Fermer

Vivre plus sainement?

Huit idées reçues sur les tiques

Dès qu’il fait plus chaud, ces minuscules insectes tant redoutés réapparaissent. Voici les principaux faits.

Mythe 1: les tiques mordent

Faux, les tiques piquent mais ne mordent pas. Ils s’ancrent dans la peau avec leur rostre, lequel est composé de petites dents. Dans ses glandes salivaires, la tique produit en outre une sorte de ciment qui durcit rapidement et avec lequel elle fixe son rostre dans la peau.

Mythe 2: les tiques doivent être retirées avec un mouvement rotatif

Non. Il est préférable de les saisir juste au-dessus de la peau avec une pince à épiler, deux ongles ou une «carte à tiques» et de les retirer délicatement. Ensuite, désinfecter la zone de la piqûre, entourer celle-ci avec un stylo et la surveiller pendant environ six semaines. Il est essentiel de les retirer rapidement. Plus une tique reste ancrée longtemps, plus elle risque de transmettre des agents pathogènes.

Mythe 3: étouffer la tique avec du vernis à ongles, de la graisse ou de l’huile avant de la retirer

Surtout pas. En effet, la tique peut encore transmettre des agents pathogènes par ses intestins ou ses glandes salivaires lorsqu’elle agonise. Il ne faut donc pas non plus lui écraser le ventre en la retirant.

Mythe 4: la tête de la tique peut être arrachée lorsqu’on la retire

Les tiques n’ont pas de tête. Si des parties de leur rostre restent dans la peau, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Il suffit de désinfecter et d’attendre. Le corps éliminera les restes de lui-même. Si elles sont encore dans la peau au bout de cinq jours, les faire retirer par un médecin.

Mythe 5: les personnes vaccinées contre les tiques ne se font pas piquer

Ce serait l’idéal, en effet. La vaccination protège uniquement contre la maladie virale «MEVE» («méningo-encéphalite verno-estivale»), laquelle peut être transmise par des tiques. Cependant, les tiques peuvent également héberger d’autres types de virus, de bactéries et de parasites. En Suisse, les maladies les plus courantes transmises par les tiques sont la maladie de Lyme et la MEVE.

(Poursuivez votre lecture après les encadrés…)

En lien avec le sujet

Mythe 6: la maladie de Lyme se reconnaît à une éruption cutanée typique

Seule environ la moitié des personnes infectées par la bactérie Borrelia développent un «érythème migrant». Il s’agit d’une éruption cutanée ronde et rouge qui s’étend progressivement. Elle apparaît trois à trente jours après la piqûre de tique, souvent à l’endroit où se trouvait la tique. L’érythème migrant peut disparaître de lui-même. Toutefois, cela ne signifie pas automatiquement que l’infection est résorbée. La bactérie Borrelia peut encore être présente dans l’organisme et atteindre les articulations ou le système nerveux. Un antibiotique peut l’éliminer.

Mythe 7: si la peau devient rouge à l’endroit de la piqûre, il s’agit de la maladie de Lyme

Une petite rougeur punctiforme située directement à l’endroit de la piqûre est presque toujours une réaction inoffensive à la piqûre. L’éruption cutanée de la maladie de Lyme (l’érythème migrant), en revanche, présente un diamètre d’au moins cinq centimètres. La maladie de Lyme pouvant également provoquer des éruptions cutanées atypiques, il convient de consulter un médecin en cas de doute.

Mythe 8: toutes les piqûres de tique sont dangereuses

La plupart des morsures de tiques passent inaperçues et n’ont aucune conséquence. Sur 100’000 piqûres de tiques en Suisse, environ 1’000 à 5’000 entraînent une infection à la Borrelia, mais seulement 10 à 50 personnes s’en aperçoivent. La MEVE est encore plus rare: les statistiques révèlent que, sur 100’000 personnes piquées, 300 à 900 maximum souffrent brièvement d’une infection de type grippal, qui guérit spontanément la plupart du temps. Cependant, 30 à 90 personnes – en particulier des personnes âgées – connaissent une rechute plus grave.

Conseils de prévention

  • Les tiques vivent principalement sur les bords des chemins et en lisière de forêts: sur des brins d'herbe, dans des fourrés, des buissons et des sous-bois.
  • Les tiques sont plus faciles à repérer sur des vêtements clairs.
  • Les vêtements doivent couvrir la plus grande partie possible du corps. Mettre des chaussettes par-dessus le pantalon.
  • Vaporiser un spray anti-tiques sur les vêtements, les chaussures et la peau.
  • Après la promenade, inspecter son corps pour détecter la présence éventuelle de tiques. Les zones de piqûre sont en général les jambes, les aines, les aisselles, la taille, le cou, la nuque et, chez les enfants, le cuir chevelu.
  • Si, dans les jours ou les semaines qui suivent une piqûre, la peau rougit, des maux de tête ou des douleurs articulaires apparaissent ou si des symptômes de type grippal se manifestent, il convient de consulter un médecin.
  • Les personnes souhaitant se faire vacciner contre la MEVE doivent y penser au moins un mois avant le début de la saison des tiques! Lors d'un hiver doux, les petites arachnides sont actives dès février.

de Lea Broggini,

publié le 07.04.2020


Cela pourrait également vous intéresser:

Mincir, retrouver la forme et la santé? Suivez un programme et gagnez un bon

Commencer maintenant
geschenkkarte-gelb.jpg