Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Randonnées dans l’effervescence du printemps

Les randonnées printanières, une occasion idéale de sortir de ses quatre murs. Voici nos conseils pour toutes les régions de Suisse. Profitez-en bien!

Suisse orientale

Kaienspitz – dans le paysage vallonné du pays d’Appenzell

kaienspitz.jpg

Le Kaienspitz est davantage une colline herbeuse qu’une montagne. Mais même une colline herbeuse peut vraiment faire transpirer. Le paysage du pays d’Appenzell est «Pff!»… des ravins profonds et des pentes raides alternent en permanence, le mot «plat» est quasiment inconnu. Mais l’effort est récompensé par des vues sur une immensité à couper le souffle, non seulement depuis le sommet, mais quasiment tout au long du parcours. Le bastion rocheux de l’Alpstein avec le Säntis au centre, le lac de Constance et les nombreux villages accrochés aux coteaux comme des nids d’hirondelles sont un véritable délice pour les yeux. Et bien sûr, les jolies maisons appenzelloises ornées de fleurs qui bordent le chemin. Au début du parcours, il faut attendre un peu avant de profiter d’une vue bien dégagée sur les magnifiques paysages. Ensuite, le chemin serpente le long du Goldach au caractère encore sauvage, à travers le ravin, jusqu’au Chastenloch, un endroit terrifiant avec une auberge très confortable.

  • Départ: Zweibrücken
  • Itinéraire: Chastenloch – Rehetobel – Kaienspitz – Benzenrüti – Heiden.
  • Distance: 9 km; 550 m de montée et 430 m de descente; 3h.
  • Difficulté: moyenne.
  • Alternative: 1,5h supplémentaire jusqu’à Rorschach au bord du lac de Constance.

Regitzer Spitz – vue plongeante inoubliable sur la vallée du Rhin et la Seigneurie grisonne

regitzer_spitz.jpg

Lorsque l’armée construit des installations, la protection et la vue sur l’ennemi doivent être parfaites. Sur le Fläscher Berg, les deux sont garantis. L’éperon rocheux au cœur de la Seigneurie grisonne ressemble à un massif miniature, avec des forêts denses, un paysage tortueux et, du point le plus haut, une vue imprenable. Regitzer Spitz est le nom du sommet, lequel trône au-dessus d’une paroi rocheuse de 400 mètres de haut, quasiment verticale. La vallée du Rhin, le Sarganserland, les Alpes grisonnes et glaronaises et la chaîne du Falknis s’offrent à vous, tandis qu’au fond de la vallée, le village viticole ensoleillé de Fläsch se blottit contre sa montagne. Et les installations militaires? Elles ressemblent à un lotissement de vacances éparpillé, bien intégré dans le paysage sauvage de forêt et de montagne et très surprenant sur le plan architectural.

  • Départ: Fläsch
  • Itinéraire: Feldrüfi – Matluschkopf – Vorder Ochsenberg – Regitzer Spitz – Hinter Ochsenberg – Mattheid – Fläsch.
  • Distance: 15 km; 900 m de montée et de descente; 5,5h.
  • Difficulté: exigeant.
  • Alternative: raccourcir le tour de 1,5h et, du sommet, rentrer à Fläsch via Türlis.

Ruines du Neu Toggenburg – dans le jardin fleuri des comtes de Toggenburg

ruine_neutoggenburg.jpg

Les comtes de Toggenburg devaient adorer les fleurs. Plus de 200 espèces de fougères et de plantes à fleurs, dont certaines sont rarissimes, prospèrent sur le Neu Toggenburg, la colline au-dessus de Lichtensteig où résidaient les seigneurs féodaux dès la fin du 12e siècle. La modestie n’était visiblement pas leur vertu. Cinq remparts circulaires et un mur d’enceinte avec une porte de château protégeaient leur domaine. Ils se sont conservés jusqu’à aujourd’hui et sont librement accessibles, tout comme les restes de deux réservoirs. Les ruines du château ne satisfont pas seulement les âmes d’explorateur, mais offrent également des vues sur des paysages magnifiques – les souverains voulaient bien sûr voir suffisamment tôt qui s’approchait de leur domaine. Depuis les ruines du Neu Toggenburg, la vue s’étend sur l’ensemble du Toggenburg jusqu’à l’Alpstein avec le Säntis au centre. Les ruines du château de Rüdberg, une bonne heure de marche plus tard, sont tout à fait différentes. Elle se cache dans la forêt et est protégée par une paroi rocheuse de 50 mètres de haut, quasiment verticale, qui descend abruptement derrière le château jusqu’à la Thur. C’est aussi une belle vue, mais différente.

  • Départ: Lichtensteig
  • Itinéraire: Vorderhalden – ruines du château de Neu Toggenburg – Wigetshof – ruines du château de Rüdberg – Bütschwil.
  • Distance: 11 km ; 600 m de montée et de descente; 3,75h.
  • Difficulté: facile.
  • Alternative: parcours plus court de 3h en descendant du Wigetshof à Dietfurt.

(Voir suite ci-dessous...)

Suisse centrale et Zurich

Wissiflue - vue imprenable sur le lac des Quatre-Cantons

wissiflue.jpg

Les lacs de Küsnacht, d’Alpnach, d’Urn et de Lucerne - il n’est pas facile d’avoir une vue d’ensemble des sept bassins du lac des Quatre-Cantons. Il est donc préférable de prendre de l’altitude pour les contempler, par exemple depuis le Wissiflue, l’impressionnante arête rocheuse entre Vitznau et Gersau. D’une superficie de 114 kilomètres carrés, le quatrième plus grand lac de Suisse ne se dévoile certes pas tout à fait entièrement, mais cela donne une idée des nombreux coins et saillies autour desquels ses eaux s’étendent. Et cette vue se mérite: l’ascension à travers la forêt dense et le long de la falaise quasiment verticale est raide et impressionnante; l’immensité de la zone alpestre sauvage à 900 mètres d’altitude est inattendue. La descente est différente. Le long de sentiers discrets à travers des prairies fleuries, on atteint Gersau après de larges virages en épingle. On remarque à quel point les pentes sont raides en observant les paysans faire du foin. L’herbe roule presque toute seule jusqu’à la vallée.

  • Départ: Vitznau
  • Itinéraire: St. Antoni – Wissiflue – Ober Rängg – Ebnet – Unter Rängg – Gersau.
  • Distance: 9 km; 690 m de montée et de descente; 3,5h.
  • Difficulté: moyenne.
  • Alternative: pour éviter la montée très raide, prendre le téléphérique jusqu’au Wissiflue.

Hüttchopf – sommets et gorges des montagnes zurichoises

huettchopf.jpg

Dans le cours supérieur de la Töss, le canton de Zurich est une région montagneuse. Les pentes sont raides, les crêtes étroites, les chutes d’eau jaillissent sur des éperons rocheux parsemés de poudingues, les ruisseaux se faufilent dans les gorges et des cerfs, chevreuils, chamois et grand tétras s’ébattent dans la forêt dense, tandis que des aigles décrivent des cercles majestueux dans les airs. Il n’est pas surprenant que des lynx aient été introduits dans ce coin sauvage – les conditions sont idéales pour ce prédateur. Et également pour les randonneurs. Les hauteurs du Tössbergland offrent des vues splendides, celle qui s’offre sur le Hüttchopf, par exemple, s’étend des Alpes de Glaris et de Suisse centrale jusqu’à la Forêt-Noire en passant par le lac de Constance. Le paysage est une mosaïque de pâturages fleuris, de fermes majestueuses et de nature intacte. En bas, dans la Tössscheidi, où la Vordertöss et la Hintertöss se rejoignent pour former un fleuve et commencer leur périple vers le Rhin, le visiteur se sent comme un explorateur qui découvre une vallée de montagne totalement isolée. Le sentier du Hüttchopf vers les profondeurs fait d’ailleurs partie des rares sentiers de montagne du canton de Zurich. Et c’est très bien.

  • Départ: Fischenthal
  • Itinéraire: Hüttchopf – Tössscheidi – Wolfsgrueb – Sagenraintobel – forêt.
  • Distance: 13 km; 720 m de montée et 850 m de descente; 5h.
  • Difficulté: exigeant.
  • Alternative: 1 heure de moins et parcours moins raide: du Hüttchopf au Wolfsgrueb via Scheidegg.

Plateau suisse

Oberdörferberg – vue immaculée sur les hauteurs du Jura

oberdorfer.jpg

«Dort oben die Freiheit» (Là-haut, c’est la liberté), tel était le titre du guide de randonnée dans le Jura soleurois de Wolfgang Hafner. Pour les Soleurois, la liberté est sacrée sur leur «montagne», comme ils ont baptisé le Jura. En 1942, ils ont créé la zone de protection du Jura pour préserver les hauteurs des constructions et de défiguration. Aujourd’hui, ils sont récompensés. Aucune résidence secondaire n’obstrue la vue; sur l’Oberdörferberg, la vue semble illimitée: sur des pâturages ornés de murs de pierres sèches typiques, sur des arbres noueux qui défient les vents les plus violents et sur les chaînes du Jura qui s’étendent à perte de vue. On remarque à peine que l’on arrive dans le canton de Berne après les vastes étendues de l’Oberdörferberg. Les Bernois aiment eux aussi les paysages immenses et préservés. Si, à la fin de la randonnée, vous avez le courage de monter les échelles à travers les parois rocheuses de la Montagne de Graitery, la sensation de liberté est totale.

