Fermer

Vivre plus sainement?

Kilomètres et châtaignes

Automne et Tessin sont inséparables des châtaignes. Le «Sentiero del Castagno» renseigne sur leur culture et offre une vue sur d’adorables villages.

Ziegen auf dem Wanderweg durch den Kastanienwald
Ziegen auf dem Wanderweg durch den Kastanienwald

Cette randonnée facile de cinq bonnes heures conduit dans le doux paysage de collines du haut Malcantone et se déroule tout entière sous le signe de la châtaigne. Ce sentier balisé long de 15 kilomètres environ, toujours à plus de 800 mètres d’altitude, part d’Arosio (accessible en une demi-heure par le S10 à partir de la gare de Lugano jusqu’à Lamone-Cadempino, où l’on emprunte le bus 423 en direction de Miglieglia) et fait traverser les villages de Mugena, Vezio, Fescoggia et Breno. Il est possible d’effectuer des trajets partiels depuis chaque localité.

Des «marroni» deux fois par jour

Pendant des siècles, la région, située entre le lac de Lugano et le Monte Lema, a vécu de la châtaigne. Jusqu’à tard dans le siècle dernier, il n’était pas rare de trouver deux fois par jour ce fruit du châtaignier sur la table des autochtones. Grâce à ses 200 kilos de fruits, un arbre pouvait nourrir une personne un hiver durant, selon certains calculs.

Vive la châtaigne!

Bien qu’il ait maintenant beaucoup moins d’importance comme denrée alimentaire de base, le marroni, au goût sucré de noix, est encore utilisé aujourd’hui, notamment pour la production de spécialités. Il existe ainsi des bières, du miel, des glaces ou de la farine dont c’est l’un des ingrédients spécifiques. Le regroupement des agriculteurs producteurs de châtaignes et un inventaire complet ont permis, dans le sud du canton, d’œuvrer pour que la châtaigne et la culture qui lui est associée ne tombent pas dans l’oubli.

Tout ce qu’il faut savoir sur le fruit du châtaignier

Le long du «Sentiero del Castagno», huit panneaux didactiques donnent d’instructives informations sur la culture des marroni dans l’Alto Malcantone. Par exemple sur la transformation et l’utilisation du bois et du fruit autrefois: après avoir été torréfiées à feu doux, les châtaignes étaient séchées de manière à les rendre comestibles pendant plusieurs mois. Le petit fumoir, entre Mugena et Vezio, constitue un témoignage impressionnant de cette pratique. Les feuilles séchées du châtaignier étaient également utilisées comme fourrage pour le bétail, le tronc et les branches comme bois de chauffage ou comme matériau de construction.

Arbres noueux, panorama magnifique

Passant devant des villages et des cascades, le sentier traverse de vastes forêts de châtaigniers. Ces châtaigneraies ancestrales sont encore soigneusement entretenues de nos jours. C’est justement à l’automne que la fougère brun-jaune et les arbres noueux transforment cette vallée de montagne en un romantique parc naturel. Et chaque détour du «Sentiero del Castagno» offre un sublime panorama sur les différents villages situés le long du parcours et, plus loin, sur la chaîne de Gradiccioli et le Mont Rose. En outre, les châtaignes tombées de l’arbre peuvent être ramassées. Par contre, il est déconseillé de les récolter soi-même!

Autres conseils

Blick aus der Seilbahn im Blenio Tal, nördlich von Malvaglia

A ne pas manquer: Dagro – Alpe Prou – Alpe Cióu – Dagro

L’autre Tessin alpin: de Malvaglia, à l’entrée de la vallée de Blenio, montée en télécabine jusqu’à Dagro. Circuit facile d’une durée de deux heures et demie. Pour terminer, le restaurant «Sass Malt» d’Icaro et Daniela Calabresi vous attend avec sa cuisine savoureuse et sa vue spectaculaire sur la Levantine et la vallée de Blenio. Possibilité d’y passer la nuit. 

Plattform in Cimetta

Vue: Cardada – Trosa – Mergoscia

Montée en téléphérique depuis Orselina, près de Locarno, jusqu’à Cardada. En cinq heures, vous accédez à Mergoscia, située au-dessus du célèbre mur de barrage de Verzasca (James Bond), avec des vues à couper le souffle à chaque pas! Le moment fort: un panorama exceptionnel à 360 degrés depuis la plate-forme de Cimetta, avec le lac Majeur et la plaine de Magadino à vos pieds, et vue sur de nombreux sommets.

Hängebrücke Carasc

Vertigineux: Curzutt et le pont tibétain de Carasc

Vers le Monte Carasso au départ de Locarno ou de Bellinzona. Cette randonnée de quatre bonnes heures à flanc de la montagne, au-dessus de la plaine de Magadino, conduit le long des vignobles au village de Curzutt et à son intéressant patrimoine bâti historique, et en revient. Sur ce chemin varié à bien des égards, il faut impérativement traverser le nouveau pont tibétain qui relie sur une longueur de 270 mètres le versant de Sementina à celui du Monte Carasso, à une hauteur vertigineuse de 130 mètres. 

Eisenstrasse Morobbia-Tal

Historique: La route du fer dans la vallée de Morobbia

Prendre le bus pour aller de Giubiasco à Carena, dans la Valle Morobbia. Randonnée en boucle le long de la route thématique «Via del Ferro». Durée: cinq heures et demie. Sur le chemin, on trouve de spectaculaires vestiges des marteaux-pilons et du haut fourneau de Carena, des mines mystérieuses et une charbonnière de démonstration. L’itinéraire passe ensuite à travers le fascinant univers montagnard des Alpes de Giumello et une rare forêt de pins de montagne avant d’atteindre la zone forestière de Giggio.

Schild am Sentiero dello Yoga

Court et contemplatif: Sentiero dello Yoga

Monter de Vairano (près de Gambarogno) jusqu’à l’hôtel Sass da Grüm. Le «Sentiero dello Yoga» commence et se termine ici. Il veut favoriser le rapprochement de l’Homme et de la nature et éveiller une nouvelle joie de vivre. Les randonneurs évoluent d’une certaine façon dans la forêt et se positionnent dans des endroits particuliers. Durée: deux heures avec la montée et la descente.

de Flavian Cajacob,

publié le 11.06.2018


Cela pourrait également vous intéresser: