Fermer

Vivre plus sainement?

Faire du sport au printemps malgré l’allergie

Pourquoi se priver de sport quand on a le rhume des foins? Nos 10 conseils vous protègent d’une trop forte concentration de pollen.

Revoilà les premiers rayons chauds du soleil, tout commence à verdir et à se colorer aux alentours, cela sent le printemps. Pouvoir enfin recourir en plein air, refaire du vélo, rechausser ses rollers ou faire tout simplement un petit geste pour sa santé! Rien de plus plaisant en effet que l’activité physique en plein air... s’il n’y avait pas les pollens des arbres et des herbes, qui empoisonnent la vie de nombreux sportifs. Car plus d’une personne sur dix souffre d’une allergie au pollen au printemps et faire du sport avec le nez bouché, les yeux qui démangent et une respiration difficile est loin d’être une partie de plaisir.

Pratiquer du sport à l’extérieur même pour les asthmatiques

Toutefois, les médecins le disent: renoncer au sport est plutôt nuisible, car l’activité physique renforce le système immunitaire et, chez les asthmatiques, la fonction pulmonaire, tout en accroissant la résistance. De plus, selon des études, séjourner dans la verdure diminue le stress et s’entraîner dans la forêt stimule le système immunitaire du fait de l’inhalation des huiles essentielles des arbres.

Éviter les pollens

L’essentiel consiste alors à éviter les pollens autant que faire se peut et à soulager les éventuels symptômes. L’activité et le sport sont alors également praticables au printemps pour les personnes allergiques et asthmatiques. Il convient néanmoins de parler au préalable avec son médecin afin de savoir si une immunothérapie est judicieuse de sorte que l’allergie ne s’aggrave pas et ne conduise en sus à de l’asthme.

Voici nos 10 conseils:

  1. Les médecins conseillent de privilégier un sport d’endurance en douceur à un entraînement jusqu’à ses limites, car celui-ci affaiblit le système immunitaire et transporte les pollens encore plus loin dans les poumons.
  2. Si vous avez tendance à développer une réaction allergique, soulagez les symptômes avec un antihistaminique. Les antihistaminiques modernes comme l’azélastine, la cétirizine ou la loratadine fatiguent beaucoup moins et leur principe agit 24 heures, de sorte qu’un comprimé par jour suffit. En revanche, il est préférable d’utiliser les gouttes pour le nez et pour les yeux peu avant de commencer l’activité sportive, car elles agissent relativement vite. En cas de nez bouché, un spray nasal à la cortisone peut aussi aider.
  3. Lorsque vous courez, inspirez par le nez, ce qui permettra de faire entrer moins de pollens dans les poumons que par la bouche. Si vos yeux vous démangent beaucoup et sont très sensibles, des lunettes avec protection latérale pourront prémunir du pollen. Des masques anti-pollens sont également en vente en pharmacie.
  4. Renseignez-vous sur Internet ou via une appli de prévisions sur smartphone pour savoir quand et où certains pollens sont particulièrement présents et organisez votre entraînement sur cette base.
  5. Entraînez-vous de préférence pendant ou juste après une averse, parce que c’est là que l’air est le moins chargé de grains de pollen, car la pluie l’en a nettoyé. En revanche, le vent souffle les pollens dans toutes les directions, surtout par temps chaud.
  6. Si vous le pouvez, entraînez-vous à un moment à faible quantité de pollen: en ville, la concentration de pollen est réduite principalement le matin de 6 à 8 heures; à la campagne, plutôt le soir à partir de 19 heures.
  7. Planifiez votre parcours en fonction de votre allergie: si vous êtes allergique aux graminées, évitez les champs et les prairies et courez plutôt en forêt. Si vous réagissez plutôt aux pollens d’arbres, courez dans les champs. Si vous êtes allergique à tous les types de pollens, cherchez une forêt de conifères pour vous entraîner, car c’est là que l’on trouve la plus faible concentration de pollen et la plus forte présence d’huiles essentielles stimulantes.
  8. Si vous souhaitez vous entraîner en vacances, passez plutôt vos vacances à la mer. En mer, la concentration de pollen est très faible et des disciplines telles que la voile, le surf ou la natation ne posent pas de problème. Au bord de l’eau également, il y a moins de pollen, car le vent souffle généralement depuis l’eau, qui ne contient pas de pollen. Chez les personnes asthmatiques, l’air salin réduit également le mucus épais présent dans les poumons et améliore la respiration. Autre alternative: passer ses vacances en montagne, il n’y a presque plus de pollens à plus de 1200 m d’altitude.
  9. Évitez de courir en centre-ville ou à proximité de zones industrielles, car la forte concentration d’ozone ou de polluants renforce encore l’action des pollens. Chez les asthmatiques en particulier, les grains de pollens associés à l’air pollué conduisent fréquemment à une détresse respiratoire.
  10. Après l’entraînement, retirez impérativement chez vous vos vêtements et secouez-les bien ou lavez-les, rincez bien vos cheveux et, si nécessaire, rincez votre nez. La nuit, dormez de préférence fenêtre fermée.

de Andreas Grote,

publié le 04.04.2018


Cela pourrait également vous intéresser: