Fermer

Vivre plus sainement?

Sarina court depuis quatre semaines: «Maintenant, je respire au lieu de haleter»

Passer «d’accro du canapé» à coureuse à pied en 12 semaines, c’est le défi que je me suis fixé alors que je déteste le sport. Depuis, j’ai effectué un tiers de l’entraînement à la course. Comment cela s’est-il passé pour moi? Découvrez le ici.

Trois unités d’entraînement tonifiantes par semaine: «Je devrais y arriver», me disais je. Mon environnement social était du même avis et m’a motivée dans ce sens à tous points de vue.

Et effectivement: facilités par l’agréable temps printanier et la forêt située à proximité, les entraînements se sont déroulés beaucoup plus facilement que ce que j’avais redouté. À ma grande surprise, mon penchant si marqué au laisser-aller a subitement perdu beaucoup de son intensité, se réjouissant presque lorsque j’enfile mes chaussures de course. De toute façon, il est condamné à faire les frais de ma motivation croissante.

Le champion de course Markus Ryffel m’avait conseillé de commencer par la musculation. Je me suis par conséquent inscrite à l’École club Migros pour deux cours collectifs hebdomadaires. Ma semaine s’est donc subitement remplie avec beaucoup d’exercice physique, de nouveaux contacts, un sac de gymnastique à préparer et des courbatures plus ou moins douloureuses à gérer.

Des changements positifs pour la forme et le bien-être

La chose n’était pas très facile car les soupers entre amis et les heures passées sur mon canapé devant la télévision occupaient auparavant mon temps libre. Une bonne planification était indispensable pour pouvoir continuer à voir ceux que j’aime, sans oublier de m’occuper de ma grande pile de vêtements de sport. Mais tout cela en a valu la peine!

Grâce à l’offre tout compris musculation, entraînement fractionné et courtes unités de jogging, mon halètement des débuts a cédé la place à une respiration régulière. La course me semblait subitement beaucoup plus agréable, j’ai constaté les premiers changements positifs dans ma forme physique et une amélioration de mon sentiment de bien-être. Cela semble logique! C’est vrai, mais découvrir cela soi-même pour la première fois est une formidable impression.

(poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Voulez-vous atteindre des objectifs en tant que coureur?

Cela me permet de m’aérer la tête

Mon parcours au milieu de la nature, loin du bruit et du stress quotidien, m’a plu. Ces sorties sont devenues un rituel et le jogging me permet de m’aérer complètement la tête et de me «mettre en mode avion» pour un moment précieux, ce qu’aucune série télévisée ne ferait. Cela permet de recharger plus rapidement les batteries, non seulement celles du téléphone portable, mais aussi celles de mon organisme!

Cependant, comme chacun sait, le meilleur vient toujours à la fin et constitue une part importante de ma motivation: mon objectif est de disputer une course populaire! Cet objectif, impératif pour moi, renforce ma volonté, me stimule et m’empêche d’abandonner. Et je n’ai même plus envie d’attendre jusqu’à l’automne pour être prête. Non, non. Je vais faire mes débuts en compétition le 10 juin 2018, lors de la Course Féminine Suisse, à Berne. Cette date me motive maintenant énormément pour suivre avec sérieux mon programme. Quoi qu’il en soit, je vais m’accrocher et je vous tiendrai au courant, au sens littéral du terme!

Et d’ailleurs, le jogging n’est pas pénible ni néfaste, contrairement à ce que j’ai toujours pensé. Non, il allège et libère le corps et l’esprit.

de Sarina Feldmann,

publié le 29.10.2018


Cela pourrait également vous intéresser: