au cours de ma vie, j’ai déjà parcouru trois fois et demie le tour de la Terre. Quand je le dis, certaines personnes trouvent cela incompréhensible. Alors que la course est une activité normale, nous sommes nés pour cela et c’est inscrit dans nos gènes. Chez nos ancêtres, il était tout bonnement indispensable de parcourir de grandes distances pour aller chercher de la nourriture et chasser.

Qu’est-ce qui vous fascine dans l’appareil locomoteur?

Sa plasticité. Pleinement utilisé et bien entraîné, l’appareil locomoteur, c’est-à-dire notre propre force corporelle, peut être amené à une condition optimale. Et nous fournissons alors des performances vraiment incroyables. Un marathon par exemple, et ce à une vitesse moyenne de 20 kilomètres heure! Cela m’a toujours fasciné – sans parler du fait que courir me permettait de me retrouver et me rendait très heureux.

Pourquoi ce don unique pour la course s’est-il perdu pour beaucoup d’entre nous?

Les gens ont tendance à choisir la solution de facilité et quand ils peuvent faire les choses confortablement, ils le font. Pourquoi marcher quand la voiture est devant la porte? Dans des pays où il n’existe pas de moyens de transport motorisés, les enfants allant à l’école parcourent aujourd’hui encore plusieurs kilomètres à pied tous les jours. J’ai pu le voir lors de mes séances d’entraînement au Kenya. Mais qui sait: si ces enfants avaient un bus scolaire, ils préféreraient aussi vraisemblablement le prendre.

Nous faisons peu, voire rien du tout, de notre héritage. Cela vous attriste-t-il?

Je suis réaliste. La société a évolué ainsi et bien sûr, tout le monde n’a pas pour but de devenir coureur d’endurance. Néanmoins, on sait qu’un minimum d’activité physique est nécessaire pour rester en bonne santé. J’en appelle ici à la responsabilité propre et à la raison de chaque individu. Ceux qui ont la chance d’avoir des jambes en bonne santé devraient les utiliser. Il ne faut pas faire beaucoup, mais souvent c’est déjà trop. Cela m’attriste parfois.

Comment peut-on transformer un individu sédentaire en un homme aimant courir?

Là aussi, il faut une prise de conscience: l’activité physique contribue à rester autonome le plus longtemps possible l’âge venant. Aucun d’entre nous ne souhaite être tributaire de l’aide d’autrui. Chez les personnes qui ne font que rester assises toute la sainte journée, la musculature, notamment, diminue, ce qui peut conduire a des maladies chroniques. Et à un moment ou à un autre, on est alors contraint de rester assis. C’est pourquoi chaque pas compte.

10 000 pas par jour – que pensez-vous de cette règle?

Pour le quotidien, je la trouve fondamentalement bonne et applicable. Il est également important de réaliser deux à trois séances d’entraînement d’une demi-heure par semaine. Alors enfilez votre tenue de sport et bougez-vous de sorte à stimuler votre système cardiovasculaire.

Il est inutile de vous demander si vous courez tous les jours, n’est-ce pas?

Ce n’est plus tout à fait le cas. J’ai mis un terme à ma période active de coureur, je travaille aujourd’hui principalement en tant que coach et qu’intervenant. Mais je pratique sinon beaucoup d’activité physique – du cheval, du vélo et du ski, du saut à la corde, des pompes, et régulièrement, du jogging. Je bouge encore beaucoup, même si je ne fais plus de marathons.

serie-de-course.jpg
Courez, courez et profitez-en

SportXX

Série de courses

En tant que participant, vous bénéficiez à chaque course de bons exclusifs à faire valoir auprès de SportXX.

de Vera Sohmer


Cela pourrait également vous intéresser: