Fermer

Vivre plus sainement?

La bonne humeur et l’optimisme renforcent le système immunitaire

Les symptômes d’anxiété présents chez certaines personnes sont souvent dus à la modification d’un gène qui influence également les défenses immunitaires.

Lorsque l’on est de bonne humeur le jour de sa vaccination contre la grippe, on a 16 semaines plus tard davantage d’anticorps protecteurs que les personnes qui étaient de mauvaise humeur ce jour-là. C’est ce que révèle une expérimentation actuelle menée avec plus de 130 seniors en Grande-Bretagne, démontrant une fois de plus combien le système immunitaire est lié au bien-être psychique.

Le sommeil, l’activité physique, l’alimentation, l’humeur et le stress peuvent influencer le système immunitaire. Des chercheurs munichois ont découvert tout récemment comment fonctionne cette interconnexion dans les états d’anxiété.

Selon eux, même le patrimoine génétique est impliqué. Chez les personnes présentant d’importants symptômes d’anxiété, un endroit sur le chromosome numéro deux dans les cellules immunes dans le sang s’est modifié. Cet endroit correspond à un gène qui est à la fois impliqué dans la formation des cellules nerveuses et dans la régénération musculaire ainsi que dans les réactions inflammatoires par le biais du système immunitaire.

Une modification génétique liée au stress?

Cette modification génétique est très probablement liée au stress, selon les chercheurs. Ces derniers avaient très fréquemment observé la même modification non seulement chez des personnes présentant des troubles anxieux, mais aussi sur des souris de laboratoire qui avaient été exposées cinq minutes à une souris étrangère dans une même cage – un laps de temps court, mais stressant pour la souris.

Il y a quelques années déjà, un autre groupe de chercheurs avait montré que les personnes optimistes affichaient, dans une situation de stress, un taux de substance messagère pro-inflammatoire inférieur. Visiblement, l’optimisme peut agir contre des réactions inflammatoires malsaines déclenchées par le stress.

Sources: «Brain, Behavior, and Immunity» 2017, «Neuropsychopharmacology» 2017, «Brain, Behavior, and Immunity» 2009

de Dr med. Martina Frei,

publié le 07.12.2017


Cela pourrait également vous intéresser: