Fermer

Vivre plus sainement?

Cystite: le danger menace à la piscine

Un maillot de bain mouillé qui refroidit l’abdomen, et la cystite s’annonce déjà. Comment prévenir les infections urinaires.

Ce sont les bactéries proliférant sur notre corps et dans notre organisme qui provoquent une cystite. L’eau de la piscine n’y est pas pour grand-chose.

Des milliards de microbes facilitant la digestion vivent dans notre intestin. Il est quasiment inévitable que certains d’entre eux trouvent également le chemin de la vessie. Dans la plupart des cas, cela ne cause aucun trouble. En effet, normalement, ils sont évacués vers l’extérieur à chaque miction.

Pour qu’une cystite se déclare, il faut que soient réunis davantage de facteurs favorisant une infection. À la piscine, c’est par exemple le maillot de bain mouillé qui refroidit l’abdomen. De plus, il crée dans la région intime un milieu humide et chaud dans lequel certains agents pathogènes se multiplient avec particulièrement de facilité. Il est donc conseillé d’enlever le maillot de bain mouillé et de mettre des vêtements secs et aérés tout de suite après la baignade.

Boire suffisamment prévient la cystite

Boire insuffisamment – notamment par temps chaud – favorise aussi la cystite. En effet, qui boit peu a rarement besoin d’aller aux WC. De plus, une urine très acide peut irriter la paroi vésicale. Un apport de liquide suffisant (deux à trois litres par jour) et des mictions fréquentes (jusqu’à ce que la vessie soit vide) préviennent donc une cystite. Chez des personnes en bonne santé, la couleur de l’urine fournit un bon indice: si elle est claire, l’apport de liquide est correct.

Les bactéries ont relativement peu de mal à parvenir dans la vessie, notamment chez les femmes. Chez elles, l’urètre n’est long que de trois à cinq centimètres. Comme le vagin et l’urètre se trouvent très près l’un de l’autre, le fil mouillé d’un tampon peut devenir un «fil conducteur» pour les agents pathogènes. Il est donc recommandé de changer de tampon après la baignade.

Tousser plusieurs fois peut également prévenir les cystites. Cela exerce une pression sur le plancher pelvien, qui expulse l’éventuelle eau du bain encore présente dans le vagin et prive les bactéries d’une niche humide où elles pourraient se reproduire. (Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Protégez-vous des infections

Tout sur le sujet

Ce que vous devez savoir

Les symptômes caractéristiques d’une cystite sont le besoin permanent d’uriner, les mictions fréquentes (souvent pour quelques gouttes seulement), les brûlures lors de la miction et les douleurs abdominales.

Si des symptômes de cystite apparaissent, les personnes jeunes en bonne santé devraient boire beaucoup (par exemple du thé pour les reins et la vessie) et, si nécessaire, soulager les douleurs ventrales par la chaleur et/ou des médicaments disponibles sans ordonnance comme l’ibuprofène ou le paracétamol.

Si aucune amélioration n’intervient dans les deux jours ou si des signes d’avertissement (fièvre, fort sentiment de malaise, frissons, douleurs dans les flancs, nausées) se manifestent, il est fortement conseillé de consulter un médecin.

Chez les femmes enceintes, les hommes et les sujets souffrant d’immunodéficience ou de diabète, le risque qu’une cystite dégénère en pyélite (inflammation du bassinet du rein) est plus élevé. Ils devraient immédiatement consulter un médecin.

Pour la toilette intime, nettoyez toujours de l’avant vers l’arrière, car sinon, les bactéries sont transportées de l’anus vers la vessie.

Psychisme et stress peuvent favoriser les cystites.

En raison du voisinage étroit entre vagin et vessie, les relations sexuelles peuvent véhiculer une infection des voies urinaires. Uriner après une relation sexuelle est une bonne mesure préventive.

Après la ménopause, le niveau d’œstrogène, l’hormone sexuelle féminine, diminue chez les femmes. La muqueuse peut alors devenir fine et sèche, ce qui favorise les infections des voies urinaires. Un traitement local à base d’œstrogène peut s’avérer utile en cas de douleurs tenaces.

de Camilla Mehrkens,

publié le 05.07.2019


Cela pourrait également vous intéresser:

S’abonner à la newsletter et gagner un bilan de santé de medbase

S'abonner