Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Les principales questions sur le cancer du sein

C'est le type de cancer le plus fréquent chez les femmes - et il touche dans de rares cas les hommes. Neuf personnes atteintes sur dix peuvent en guérir

Quelle est la fréquence du cancer du sein?

Le cancer du sein est de loin le cancer le plus fréquent chez les femmes: environ une femme sur huit le développera à un moment donné de sa vie. Chaque année, plus de 6200 femmes reçoivent le diagnostic de cancer du sein, soit environ 1 femme sur 700. Cela semble peu, pourtant, près d'un cancer sur trois chez la femme touche le sein. Chaque année, environ 1400 femmes meurent du cancer du sein en Suisse. Ce risque est toutefois très inégalement réparti.

Quels sont les facteurs de risque du cancer du sein?

Certains facteurs de risque du cancer du sein peuvent être influencés par les femmes elles-mêmes, d'autres sont inévitables. «Les facteurs liés au mode de vie, tels qu'une alimentation équilibrée, une faible consommation d'alcool et une activité physique régulière, peuvent réduire le risque dans une certaine mesure. Mais cela ne permet pas de prévenir la maladie à cent pour cent», explique Cornelia Leo, responsable du centre interdisciplinaire du sein à l'hôpital cantonal de Baden.

Parmi les facteurs de risque, l'âge est le plus important: la grande majorité des cancers du sein surviennent après 50 ans. Les hormones sexuelles jouent également un rôle déterminant. «Lorsque les menstruations commencent tôt dans la vie ou si la ménopause commence tardivement, le risque de cancer du sein a tendance à augmenter», explique Cornelia Leo. Dans la plupart des cas de cancer du sein, cependant, aucune cause unique de déclenchement ne peut être identifiée. Il faut toujours que plusieurs facteurs défavorables coïncident pour que le cancer du sein se déclare.

Chez environ une femme atteinte sur cinq, d'autres membres de la famille développent tôt ou tard un cancer du sein. Cinq à dix cancers du sein sur 100 sont même causés uniquement par certaines modifications génétiques qui peuvent être héritées et qui sont détectables lors d'un examen génétique.

La célèbre actrice américaine Angelina Jolie possède un tel «gène du cancer du sein». Les femmes qui présentent une telle mutation génétique ont un risque très élevé de développer un cancer du sein.

«Pour les femmes issues de ces «familles à risque», nous recommandons des examens préventifs annuels avec une IRM mammaire, voire une chirurgie préventive dès l'âge de 25 ans», explique Cornelia Leo. Pour les femmes issues de familles qui présentent une faible incidence cancer du sein, elle conseille un dépistage précoce dès l'âge de 50 ans.

Comment fonctionne le dépistage du cancer du sein?

En règle générale, les gynécologues recommandent à toutes les femmes âgées de 50 à 69 ans de passer une mammographie tous les deux ans. Au cours de cet examen, les deux seins sont radiographiés. Cet examen ne peut pas prévenir le cancer du sein, mais permet de le détecter à un stade précoce. En effet, les tumeurs présentent souvent de minuscules dépôts de calcium qui sont visibles sur la radiographie - et cela se produit généralement bien avant que le cancer ne se manifeste par des symptômes.

Les avis divergent quant à l’utilité du dépistage par mammographie. Ses opposants estiment que celle-ci n'est pas assez efficace et que certaines femmes sont inutilement effrayées par des résultats «faussement positifs». La mammographie leur détecte une masse suspecte, qui s'avère finalement inoffensive après des examens complémentaires.

Selon l'institut allemand «IQWIG», le dépistage par mammographie donne un résultat bénin dans une moyenne de 970 femmes sur 1000, six femmes reçoivent un diagnostic de cancer du sein et 24 sont initialement suspectées d'avoir un cancer du sein, mais ce résultat n’est pas confirmé à la suite d’examens complémentaires.

