Fermer

Vivre plus sainement?

Premiers secours sur les pistes de ski

Avoir une petite couverture de survie dans la poche de sa veste peut s’avérer vital. Un rappel des gestes qui sauvent dans la neige.

Une plaque verglacée dangereuse, un skieur maladroit déboulant par-derrière ou une paire de skis croisés, et voilà que la belle journée sur les pistes peut tourner au désastre en une fraction de seconde. Contusions, commotions cérébrales, entorses, articulations déboîtées, voire fractures sont – malheureusement – des incidents courants sur les pistes. C’est alors que l’aide de tous ceux qui passent par hasard peut être requise. Que faire donc en cas d’accident?

1. Sécuriser l’emplacement de l’accident et le signaler de façon bien visible

Si le blessé peut bouger et n’a aucune blessure à la tête, à la nuque ou au dos, l’aider à se déplacer jusqu’au bord de la piste. Planter dans la neige une paire de skis ou de bâtons croisés bien en vue 5 à 10 mètres en amont du blessé.

2. Vérifier les signes vitaux

Le blessé respire-t-il? Répond-il? Réagit-­il lorsqu’on le pince? Il est difficile pour un profane de prendre le pouls au poignet ou dans le cou, mais il faut malgré tout essayer. (Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Autres conseils pour skier en sécurité sur les pistes

La règle «RGCS»

La règle «RGCS» lors de contusion et entorse:

  • Repos, jusqu’à ce qu’on ne boite plus.
  • Glace ou neige (jamais directement sur la peau à cause du risque de gelure). Appliquer du froid env. 15 minutes toutes les 2-3 heures.
  • Compression avec un bandage élastique. L’ôter s’il accentue la douleur.
  • Surélever l’articulation, si possible plus haut que le cœur.

En outre:

  • Ne laisser le blessé seul que si son état est stable et qu’il n’y a aucune aide à proximité. 
  • Recouvrir une plaie qui saigne d’un tissu propre. Si elle saigne beaucoup, mettre un bandage de compression et surélever la partie blessée si possible. 
  • Ne pas toucher aux fractures osseuses ni aux articulations déboîtées. Recouvrir les fractures ouvertes qui saignent d’un tissu propre. En cas de fort saignement, comprimer le vaisseau sanguin qui saigne audessus de la fracture.

3. Appeler de l’aide

Appeler les urgences au 144 pour les blessures graves. Si vous vous trouvez dans une zone blanche, envoyez quelqu’un là où la réception fonctionne ou au prochain refuge, à la prochaine station de remontée mécanique ou autre lieu similaire.

4. Porter les premiers secours

En l’absence de signes vitaux, commencer immédiatement la réanimation. Pour cela, enfoncer la cage thoracique de 5 à 6 centimètres 100 à 120 fois par minute. Si le blessé respire mais est inconscient, il doit être stabilisé sur le côté. Vérifier ensuite toutes les une à deux minutes si la respiration est audible. Si la respiration s’arrête, commencer immédiatement la réanimation. Si le blessé est conscient, il peut s’allonger dans la position qui lui est le plus confortable. L’important est de le protéger contre l’hypothermie avec un coussin sous la tête et une couverture de survie (ou votre propre veste). Ouvrir les vêtements serrés.

5. Préparer le sauvetage

Faites-vous repérer avec de la lumière, une couverture de survie de couleur vive ou autres. Priez les personnes présentes d’indiquer le chemin aux sauveteurs ou de libérer une surface d’atterrissage pour l’hélicoptère. 

Signal d’urgence en montagne: un signal lumineux toutes les 10 sec. durant 1 min., pause de 1 min., puis reprendre.

de Raphael Huber,

publié le 05.02.2019


Cela pourrait également vous intéresser:

Conserver la ligne pendant la saison des grillades

Démarrer le programme
coach.jpg