Fermer

Vivre plus sainement?

Les chercheurs distinguent désormais entre cinq types de diabète

Au lieu de classer le diabète sucré – comme c’était le cas jusqu’à présent – en type I ou en type II, des chercheurs proposent dorénavant une classification en cinq catégories.

Dans le monde entier, aucune autre maladie ne progresse autant que le diabète. Chez certaines personnes, il cause des lésions rénales ou des déficiences visuelles graves. Si l’on pouvait les détecter précocement, cela permettrait sans doute d’éviter une évolution grave.

Des pathologies génétiquement différentes

Des scientifiques scandinaves ont donc recherché des tableaux cliniques typiques chez près de 15 000 personnes souffrant de diabète, et ils les ont trouvés. Au lieu de classer, comme auparavant, le diabète en type I et type II, ils proposent maintenant de le considérer, chez les adultes, comme un groupe de cinq maladies.

Deux types à évolution bénigne

Ces cinq types de diabète se distinguent aussi sur le plan génétique. Les trois premiers ont une évolution grave, pour les deux autres, par contre, elle est bénigne:

  1. Diabète insulino-dépendant (appelé jusqu’à présent type I, fréquence environ 6 pour cent) consécutif à une maladie auto-immune. Il détruit les cellules produisant l’insuline. Il se déclare généralement jeune et les patients sont minces.
  2. Diabète insulino-dépendant sévère (18 pour cent). Adultes plutôt jeunes et minces dont l’organisme produit trop peu d’insuline.
  3. Diabète insulino-résistant sévère, avec risque important de lésions rénales (environ 15 pour cent). L’action de l’insuline, l’hormone qui réduit le taux de glycémie, est insuffisante. Un âge de 65 ans environ, du surpoids et d’autres «maladies de société» comme un taux élevé de cholestérol et de l’hypertension en sont caractéristiques.
  4. Diabète bénin (22 pour cent). Ces patients étaient, en moyenne, âgés de 50 ans environ et avaient le surpoids le plus important, mais présentaient cependant un faible risque de lésions rénales et d’infarctus du myocarde.
  5. Diabète bénin de vieillesse: âge moyen 65 ans environ (39 pour cent)

Les chercheurs ne peuvent pas encore dire si ce classement est le meilleur ou si éventuellement, avec les années, des patients passeront d’une forme d’évolution bénigne à une forme d’évolution grave.

Source: «Lancet Diabetes Endocrinology»

de Dr med. Martina Frei,

publié le 30.04.2018

Continuer à lire


Cela pourrait également vous intéresser: