Fermer

Vivre plus sainement?

«Nous voyons mieux maintenant où se trouve l’essentiel»

Quel impact l’obligation de distance sociale a-t-elle sur nos amitiés? Le psychiatre Thomas Ihde parle d’appels téléphoniques intensifs, des relations qui n’en sont qu’à leurs débuts et des raisons pour lesquelles les gens devraient maintenant s’écrire une lettre.

Depuis trois semaines, nos contacts sociaux sont réduits au minimum. Comment le vivons-nous?

Pour certaines familles, il est agréable de pouvoir passer davantage de temps ensemble. D’autres prennent conscience de l’étroitesse de leur espace de vie. Réunir sous un même toit son travail et ses enfants scolarisés est épuisant. Beaucoup d’entre eux souffrent de la séparation d’avec leurs grands-parents. La distance physique est particulièrement difficile pour les personnes vivant seules. Notre besoin de contacts physiques – même furtifs – ne peut pas être satisfait par les moyens de communication modernes.

Nombreux sont ceux qui réalisent actuellement combien il est important pour eux de communiquer avec leurs amis et passent davantage de temps au téléphone. Et ils prennent conscience des personnes qui leur manque vraiment et avec lesquelles ils souhaitent maintenir le contact. Le coronavirus nous contraint-il à reconsidérer nos relations?

Notre réseau de relations est constitué d’une diversité de personnes qui couvrent des facettes très variées de notre personnalité. Avec certaines, nous avons des conversations profondes; avec d’autres, nous allons assister à un match de football. Actuellement, de nombreuses personnes sont inquiètes et souhaitent plutôt avoir des conversations profondes. J’ai moi-même davantage de contacts avec les membres de ma famille et je me sens plus proche d’eux; habituellement, je n’ai pas de conversations téléphoniques aussi intenses avec mon frère.

Quel est l’impact de cette situation sur l’amitié avec les amis fans de football?

En ce moment, ce type de relation est peut-être interrompu. Lorsque nous pourrons de nouveau sortir, les contacts reprendront naturellement. Cela ne fait aucun doute, inutile de s’inquiéter.

Qu’en est-il des relations amoureuses qui en sont encore à leurs balbutiements?

Les nouvelles règles inquiètent les gens: quel degré d’intimité puis-je m’autoriser? Sur les différentes plateformes de recherche de partenaires, il se passe peu de choses actuellement – ce n’est pas le moment de nouer de nouveaux contacts. Dans les relations qui n’en sont qu’à leurs débuts, la proximité et l’intimité – ou la séparation – se produisent plus rapidement. Certaines relations qui sont rompues dès le début auraient peut-être duré en temps normal; elles échouent maintenant parce que certaines personnes souhaitent s’engager plus vite. Les choses ne peuvent tout simplement plus évoluer de manière naturelle.

Comment parvenons-nous à surmonter cette situation exceptionnelle avec nos amis et notre famille?

Après les premières semaines, durant lesquelles nous avons, en permanence, suivi les actualités et où la vie familiale était très intense, nous entrons maintenant dans une phase de saturation et de routine. Il est donc essentiel de prendre le temps d’aborder d’autres sujets dans nos conversations pour éviter de tomber dans le piège de l’ennui. Vous pouvez par exemple demander à votre petite amie: «Tu lis quoi, en ce moment?» (Poursuivez votre lecture ci-dessous…)

Lisez d’autres articles sur des thèmes connexes

Mais parler du Covid-19 permet aussi de se sentir davantage solidaires les uns des autres.

C’est exact, mais il convient alors d’être attentif à nos ressentis: en parler avec certaines personnes fait beaucoup de bien. Si cela nous stresse avec d’autres, il est préférable d’éviter le sujet.

Que font les personnes qui vivent seules et qui, malgré Skype, se sentent isolées?

Malheureusement, nous n’avons pas le choix. Nous voyons mieux maintenant où se trouve l’essentiel – c’est aussi une grande chance. Lorsque la crise sera terminée, nos relations avec les autres seront différentes, du moins au cours des premières semaines. Écrivons-nous une lettre à nous-mêmes: «Ce que je retire de la crise du coronavirus pour ma vie». Nous pourrons ensuite la relire à chacun de nos anniversaires.

de Kristina Reiss,

publié le 06.04.2020


Cela pourrait également vous intéresser:

Mincir, retrouver la forme et la santé? Suivez un programme et gagnez un bon

Commencer maintenant
geschenkkarte-gelb.jpg