Fermer

Vivre plus sainement?

Comment prendre du plaisir avec son VTT

Monter et descendre la montagne à vélo. Le guide de VTT Beat Habegger, de Zermatt, sait comment atteindre son but en toute sécurité.

La journée de Beat Habegger commence par le paysage idyllique de la carte postale qui a été envoyée des milliers de fois dans le monde entier – sur le Gornergrat, avec vue sur le Cervin et le glacier du Gorner. Equipé d’un casque, de lunettes, de gants et de genouillères, le guide s’assied sur son VTT et respire l’air frais du matin comme s’il s'agissait d’un délicieux tabac à priser. Puis il se met en route.

Au début, le sol est stable, lorsqu’il passe devant l’hôtel Gornergrat, et descend jusqu'à la gare. C’est sur une terre sablonneuse, qui se transforme en hiver en pistes de ski, que commence à 1500 mètres d’altitude la descente de 12 kilomètres vers Zermatt. C'est l’une des 21 pistes que Beat Habegger parcourt avant la saison.

«Je m’entraîne sur toutes les pistes avant que les premiers touristes n’arrivent en été avec leurs VTT», explique cet homme de 46 ans qui gagne sa vie comme moniteur de ski en hiver. Il ne peut choisir le bon itinéraire pour ses clients que s’il connaît bien l’état actuel des descentes. «Une piste peut être exigeante, mais elle ne doit pas être trop stressante. Savoir évaluer cela est l’une des compétences essentielles d’un guide de VTT». À Zermatt, les descentes sont classifiées avec des couleurs, comme des pistes de ski. Les endroits clés peuvent parfois présenter un degré de difficulté relativement élevé.

Rouler en anticipant les éventuelles difficultés

Les défis de la descente du Gornergrat sont les blocs de roche qui se trouvent au milieu du chemin peu après le départ. «Dans de telles situations, il est important non seulement de se concentrer sur l’obstacle, mais aussi de regarder au-delà pour évaluer ce qui arrive après, explique le guide de VTT. «Si vous roulez en anticipant, vous découvrez soudain des possibilités beaucoup plus simples». Les personnes peu expérimentées se concentrent souvent uniquement sur l’obstacle et échouent ensuite.

Beat Habegger a grandi avec la première génération de VTT. Sa bécane de l’époque n’avait rien de commun avec les VTT d’aujourd’hui. «Les progrès techniques réalisés ces dernières années sont considérables», précise Beat Habegger. «Grâce à la suspension, je peux maintenant parcourir des pistes qu’il m’était impossible d’emprunter autrefois.» (Poursuivez votre lecture ci-dessous…)

En savoir plus sur le V.T.T.

Vers la page thématique

Formation à la technique de conduite, une excellente préparation

Pour se préparer à une randonnée en VTT, une formation à la technique de conduite peut être très utile: pour slalomer entre des cônes orange et blancs, se familiariser avec les freins, s’entraîner à maintenir son équilibre en restant immobile. Il est aussi important d’apprendre à recourir à des solutions d’urgence. Si un obstacle est impossible à surmonter lors d’une randonnée, il faut savoir sauter du vélo vers l’arrière en passant par-dessus la selle.

L’inverse se produit également: certaines personnes, après un arrêt en terrain escarpé, ne peuvent plus repartir. Le conseil du pro dans de telles situations, c’est de commencer par s’asseoir, le pied placé du côté de la montagne posé au sol, le pied placé du côté de la vallée sur la pédale, d’incliner le haut du corps vers le bas par-dessus le guidon, afin que la roue avant ne se soulève pas, de pousser avec le pied posé au sol tout en commençant à pédaler. Il faut alors regarder vers la montagne, dans le sens de la marche.

Beat Habegger a encore tout un stock d’autres conseils pour aider les débutants à bien maîtriser une randonnée en VTT:

  • Technique de freinage appropriée: Les personnes inexpérimentées freinent souvent de toutes leurs forces. Les roues se bloquent et la chute est inévitable. Seule une roue qui tourne reste stable. Par conséquent, le freinage doit être bien dosé et utilisé avec précaution. Cela ne requiert que peu de force. On peut maîtriser son vélo avec deux doigts.
  • Faire attention à sa position sur le vélo: Dans une descente, il faut rouler debout, les pédales à l’horizontal, les bras et les jambes légèrement fléchis. Plus la piste est raide, plus il faut pousser les fesses vers l’arrière.
  • Regardez devant soi: ne pas se concentrer seulement sur les endroits difficiles, mais bien regarder où l’on veut aller.

Selon Beat Habegger, il est important d’évaluer correctement ses capacités et de pas se stresser. Il ne faut pas que la piste soit trop difficile et la forme physique doit être suffisante pour toute la durée de la randonnée et le rythme que l’on s’est fixé. Le manque d’assurance et la peur provoquent des crampes. Il est impossible, dans un tel état, de contrôler ses mouvements et de doser ses efforts.

Depuis le Gornergrat, il y a des descentes de tous les niveaux de difficulté. Dans la plus facile, il n’est pas nécessaire d’être un pro du VTT. Elle est également adaptée pour les VTT électriques. (Poursuivez votre lecture ci-dessous…)

Rouler sur la neige avec un fat bike

Équipement nécessaire
  • VTT en parfait état, entretenu par le revendeur.
  • Casque, lunettes, gants et genouillères.
  • Pompe et tuyau de rechange
  • Outils pour les petites réparations, p. ex. outil multi-usage et serre- câbles
  • Pharmacie de secours avec gants fins de remplacement (saignement), dextrose d’urgence (en cas de nausées après une chute), bandages et bandes
  • Plusieurs couches de vêtements adaptés aux intempéries et crème solaire à indice de protection élevé
  • Aliments liquides et solides, p. ex. eau, barres de céréales et dextrose

La meilleure préparation aux randonnées en VTT est de rouler en VTT. Mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle Beat Habegger roule en fat bike en hiver. «Rouler avec un fat bike dans l’obscurité, les phares allumés ou à la pleine lune, et traverser des forêts enneigées est tout simplement unique! Le paysage est complètement différent de celui que l’on voit en plein jour», explique le guide de VTT. Les pneus épais du fat bike adhèrent bien à la neige, la résistance est donc réduite et la conduite très aisée.

Depuis peu, ce Zermattois d’adoption partage sa passion avec des touristes et propose des randonnées nocturnes. Les phares spéciaux installés sur les fat bikes éclairent le chemin, à gauche et à droite il fait nuit noire; dans la vallée, les lumières de Zermatt clignotent. Une seule chose surpasse cette expérience déjà magnifique: «À la pleine lune, c’est encore plus beau».

© Photos: Sedrik Nemeth

de Silvia Schütz,

publié le 05.03.2020

Continuer à lire


Cela pourrait également vous intéresser:

Mincir, retrouver la forme et la santé? Suivez un programme et gagnez un bon

Commencer maintenant
geschenkkarte-gelb.jpg