Claudia Rauh, responsable du service de sénologie de la clinique universitaire de gynécologie de l'Inselspital de Berne, estime que le dépistage est important. (La sénologie est l’«étude du sein»). «Aujourd'hui, le cancer du sein peut être guéri chez près de neuf femmes sur dix. Plus la maladie est détectée tôt, plus les chances guérison sont grandes. Malheureusement, il arrive souvent que des femmes viennent nous voir avec un cancer du sein déjà très avancé», explique Claudia Rauh.

Les gynécologues et les critiques de la mammographie sont toutefois d’accord sur un point: si une femme subit cet examen, il est alors préférable qu’elle le fasse dans un centre certifié, où l'équipe a beaucoup d'expérience et doit garantir des normes de qualité élevées. «Les résultats des traitements sont meilleurs dans les centres du sein certifiés», affirme Claudia Rauh.

De nombreuses tumeurs du sein sont découvertes par la femme ou son/sa partenaire. Néanmoins, l’auto-palpation ne convient pas à la détection précoce du cancer du sein. En effet, les tumeurs ne peuvent généralement être palpées qu’une fois qu’elles sont déjà assez grosses. L’auto-palpation ne réduit donc pas le taux de mortalité lié au cancer du sein. Néanmoins, la spécialiste du sein Claudia Rauh estime que la palpation régulière des seins est judicieuse «car elle renforce la connexion avec son propre corps». Les nouvelles masses dans le sein sont alors remarquées plus rapidement.

(Voir suite ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Vers le dossier

Quels sont les symptômes du cancer du sein?

«Toute femme doit faire clarifier rapidement toute nouvelle grosseur, tout changement de forme, toute rétraction de la peau, toute rougeur de la peau du sein ou tout écoulement du mamelon», conseille Cornelia Leo. Cela vaut également pour les hommes: pour 100 femmes atteintes d'un cancer du sein, il y a un homme atteint de cette maladie. Si le sein devient plus gros, qu'un durcissement est palpable ou qu'un ganglion lymphatique gonflé est ressenti dans l'aisselle, il faut demander conseil.

Les tumeurs qui restent longtemps indétectées peuvent finir par donner lieu à un ulcère qui ne guérit pas et qui continue à proliférer.

Comment le cancer du sein est-il traité?

Le traitement approprié dépend des caractéristiques biologiques de la tumeur et de son degré de propagation. Une intervention chirurgicale fait presque toujours partie du traitement. Chez quatre femmes sur cinq, cependant, il n'est pas nécessaire d'enlever le sein.

À cela s’ajoutent un traitement anti-hormonal, une chimiothérapie et/ou une radiothérapie. Le site Web www.onkopedia.com en donne un aperçu. Les cancérologues savent désormais que le cancer du sein n'est pas une maladie unique, mais qu'il existe de nombreux «sous-types» qui peuvent nécessiter différents traitements. Les cellules tumorales qui, par exemple, réagissent aux hormones sexuelles ou portent certaines propriétés de surface ont souvent un meilleur pronostic que celles qui ne présentent pas ces caractéristiques.

Quelles sont les chances de guérir d’un cancer du sein?

Avec un traitement adapté à la tumeur et à la patiente, le cancer du sein peut généralement bien être traité: «de nos jours, 89% des cancers du sein peuvent être guéris. Les traitements ont fait d'énormes progrès au cours des 15 dernières années», déclare Claudia Rauh. Si une tumeur a formé des métastases, la guérison n'est plus possible, mais la progression peut être arrêtée. «Il y a là aussi de nouveaux traitements. Le cancer du sein devient de plus en plus une affection chronique avec laquelle les femmes peuvent vivre longtemps.»

de Dr med. Martina Frei,

publié le 29.09.2021

Continuer à lire


Cela pourrait également vous intéresser:

Migros s'engage avec Pink Ribbon contre le cancer du sein

En savoir plus
pink-ribbon.jpg0