  • Départ: Gänsbrunnen
  • Itinéraire: Martins Wägli – Backihaus – Oberdörferberg – Montagne de Graitery – Moutier (par les échelles).
  • Longueur: 12 km; 740 m de montée et 940 m de descente; 4,5h.
  • Difficulté: moyenne.
  • Alternative: les échelles de la Montagne de Graitery peuvent être contournées.

Blaseflue – vue sur la vaste étendue de collines de l’Emmental

blasenflue.jpg

Que faire lorsqu’un sommet de montagne se trouve entièrement dans la forêt et n’offre aucune vue? On recherche une solution pragmatique avec les propriétaires et les autorités, puis on va chercher la tronçonneuse pour dégager soi-même la vue. C’est ce qui s’est produit dans l’Emmental sur le Blasenflue, à 1118 mètres d’altitude, le point le plus élevé des communes de Signau, Oberthal et Lauperswil. Une plate-forme panoramique avec des tables et des bancs suspendus orne désormais le sommet, les collines de l’Emmental et les Alpes bernoises étant visibles par la grande fenêtre aménagée dans la forêt. Autour du Blasenflue, les visiteurs peuvent découvrir un paysage vallonné. Parfois, il faut monter une pente raide à travers la forêt et les ravins sauvages, puis de nouveau de larges crêtes de prairie invitent à se balader tranquillement et à laisser son regard se perdre dans l’immensité. Et pour se faire une idée de l’ambiance à l’époque de Gotthelf, une halte à l’auberge Waldhäusern s’impose.

  • Départ: Signau
  • Route: Ober Rainsberg – Ofeneggalp – Blaseflue – Waldhäuseren – Aegerten – Emmenmatt.
  • Distance: 10 km; 500 m de montée et 550 m de descente; 3,5h.
  • Difficulté: facile.
  • Alternative: une demi-heure de plus, mais moins raide: de Grosshöchstetten au Blasenflue

Tour de Moron – une tour d’observation idéale par tous les temps

tour_de_mouron.jpg

Quand le nom de Mario Botta y est mentionné, un édifice ne peut manquer d’attirer l’attention. Et c’est le cas de la fleur de pierre «Fiore di pietra» perchée sur le Monte Generoso, de même pour la Tour de Moron située dans le Jura bernois. L’architecte tessinois a planifié cette tour d’observation et l’a édifiée en quatre ans avec 700 apprentis maçons et constructeurs de routes pour les initier au travail du tailleur de pierre. 350 tonnes de calcaire ont été utilisées et le conseiller fédéral Joseph Deiss a été invité à l’inauguration de cette tour d’une hauteur de 30 mètres. Sur la plate-forme, le panorama à 360 degrés sur les montagnes et le Jura est imprenable, si la visibilité est bonne. Mais celle-ci n’est pas nécessaire pour aller rendre visite à la Tour de Moron. Le paysage sauvage du Jura, avec ses pâturages balayés par le vent, ses arbres noueux et ses forêts accidentées, vaut le détour même dans le brouillard et la bruine. Le caractère archaïque de la tour est alors parfaitement mis en valeur. Pour se réchauffer, une pause dans la Cabane de Moron ou, plus tard, dans le pub très accueillant de Champoz.

  • Départ: Saules BE
  • Itinéraire: Moron – Champoz – Lac Vert – Court.
  • Distance: 15 km; 770 m de montée et 850 m de descente; 5h
  • Difficulté: exigeant.
  • Alternative: descendre directement de Champoz à Sorvilier permet de gagner une heure.

(Voir suite ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Vers le dossier

Suisse de Nord-Ouest

Sissacherflue – parmi les fleurs de cerisier et les séquoias au cœur de l’agglomération bâloise

sissacher_flue.jpg

L’agglomération de la troisième plus grande ville de Suisse est un endroit idéal pour la randonnée. La région autour de Bâle se caractérise par un paysage jurassien très varié avec des collines ondulantes, de vastes forêts et, entre les deux, un ravin fascinant et d’imposantes parois rocheuses. Les cerisiers ne manquent pas. Ils fleurissent par milliers au printemps et transforment le paysage en un océan blanc comme neige. Lors de la randonnée via le Sissacherfluh, le visiteur peut profiter de cette magnifique combinaison – et de quelques spécialités. Un refuge du début du Moyen Âge avec des murs de deux mètres d’épaisseur dont on peut encore voir les fondations, une tour de guet un peu plus récente d’une hauteur de trente mètres, qui rappelle la Tour Eiffel et effraie les trouillards, une famille de séquoias de montagne californiens qui atteignent cent mètres de hauteur et vieux de 3500 ans. Et sur le Sissacherfluhn, une plate-forme panoramique qui satisfait toutes les attentes.

  • Départ: Sissach
  • Itinéraire: Sissacherflue – Grimstelucke – Forenacher – Stächpalmehegli – Schleifenberg – Liestal.
  • Distance: 13 km; 600 m de montée et 650 m de descente; 4h.
  • Difficulté: moyenne.
  • Alternative: descendre directement du Stächpalmehegli à Lausen permet de gagner une demi-heure.

Valais

Bisse de Varen et Bisse Neuf – panorama pur au cœur d’un paysage d’irrigation

bisse_varen.jpg

Il est vain de rechercher un sommet pour profiter d’une vue panoramique lors d’une randonnée le long des Suonen. Les Suonen sont des canaux d’irrigation utilisés en Valais depuis des siècles pour irriguer les champs et les vignes. Tantôt ils courent le long de pentes douces, tantôt ils franchissent, dans des installations spectaculaires, des parois rocheuses en surplomb. Mais ils sont toujours accompagnés d’un sentier depuis lequel le canal est entretenu et le débit de l’eau contrôlé. Une randonnée sur ces sentiers est un pur plaisir. De nombreux Suonen acheminent de l’eau du printemps à l’automne, et selon le parcours choisi, le visiteur aura beaucoup d’air sous les pieds et quelques sensations fortes, ou il pourra profiter tranquillement du plaisir de la randonnée sur des sentiers racineux dans l’ombre des arbres. Le Grossi Wasserleitu et le Bisse Neuf font partie de cette seconde option. Ils serpentent le long des pentes sud de la vallée du Rhône et alimentent en eau précieuse les vignes autour de Varen et Salgesch. Ils offrent également une vue inoubliable sur les montagnes du Valais – et ce, pendant des heures. On oublie alors totalement le sommet.

  • Départ: Varen, Frayen
  • Itinéraire: Taschonieren – Bisse de Varen / Grossi Wasserleitu – La Proprija – Bisse Neuf – Venthône.
  • Distance: 10 km; 240 m de montée et 380 m descente; 3h.
  • Difficulté: facile.
  • Alternative: prolonger le parcours d’une heure, partir d’Inden et monter les échelles du Varner.

Tessin

Gola di Lago – le tunnel de base du Ceneri sous vos chaussures de randonnée

gola_di_lago.jpg

Il est impossible de traverser à pied le tunnel de base du Ceneri. Les trains du Gothard filent en rugissant dans cet ouvrage d’une longueur de 15 kilomètres qui relie à grande vitesse depuis fin 2020 Bellinzone et Lugano. En revanche, la dernière pièce du puzzle de la Nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes (NLFA) peut être découverte à pied. La randonnée d’Isone à Tesserete via Gola di Lago suit en grande partie le tracé de la nouvelle ligne ferroviaire. Et le visiteur ne remarque rien, bien au contraire. Le Val d’Isone est isolé, constitué à première vue uniquement de bois et de villages pittoresques. Son charme réside dans les détails, ses vieux hêtres géants et ses innombrables bouleaux noueux. Dans les ravins où coulent des ruisseaux, ses rusticos restaurés avec amour, et sur les pentes dénudées du Monte Bar, dont la forêt permettait de chauffer les fours métallurgiques milanais au 19e siècle. le randonneur découvrira aussi des lieux idylliques avec vue sur les montagnes tessinoises et s’en souviendra avec émotion lorsqu’il rentrera par le tunnel de base du Ceneri à une vitesse de 200 km/h.

  • Départ: Isone
  • Itinéraire: Muricce – Gola di Lago – Portico – Condra – Bigorio – Tesserete.
  • Distance: 11,5 km; 550 m de montée et 750 m de descente; 4h.
  • Difficulté: moyenne.
  • Alternative avec couvent: de Condra à Bigorio via le Couvent Sainte-Marie. Environ la même distance.

de Daniel Fleuti,

publié le 15.03.2021


Cela pourrait également vous intéresser:

Les centres fitness de Migros peuvent être rouvertes

En savoir plus
lockerung.jpg