Fermer

Vivre plus sainement?

Randonner avec un pro

Thomas Kessler, spécialiste de la randonnée, dévoile ce qu’il faut pour randonner et vivre une belle expérience en plein air: outre un bon équipement, il s’agit de bien s’estimer.

Il est capital de bien s’équiper avant de partir en randonnée. Quels sont les vêtements que vous recommandez?

Synthétique ou coton, c’est une affaire de goût. L’important est que le tissu soit respirant, évacue l’humidité et sèche rapidement.

Autrement dit, le coton est moyennement adapté...

C’est vrai. Agréable à porter, il met cependant du temps à sécher. Dans tous les cas, on conseille de multiplier les couches pour adapter sa tenue à la météo.

Quid des chaussettes?

C’est pareil: chacun est libre d’opter pour des fibres naturelles ou synthétiques.

Et concernant les chaussures?

Tout dépend de l’objectif. Sur un chemin dur, des chaussures de trail suffisent. Pour des itinéraires plus exigeants, on peut choisir des chaussures de trekking. Pour l’alpinisme, il faut des souliers de montagne, dotés d’une semelle rigide.

Quel est le meilleur moment pour essayer des chaussures de marche?

Le pied gonfle au cours de la journée: on peut gagner jusqu’à une demi-pointure. Il est donc recommandé de procéder aux essayages l’après-midi.

Les randonnées s’effectuant souvent en altitude, on est directement exposé au soleil.

Il est très important de se prémunir contre les effets du soleil avec un couvre-chef à larges bords, une crème indice 50 et des lunettes qui protègent bien surtout du réfléchissement des rayons sur la neige au printemps.

Mais l’équipement ne fait pas tout. Comment bien planifier sa randonnée?

Une bonne préparation connaît trois phases: l’étude du parcours à la maison à l’aide d’une carte et d’un guide, de préférence sous forme de livre, la préparation le jour même en fonction de la météo, et enfin la planification au fur et à mesure de la randonnée, à chaque endroit où plusieurs possibilités se présentent.

Pourquoi vaut-il mieux utiliser un guide sous forme de livre?

Les indications et les évaluations figurant dans un seul et même livre sont uniformes, tandis que les articles disponibles en ligne ont souvent été rédigés par des auteurs différents, qui ne perçoivent pas les itinéraires de la même manière. On conseille par exemple les publications du Club Alpin Suisse (CAS).

Quelle sont les erreurs le plus souvent commises?

Surestimer ses capacités. Cela arrive souvent quand on se fie à Internet, où les informations ne sont pas toujours claires. Parfois, c’est la météo qui gâche tout. En Suisse, les montagnes et les vallées compliquent les prévisions météorologiques.

Pour quelle raison?

En Suisse, les montagnes et les vallées compliquent les prévisions météorologiques. Même s’il fait beau le matin chez soi, le temps peut tourner d’ici à ce que l’on arrive à destination. (Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Comment peut-on éviter de telles mésaventures?

Il faut toujours avoir un plan B. La situation est toujours beaucoup plus simple lorsque l’on a une alternative à l’itinéraire prévu à l’origine.

Qu’en est-il des apps?

Tout le monde devrait télécharger l’app de la Rega qui permet de demander de l’aide en cas d’urgence. L’app de Météosuisse est aussi très utile.

Qu’emporter dans son sac?

Le contenu dépend bien sûr de la longueur et de la difficulté de la randonnée. Toujours emporter une quantité de boisson suffisante (min. 1 l). En Suisse, on peut généralement se réapprovisionner dans les ruisseaux. Il convient également d’avoir sur soi une barre de céréales ou une barre énergétique: le restaurant où l’on a prévu de s’arrêter pourrait être fermé. Enfin, une protection contre le vent et la pluie, un nécessaire de premiers secours.

de Marc Bodmer,

publié le 11.06.2018

Continuer à lire


Cela pourrait également vous intéresser: