Fermer

Vivre plus sainement?

La chaleur a-t-elle un effet sur le cerveau?

Des chercheurs ont déterminé dans quelle mesure la performance intellectuelle diminuait sous l’effet de la chaleur ou de la déshydratation – et ils ont trouvé un moyen de compenser une partie de ces pertes.

2016 a été reconnue dans le monde entier comme l’année la plus chaude depuis 200 ans. Et les effets se sont également fait ressentir sur la pensée: le délai de réaction s’est ralenti et la capacité de performance a diminué, tout du moins chez les 44 étudiants se prêtant à une expérience. De nombreuses fonctions intellectuelles baissaient de 4 à 13 pour cent avec la chaleur.

Ne manquez plus aucun sujet traité par iMpuls: abonnez-vous à notre newsletter.

La performance était également en recul lorsque les étudiants buvaient moins de 1,8 litre par jour. En revanche, la consommation de plus d’une boisson caféinée par jour accroissait certaines performances intellectuelles.

Réfléchir par 26 degrés

Au début de l’étude en juillet 2016, les températures étaient conformes aux prévisions pendant cinq jours. A alors suivi une période de canicule de cinq jours avec une moyenne de 33,4 degrés de température extérieure, suivie d’une phase «plus fraîche» de deux jours à 28,1 degrés – autant de conditions idéales pour les chercheurs en science de l’environnement de la Harvard T.H. Chan School, qui souhaitaient savoir quel était l’effet de la chaleur sur la pensée.

Les étudiants passaient l’été à proximité de Boston, aux États-Unis. 24 d’entre eux habitaient dans des locaux climatisés où régnait une température moyenne de 21 degrés Celsius. Les autres vivaient dans des locaux non climatisés à une température de quelque 26 degrés.

La meilleure température pour réfléchir

Par l’intermédiaire de son smartphone, chaque participant devait réaliser quotidiennement deux tests évaluant sa fonction cérébrale, comme par exemple la résolution en un temps réduit de nombreux exercices de calcul. Ces tests mesuraient notamment le niveau d’attention, la vitesse de résolution des tâches et le bon fonctionnement de la mémoire de travail.

Certaines performances intellectuelles comme le calcul rapide ne cessaient de décroître à mesure que la chaleur augmentait, d’autres étaient optimales à environ 22 degrés et même inférieures à des températures plus fraîches ou plus chaudes.

Source: «PLOS Medicine»

de Dr med. Martina Frei,

publié le 12.10.2018


Cela pourrait également vous intéresser: