Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Questions et réponses sur la transmission du coronavirus

Les coronavirus: où ils peuvent être présents, combien de temps ils survivent sur les vêtements et les masques et comment se protéger le mieux possible.

Combien de temps les coronavirus survivent-ils sur des surfaces?

Cela dépend des matériaux, des températures et de l’humidité de l’air. Par exemple, si les virus sèchent sur une plaquette en métal, leur présence diminue en une heure à moins d’un centième de leur présence d’origine. Mais les chercheurs y ont tout de même encore trouvé des particules de virus contagieuses une semaine plus tard. Une autre expérience a montré qu’on ne trouve plus de virus actifs sur le cuivre au bout de quatre heures, alors qu’il faut attendre 24 heures sur du carton. Les nouveaux coronavirus (Sars-CoV-2) ont survécu le plus longtemps, c’est-à-dire jusqu’à trois jours, sur de l’acier inoxydable et sur du plastique lorsque les conditions étaient favorables.

Mais il s’agit de résultats d’essais en laboratoire. Premièrement, dans la vie réelle, de nombreux facteurs environnementaux portent atteinte aux virus. Il peut s’agir, par exemple, d’une chaleur desséchante. Deuxièmement, il faut une charge virale suffisamment importante pour déclencher une infection. Troisièmement, les virus doivent d’abord passer d’une personne contaminée à une surface puis, de là, réussir à atteindre les voies respiratoires d’une autre personne. Enfin, quatrièmement, les coronavirus sont faciles à éliminer en se lavant les mains et en utilisant des produits de nettoyage et de désinfection appropriés pour les surfaces. Conclusion: si personne n’est malade, il suffit d'essuyer les surfaces que les gens touchent fréquemment avec du produit de nettoyage.

Où les nouveaux coronavirus peuvent-ils être présents dans un logement?

Tant que personne dans la famille n’est infecté, aucun coronavirus ne pourra être détecté. Dans les hôpitaux, où des patients atteints du Covid étaient hospitalisés, des spécialistes de l’hygiène ont recherché des particules virales. Ils en ont trouvé sur des souris d’ordinateur, des poignées de porte, des poubelles, des rampes d’escalier, des semelles de chaussures, etc. Il est probable que ces virus présents sur des chaussures ont pu atteindre aussi des pièces très éloignées les unes des autres.

Mais ce que les chercheurs ne savent pas, c’est pendant combien de temps les virus y sont restés infectieux. De manière générale, on trouve un grand nombre de microbes sur tous les objets qui sont fréquemment touchés avec les doigts, par exemple les boutons des ascenseurs ou les touches des terminaux de paiement pour les cartes bancaires.

À quelle fréquence doit-on désinfecter son logement si quelqu’un tombe malade?

Il existe une fiche d’information (en allemand) sur ce sujet de la Société allemande de médecine générale et familiale. Tout ce que le patient touche régulièrement doit aussi être désinfecté régulièrement.

Les coronavirus peuvent-ils adhérer aux vêtements?

Des particules virales ont été détectées sur des manches de vêtements de soignants qui s’occupaient de patients atteints du Covid. Cependant, on ne sait pas si ces virus sont encore infectieux ou déjà «desséchés». Au cours d’une expérience, des scientifiques chinois n’ont plus détecté aucun coronavirus sur des tissus dès le deuxième jour (mais cela n’était pas le cas avec les masques chirurgicaux, sur lesquels des virus infectieux étaient parfois encore présents même au bout de sept jours).

Des virus Sars apparentés au Sars-CoV-2 sont restés infectieux sur du tissu en coton pendant parfois deux jours – mais uniquement s’il était «contaminé» par un très grand nombre de virus. Lorsque seulement quelques virus étaient présents sur le tissu, ils n’étaient plus contagieux une heure plus tard. Le linge de personnes malades doit être touché le moins possible et ne pas être secoué, mais mis directement dans la machine à laver ou dans un sac.

Les gants en plastique protègent-ils contre les infections?

Non, car les nouveaux coronavirus ne peuvent pas pénétrer la peau. Pour déclencher une infection, les virus doivent atteindre la bouche, le nez ou les yeux. Cela peut se produire aussi bien avec des gants qu’avec une main nue, lorsqu’une personne se touche le visage (ou mange par exemple un sandwich avec des gants ou des mains non lavées). En outre, les virus présents sur du plastique sont plus infectieux que ceux qui se trouvent sur la peau. Porter en permanence des gants en plastique n’est pas bon non plus pour la peau.

(Poursuivez votre lecture après les encadrés …)

Coronavirus: voici comment nous protéger

Vers le dossier

Quelles les conditions environnementales sont dommageables au nouveau coronavirus?

Ces virus supportent mal le dessèchement. Ils ne survivent pas non plus dans un environnement avec un taux d’acidité (valeur pH) inférieur à trois. Ils n’auraient donc aucune chance dans un estomac à jeun car le suc gastrique présente une valeur pH inférieure. La lumière UV détruit également ces virus. En ce qui concerne les températures, les expériences réalisées par les chercheurs livrent des résultats divergents. Dans l’une d’entre elles, les virus Sars apparentés ont été inactivés après avoir été exposés une quinzaine de minutes à 56° C. Mais des températures plus élevées pendant une durée plus longue sont recommandées pour la stérilisation.

Sources: «Journal of Infection», «mSphere»

Peut-on être infecté par le coronavirus en mangeant de la salade, des crudités ou des fruits?

En Asie, le coronavirus est régulièrement apparu sur les marchés aux poissons. Des scientifiques ont découvert que les nouveaux coronavirus pouvaient rester actifs plus d’une semaine à 4 ºC, par exemple sur du saumon réfrigéré.

On ne sait toutefois pas, à ce jour, si des contaminations ont eu lieu par le biais de denrées alimentaires. C’est théoriquement envisageable, puisque des coronavirus de bœuf peuvent, par exemple, rester contagieux au moins 14 jours sur une salade conservée au réfrigérateur. Les coronavirus bovins sont apparentés aux nouveaux coronavirus chez l'être humain. «Mais notre salade n’entre pas en contact avec des matières fécales ou de la salive contenant des virus et elle est lavée avant d’être consommée. Le vinaigre ou le jus de citron contenu dans les assaisonnements affecte les coronavirus éventuellement présents et ils sont ensuite entièrement détruits au plus tard dans le suc gastrique», précise Alfred Metzler, ancien professeur de virologie vétérinaire à Zurich.

Il conseille de respecter les mêmes mesures que celles qui s’appliquent de manière générale: laver, éplucher et cuisiner les aliments – ou s’en passer. Et bien sûr, il convient de se laver les mains avant de faire la cuisine et avant de manger. Si l’on observe ces consignes, les aliments ne provoqueront aucune infection.

Les coronavirus peuvent-ils être transmis par des insectes tels que les moustiques?

Non. Il existe certes des types de virus et autres agents pathogènes qui peuvent être transmis par certains moustiques ou tiques, mais les nouveaux coronavirus n’en font pas partie.

Nos animaux de compagnie peuvent-ils nous transmettre le coronavirus?

Des chats, des chiens, des hamsters, des furets, des visons, des singes, des des félins (comme le tigre) ont déjà été infectés par le nouveau coronavirus. Dans le cadre d’une expérience, des chercheurs sont parvenus à infecter des porcelets à l’aide d’une dose très élevée de virus. Ils n’ont trouvé de virus contagieux que chez un seul de ces animaux. Les lapins semblent également être sensibles, mais pas les poulets ni les canards. Les chats et les furets peuvent se transmettre le nouveau coronavirus et s’infecter mutuellement. Des vétérinaires ont également trouvé des traces de virus dans les excréments d’un chat. Mais il n’est pas certain qu’ils étaient vraiment infectieux.

Les types de coronavirus spécialisés dans les animaux, et qui peuvent infecter des chats, des chiens, des chevaux, des veaux ou des porcs, ne présentent aucun danger pour l'être humain. «En théorie, il est possible que, lorsqu’un animal est infecté par différents types de coronavirus en même temps, cela entraîne l’apparition d’un nouveau type de virus», précise Alfred Metzler.

L’Office fédéral de la santé publique recommande d’éviter tout contact avec des animaux si l’on est infecté par le Covid-19. Le «CDC», l’autorité américaine de santé publique, conseille également la «distanciation sociale» avec les animaux de compagnie et, si cela n’est pas possible, le port d’un masque.

