De nombreuses valeurs de pression artérielle sont fausses

Mesurer la pression artérielle semble être une chose simplissime – serait-on tenté de penser. Mais l’impression est trompeuse. Voici à quoi il faut veiller s’agissant de la pression artérielle.

Près d’un tiers des tensiomètres testés destinés à l’usage domestique affichent des valeurs qui diffèrent de 10 points de mesure minimum en plus ou en moins par rapport à la réalité (mm Hg, voir encadré). C’est ce que vient de révéler un test actuel mené sur 85 appareils.

Pourquoi la pression artérielle est-elle donnée en «millimètres de mercure»?

Autrefois, les médecins utilisaient ce que l’on appelle des «sphygmomanomètres à mercure» pour mesurer la pression artérielle. Au début, il fallait pomper tellement fort sur le brassard que la circulation du sang vers le bras était coupée. Ensuite, l’air était doucement évacué de la manchette. La pression à l’intérieur de la manchette et donc le mercure (abréviation chimique: Hg) diminuaient alors à l’intérieur de la colonne. En même temps, le médecin écoutait avec son stéthoscope les bruits de flux d’air du sang dans l’artère brachiale. Dès qu’il les entendait, on obtenait la pression artérielle systolique. La hauteur de la colonne de mercure (mm Hg) à ce moment-là correspondait donc à la valeur de pression artérielle supérieure. Lorsque les bruits de flux d’air s’atténuaient à l’intérieur de l’artère, on obtenait la valeur de pression artérielle diastolique.

Les tensiomètres automatiques modernes ne contiennent plus de mercure, leur mesure repose sur d’autres méthodes.

Même les médecins se trompent souvent

Par ailleurs, même les médecins ont du mal à mesurer la pression artérielle, comme l’a montré une étude réalisée dans 26 cabinets de médecins de famille de Genève en 2014. En comparaison avec deux spécialistes formés spécialement à la mesure de la pression artérielle, les médecins de famille se trompaient de 23 points en moyenne pour la valeur de pression artérielle supérieure, et d’une quinzaine de points pour la valeur de pression artérielle inférieure. Ceci peut avoir de lourdes conséquences pour les patients: dans 28% des cas, le médecin aurait suspecté à tort une hypertension sur la base de ces mesures.

De nombreuses erreurs peuvent être évitées

Une partie des mesures erronées est vraisemblablement due à la fréquente «hypertension de consultation» (ou effet blouse blanche). Cela signifie que la pression artérielle du patient augmente en face du médecin, mais qu’elle est normale le reste du temps. Certaines erreurs commises lors de la mesure médicale auraient toutefois pu être évitées. Ainsi, dans 30% des cas, les patients étaient par exemple assis les jambes croisées, ce qui augmente la pression artérielle – de 8 à 10 points de mesure pour les personnes qui ont de l’hypertension! (Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Comment mesurer correctement la pression artérielle

  • Ne boire ni café, ni alcool et ne pas fumer 30 minutes avant la mesure
  • Mesurer idéalement la pression artérielle pendant une semaine le matin au lever (avant de prendre des médicaments) et le soir avant le coucher
  • Rester assis juste avant la mesure pendant trois à cinq minutes. Lors de la mesure, le dos appuyé et détendu, et le bras (nu) posé sur une table ou un autre support. Ne pas croiser les jambes et ne pas parler
  • Ne pas réaliser de mesures en regardant une série policière ou toute autre émission à suspense à la télévision
  • Le tensiomètre doit être «validé cliniquement». Mais même ceci ne garantit pas une mesure correcte à 100%. En cas de doute, le mieux est de faire faire au médecin des mesures comparatives avec son propre appareil
  • Les appareils qui mesurent la pression artérielle au bras sont généralement plus précis que ceux qui la mesurent au poignet – mais seulement si la taille de la manchette est adaptée. La manchette usuelle, de 12 cm de large, convient pour envelopper un bras d’une circonférence de 27 à 34 cm. Si cette dernière est plus importante, il faut une manchette de 14 à 16 cm de large. Celle-ci devrait être positionnée à hauteur du cœur, à deux largeurs de doigt au-dessus du creux du coude, et fixée de manière à ce que l’on puisse passer facilement un doigt dessous.
  • Concernant les appareils pour le poignet, ce dernier devrait être positionné à hauteur du cœur, en posant par exemple le bras et en le pliant
  • Réaliser toujours les mesures au moins deux fois à une ou deux minutes d’intervalle. En cas de troubles du rythme cardiaque, utiliser un appareil adapté et réaliser des mesures plus fréquentes
  • Lors de la toute première mesure, contrôler la pression artérielle aux deux bras. Si les valeurs aux deux bras diffèrent, ce sont les valeurs de mesure au bras qui affiche la pression artérielle la plus élevée qui comptent. Si les valeurs aux deux bras diffèrent nettement (valeur supérieure: différence supérieure à 20 et supérieure à 10 pour la valeur inférieure), il convient de faire contrôler cela par un médecin

de Martina Frei


Cela pourrait également vous intéresser: