Le rafraîchissement parfait pour des randonneurs

Les chutes du Seerenbach, au bord du lac de Walenstadt, sont un but d’excursion pour les journées de canicule, alliant merveilleux spectacle naturel et bienfaisant effet rafraîchissant.

blick-auf-walensee.jpg
blick-auf-walensee.jpg
Lac de Walenstadt

Au bout d’environ une heure et demie de randonnée en plein soleil, les lèvres ont un goût salé, les yeux noyés de sueur brûlent et la transpiration a rendu le t-shirt plus sombre. Le froid lac de Walenstadt formé par le glacier du Rhin, s’étale dans la vallée, visible et pourtant inaccessible. Glacier, glace, froid. Ce serait bien...

Les chutes du Seerenbach sont plus hautes que celles du Niagara

La randonnée

Accès: commode en train jusqu’à Weesen. Il y a aussi des places de stationnement.

Durée: la randonnée de Weesen à Quinten dure environ trois heures. La montée se déroule sur l’asphalte pendant la première heure et continue ensuite sur des sentiers de randonnée. Les chutes du Seerenbach sont atteintes au bout d’une heure et demie environ.

Dénivelé: 300 mètres.

Retour: au départ de Quinten, des bateaux circulent en direction de Weesen, de Mühlehorn, de Murg, d’Unterterzen, de Betlis et de Walenstadt.

Niveau de difficulté: randonnée facile qui demande un certain pied sûr dans la descente vers Quinten.

Ravitaillement: il y a des buvettes non seulement à Weesen et à Quinten, mais aussi sur le parcours.

Période idéale: randonnée pouvant être effectuée toute l’année. Les dimanches et jours fériés, il faut s’attendre à la présence de nombreux excursionnistes.

Mais le sentier de randonnée partant de Betlis continue à monter légèrement jusqu’à ce qu’apparaisse dans notre champ visuel, comme sortie de nulle part, une chute d’eau qui dégringole sur des centaines de mètres le long des falaises verticales de la chaîne de montagnes des Churfirsten. Ce sont sans doute les chutes du Seerenbach, dont on parle avec émotion entre amis comme d’une «merveille naturelle mugissante» ou d’un «Salto Ángel de la Suisse.» Les chutes du Seerenbach comportent en tout trois niveaux qui cumulent quelque 600 mètres de dénivelé. Elles font ainsi partie des chutes d’eau les plus hautes d’Europe et occupent la 10e place au classement mondial des cascades, loin devant les chutes du Niagara ou les chutes Victoria.

Les embruns rafraîchissent mieux qu’un bain dans le lac de Walenstadt

Plus je me rapproche de cette eau tombant à la verticale, plus la fraîcheur des embruns est perceptible. Et oui: la gorge est pleine de vacarme, de grondements et de mugissements. Pourtant, les embruns ne proviennent pas des chutes du Seerenbach, mais de la source du Rin qui jaillit subitement de la falaise à cinquante mètres à peine au-dessus du sol, à proximité immédiate de la cascade. J’étends les bras et je me laisse rafraîchir par les gouttes. L’effet est plus agréable qu’un bain dans les eaux froides du lac de Walenstadt.

Un réseau de grottes secret sous les Churfirsten

seerenbachfaelle-ringquelle.jpg
seerenbachfaelle-ringquelle.jpg
La source du Rin

La source du Rin est alimentée par les eaux du grand réseau de grottes, en partie encore inconnu, situé sous les Churfirsten. Il n’a été que partiellement exploré, bien que les opérations de découverte aient commencé rapidement. En 1973, le plongeur allemand Jochen Hasenmayer, qui a pénétré à la nage dans ces couloirs, a posé un premier jalon. Il a dû parcourir 930 mètres sous terre avant de pouvoir émerger dans un couloir secondaire. Sa plongée a valu à la source du Rin l’appellation de grotte submergée la plus longue connue à ce jour. Un panneau situé près des chutes d’eau fournit des informations sur les recherches. Tous les secrets n’ont pas encore été élucidés.

Après ce moment fort dans cette randonnée facile, le sentier continue à monter rapidement avant de redescendre, toujours aussi abrupt, en direction de Quinten. Par endroits, des câbles métalliques aident à la descente, utiles tout au plus en cas de pluie. C’est là que le lac de Walenstadt mérite son ancienne réputation de «lac à chagrin» surchargé de visiteurs. L’encombrement dominical se produit cependant sur le chemin de randonnée caillouteux qui descend vers Quinten.

de Silvia Schütz


Cela pourrait également vous intéresser: