Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Les réponses les plus importantes relatives à la vaccination contre le Covid-19

Les premières doses de vaccin contre le coronavirus sont prêtes. Découvrez ici qui seront les premiers vaccinés, quels sont les objectifs de la vaccination et à quels effets secondaires il faut s’attendre.

La campagne nationale de vaccination contre le coronavirus a commencé. Nous répondons ici aux principales questions concernant les premiers vaccins.

Quels sont les objectifs de la vaccination?

Elle vise à prévenir les cas graves de Covid-19 chez les personnes vaccinées pour soulager également le système de santé et réduire les conséquences psychologiques, économiques et autres impacts négatifs de la pandémie.

Où pourrai-je me faire vacciner?

Les résidents des maisons de retraite et homes médicalisés seront probablement pris en charge dans tous les cantons par des équipes de vaccination mobiles. Les personnes qui sont elles-mêmes mobiles peuvent se rendre au centre de vaccination de leur région où on leur fournira toutes les informations nécessaires. En fonction du canton, l’inscription peut se faire par l’intermédiaire du médecin de famille ou directement par téléphone ou e-mail. Les personnes sans accès à Internet peuvent solliciter des proches ou leur entourage. Certains médecins traitants assurent la vaccination.

Au bout de combien de temps après la vaccination est-on protégé?

Il semble qu’il faille entre 10 à 14 jours après la première injection pour être faiblement immunisé, mais pour que les vaccins ARN communément administrés en Suisse soient réellement efficaces, deux injections, effectuées à trois ou quatre semaines d’intervalle, sont requises (selon le type de vaccin). Il ne faut donc surtout pas relâcher les mesures de précaution après la première injection. La plupart des sujets vaccinés ne sont immunisés qu’après une à deux semaines après la seconde piqûre.

L’OFSP recommande aux personnes ayant déjà contracté le coronavirus de se faire injecter une dose du vaccin, et ce, dans un intervalle allant de quatre semaines à six mois après l’infection. Dans le cas d’une contamination antérieure, il est possible de se faire vacciner plus tard. Les personnes rétablies sont considérées comme totalement vaccinées avec une dose. 

Combien de temps dure l’immunisation?

On ne le sait pas encore. Actuellement, les experts suisses estiment que les vaccins ARN de Pfizer/Biontech et de Moderna sont efficaces pendant un an contre les formes légères de Covid-19 et même plus longtemps contre les formes sévères. Mais cela ne s’applique pas aux seniors ni aux personnes avec un système immunitaire très affaibli.

Quel est le vaccin le plus efficace contre les formes sévères de coronavirus?

Les études réalisées à ce jour montrent que les vaccins ARN de Pfizer/Biontech et de Moderna, communément administrés en Suisse, sont très efficaces. Vous trouverez ici de plus amples informations sur les effets et les effets indésirables.

Le vaccin est-il également efficace contre les nouvelles variantes du Covid?

D’après les connaissances actuelles, les vaccins anti-Covid sont également efficaces contre les nouveaux variants, mais peut-être pas autant. Il reste à savoir si de futurs variants pourraient résister aux vaccins. Des fabricants développent actuellement les vaccins dans la perspective de nouvelles formes de variants.

Comment les vaccins fonctionnent-ils?

Conseils
  • L’«Infoline sur la vaccination Covid-19» de l’Office fédéral de la santé publique fournit des informations tous les jours de 6 heures à 23 heures au +41 58 377 88 92.
  • Une liste des maladies associées à un risque accru de Covid-19 peut être consultée ici. En cas de doute, il est préférable de consulter son médecin de famille.
  • Vous trouverez ici des informations détaillées sur les différents vaccins (lien en allemand).
  • Vous devez apporter les documents suivants lors de la vaccination: carte d’identité, carnet de vaccination, carte d’assurance-maladie, déclaration de consentement dûment remplie et, si nécessaire, attestation de votre médecin de famille précisant que vous faites partie du groupe à risque.
  • En cas de réactions sévère après une vaccination, il est recommandé d’éviter les efforts physiques importants.
  • Les médecins ou les personnes vaccinées doivent signaler toute suspicion de complication liée au vaccin.

Les vaccins autorisés de Pfizer/Biontech et de Moderna sont de type ARN. Cette technique consiste à faire en sorte que le système immunitaire intègre des caractéristiques des nouveaux coronavirus et les combatte. Il s’agit notamment de la protéine Spike à la surface des virus, dont les vaccins ARN possèdent le plan de montage. Lors de la vaccination, celle-ci est introduite dans les cellules grâce à des nanoparticules.

Les cellules commencent alors à produire des protéines Spike selon le plan de montage. Le système immunitaire les reconnaît et sécrète des anticorps et cellules immunitaires pour les combattre. Les plans de montage administrés avec la vaccination sont rapidement détruits et éliminés dans l’organisme. En revanche, les défenses immunitaires, qui luttent contre les protéines Spike, sont conservées et entrent en action dès lors que des coronavirus porteurs de Spike pénètrent dans l’organisme.

Avec d’autres vaccins comme celui d’Oxford/AstraZeneca, le plan de montage des protéines Spike est véhiculé vers les cellules par un virus, lequel n’est pas nuisible à l’homme. Quant au vaccin chinois de Sinopharm, il utilise du Sars-CoV-2 inactivé. D’autres encore contiennent des fragments de coronavirus.

(Voir suite ci-dessous...)

En lien avec le sujet

En savoir plus
Impfung wird vorbereitet im Corona-Impfzentrum
Vaccination contre le coronavirus

Ce qui attend les visiteurs au centre de vaccination

La vaccination a déjà commencé à Bâle, là où se tient habituellement le Salon de l’horlogerie et de la bijouterie. Le vaccin contre le Covid-19 est surveillé comme un joyau.

Vers le dossier

À quels risques et effets secondaires faut-il s’attendre?

De l’avis de Swissmedic, les vaccins utilisés en Suisse sont sûrs et efficaces. Mais comme pour tous les médicaments, les vaccins peuvent entraîner des effets secondaires, généralement de faible intensité et de courte durée. Selon une étude britannique, environ trois quarts des personnes ayant reçu le vaccin Comirnaty ont ressenti des douleurs pendant un à deux jours au niveau de la piqûre (lien en anglais). Avec Moderna, de nombreux patients ont eu de courtes réactions localisées. Les douleurs, les rougeurs et les gonflements au niveau de la piqûre, les maux de tête, la sensation de fatigue, les douleurs musculaires et articulaires, les frissons, l’état fiévreux ou la fièvre font partie des effets secondaires les plus fréquents.

Existe-t-il des effets secondaires rares et graves?

Oui. De rares cas de myocardite et de péricardite ont été recensés avec les vaccins ARN. Ils se sont généralement produits chez de jeunes hommes dans les 14 jours suivant la seconde injection. Aux États-Unis, cela a concerné environ six adolescents et hommes sur 100 000, entre l’âge de 12 à 24 ans. De rares effets secondaires se manifestent – y compris avec les nouveaux médicaments – souvent après une vaste diffusion et parfois après une longue période. Les autorités surveillent donc tout cela de près. Ainsi les fabricants doivent-ils faire un rapport mensuel à l’Agence européenne des médicaments pendant un an. Pour pouvoir identifier rapidement les éventuels effets secondaires, il est important que ceux-ci soient signalés.

Que faire en cas de suspicion d’une complication liée à un vaccin?

Il est préférable de contacter d’abord son médecin de famille. Les personnes qui souhaitent signaler elles-mêmes un éventuel effet indésirable peuvent le faire ici et trouveront ici des informations sur la marche à suivre en cas de suspicion d’un dommage lié à une vaccination.

Pour savoir ce que d’autres personnes ont déjà signalé, il convient de consulter par exemple, dans les bases de données suivantes, les informations pour l'Europe et pour les USA (lien en anglais) relatives aux cas suspectés liés au vaccin. Mais cela ne signifie pas que ces cas puissent être effectivement imputés à une vaccination.

A-t-on constaté des réactions allergiques sévères?

Les vaccinations entraînent rarement des réactions allergiques graves. Celles-ci concernent en général une personne vaccinée maximum sur environ 100’000, voire une sur plus d’un million. Cette «anaphylaxie» apparaît généralement dans les 30 minutes et doit être traitée avec des médicaments d’urgence.

Le responsable est peut-être l’additif polyéthylène glycol contenu dans le vaccin. Les allergologues précisent que «Comirnaty» contient moins de substances allergènes que les vaccins classiques et que les personnes souffrant de rhume des foins ou d’autres allergies légères ne devraient pas s’inquiéter.

 

Oui, jusqu’à 2% des personnes vaccinées ont présenté une allergie. Mais les formes graves de réaction sont rares. Les données à ce sujet varient: elles concernent tout au plus 25 individus sur 100 000 personnes vaccinées, voire 1 sur 400 000 selon les estimations. Généralement, cette anaphylaxie se manifeste dans les 30 minutes suivant la première injection et la personne concernée doit faire l’objet d’un traitement médical d’urgence. Dans la grande majorité des cas, il s’agit d’individus ayant déjà eu une réaction allergique. 

Le polyéthylène glycol contenu dans les vaccins pourrait être responsable de cette allergie. Les allergologues indiquent pourtant que le vaccin Comirnaty contient moins de substances allergènes que les vaccins conventionnels et que les personnes souffrant de rhume des foins ou d’autres allergies légères n’ont aucune raison de s’inquiéter. Une étude a révélé que près de 160 personnes ayant eu une réaction allergique après la première injection avaient bien supporté la seconde dose de vaccin. Dans ce cas de figure, il peut être judicieux, à titre préventif, de prendre un antihistaminique avant la seconde injection. 

Les vaccins contiennent-ils des additifs?

Contrairement aux anciens vaccins, ceux de type ARN ne contiennent ni mercure ni argent, mais d’autres additifs tels que des nanoparticules lipidiques, d’infimes quantités de sucre et de sel ainsi que du polyéthylène glycol. De nombreux cosmétiques, produits d’hygiène et médicaments (notamment contre la constipation) contiennent aussi du polyéthylène glycol. 

La quarantaine s’applique-t-elle aux personnes vaccinées?

Oui. Seules les personnes totalement vaccinées depuis moins de six mois peuvent se soustraire à la quarantaine. 

Comment se fait-il que des personnes ayant reçu la première dose de vaccin contractent tout de même le Covid?

Il peut y avoir plusieurs explications à cela. Après la première dose, le vaccin ne commence à être efficace qu’après deux à trois semaines. Par ailleurs, la protection des vaccins de Pfizer et Moderna est bonne, mais pas de 100%. Sans compter que les symptômes peuvent apparaître les jours précédant la vaccination ou entre 14 et 20 jours après la vaccination.

J’ai eu le coronavirus, dois-je tout de même me faire vacciner?

Oui. Les personnes ayant contracté la maladie sont certes protégées, mais on ne sait pas combien de temps dure cette immunité. Comme on dispose encore d’un nombre limité de doses, il a été décidé de commencer par vacciner les personnes n’ayant pas encore contracté la maladie. Il faut également noter que des choix différents ont été faits selon le canton dans la gestion des vaccinations.

En l’état actuel des connaissances, les gens qui ne savent pas qu’ils sont infectés par le Sars-CoV-2 au moment de la vaccination et qui ne présentent aucun symptôme ne courent aucun risque.

Combien coûte la vaccination?

Pour les particuliers, elle est gratuite. On ignore ce que la Confédération doit débourser pour les vaccins mais, selon différentes sources (lien en allemand), le vaccin de Pfizer/Biontech coûte l’équivalent d’environ 13 à 18 francs, celui de Moderna de 15 à 29 francs et celui d’AstraZeneca de 1 à 4 francs.

Peut-on m’obliger à me faire vacciner?

Non, la vaccination est libre. Mais il est actuellement question de la rendre obligatoire pour le personnel médical.

Faudra-t-il se faire vacciner plusieurs fois?

Un rappel semble plus indiqué pour les seniors et les personnes avec un système immunitaire très affaibli que pour les jeunes et autres personnes en bonne santé. Tout dépend de l’avancée des connaissances sur l’efficacité du vaccin pour ces groupes d’individus. En outre, il est difficile de prédire comment évoluera la pandémie, notamment au niveau des mutations. C’est pourquoi la Suisse a conclu des contrats pour des livraisons de doses supplémentaires.

de Dr med. Martina Frei et Benita Vogel,

publié le 12.01.2021, ajusté le 12.08.2021


Cela pourrait également vous intéresser:

Profitez de 20% de rabais sur les produits V-Love jusqu'au 4.10

Profiter
v-love-quadratisch.jpg