Est-il possible d’être infecté par des coronavirus en croisant quelqu'un dans la rue?

Cela est peu probable si cette personne ne tousse pas, n’éternue pas ou ne vous crie pas dessus à ce moment-là. Une personne émet de 50 à 5’000 gouttelettes lorsqu’elle respire, environ 3’000 lorsqu’elle tousse et 30’000 lorsqu’elle éternue. Si l’on est contagieux, ces gouttelettes contiennent des virus. Quand une personne tousse, elle rejette environ 200 millions de virus dans l’environnement, selon les calculs publiés dans le blog d’Erin Bromage, professeur de biologie américain.

Cependant, les grosses gouttelettes contenant plus de virus tombent rapidement au sol. En règle générale, plus la distance entre les têtes est importante et plus le temps passé ensemble est court, plus le risque d’être infecté est faible. En effet, une certaine quantité de virus est nécessaire pour une infection – mais l’on ne sait pas encore laquelle.

Dans quels fluides corporels le Sars-CoV-2 a-t-il déjà été détecté?

Le nouveau coronavirus est en général présent dans la salive des personnes malades et il est infectieux. Les chercheurs détectent aussi fréquemment des traces de virus dans les selles des malades et des personnes guéries, mais jusqu’à présent, très peu dans les urines et de telles traces n’ont, semble-t-il, encore provoqué aucune infection. Des virus peuvent-ils être transmis lors de rapports sexuels? Des médecins chinois ont découvert des traces de virus dans le sperme de six des 38 hommes ayant fait l’objet d’un test, mais il n’est pas certain que ces virus soient infectieux. Le nouveau coronavirus a également été détecté dans le sang de personnes gravement malades.

Le coronavirus peut-il flotter dans l’air l’ambiant?

Lorsqu’une personne contagieuse parle, respire ou chante, elle peut émettre des particules aériennes contenant le virus et susceptibles de rester dans l’air pendant plusieurs heures. Toutefois, quand on court ou quand on marche, ces particules aériennes se déplacent généralement avec les courants d’air engendrés, relate le New York Times dans un entretien avec un virologue. Une petite étude portant sur des personnes malades de la grippe a montré qu’un malade sur trois rejetait des particules virales dans l’air ambiant en respirant. Leur nombre allait de 190 à 1200 par heure, mais toutes n’étaient pas infectieuses.

Dans le cas du Sars-CoV-2, les scientifiques ne sont pas encore unanimes sur l’importance des particules aériennes dans les contaminations. Il est arrivé que des personnes soient contaminées avec le Sars-CoV-2 dans le bus, dans un bureau, un restaurant ou lors d’une fête, probablement par des particules aériennes. Pour des raisons de sécurité, il faudrait également abaisser l’abattant des toilettes avant de tirer la chasse d’eau selon des spécialistes chinois. En effet, tirer la chasse d’eau projette des particules aériennes. Les éventuels coronavirus qui sont éventuellement éliminés avec les selles pourraient alors tournoyer dans les airs.

Sources: «Science»

Pourquoi le coronavirus provoque-t-il des maladies très graves chez certaines personnes et seulement bénignes chez d’autres?

Le nombre de particules virales qu’une personne «reçoit» et le nombre de «portes d’entrée» que les virus trouvent dans l’organisme peuvent, par exemple, jouer un rôle. Ils choisissent pour cela des endroits bien précis sur les cellules. Les récepteurs ACE2 se trouvent, par exemple, dans la gorge, les poumons et dans l’intestin. Les enfants possèdent moins de portes d’entrée pour ces virus, les personnes âgées plus. Une déficience immunitaire encore non détectée jusqu’à présent, des gènes héréditaires, des pathologies antérieures et bien d’autres facteurs encore inconnus peuvent contribuer à l’évolution de la maladie.

de Dr med. Martina Frei,

publié le 22.05.2020, ajusté le 11.08.2021


Cela pourrait également vous intéresser:

Mincir, retrouver la forme et la santé? Suivez un programme et gagnez un bon

Commencer maintenant
geschenkkarte-gelb.jpg