Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Le zona est-il contagieux?

Un virus, deux maladies: en plus de la varicelle, le virus varicelle-zona peut par la suite aussi provoquer un zona (herpès zoster), une éruption cutanée très douloureuse qui survient le plus souvent à un âge avancé.

Le virus varicelle-zona (VZV) est l’un des agents pathogènes les plus répandus. Il est présent dans le monde entier et, en Suisse aussi, la quasi-totalité de la population adulte (98% d’après l’OFSP) dispose d’anticorps contre le VZV. Cela signifie que presque tous les habitants de notre pays ont eu lorsqu’ils étaient enfants la varicelle (aussi appelée quelquefois «petite vérole volante» ou «fausse variole»).

Le zona: causes et symptômes.

Chez environ 20% des personnes ayant contracté une fois dans leur vie la varicelle, le virus varicelle-zona cause, des années plus tard, une autre maladie: le zona, aussi nommé herpès zoster. En effet, même si une infection par le VZV induit en général une immunité définitive contre la varicelle, les virus survivent dans l’organisme humain la vie durant en s’implantant dans les nerfs crâniens et les racines nerveuses de la moelle épinière.

Avec l’âge et dans certaines conditions, par exemple un affaiblissement des défenses immunitaires, mais aussi sous l’influence d’un traumatisme, du stress, du rayonnement UV ou de certains médicaments, les virus recommencent à se multiplier et migrent vers l’extérieur le long du nerf, jusqu’à la peau, où se forme le zona. Toutes les régions du corps peuvent être touchées: le visage (zona facial) et même des organes comme les yeux ou le cerveau. Il n’est pas rare non plus que le zona se développe dans le cou, le dos, les jambes, le torse ou les bras.

Le zona est-il contagieux?

Gürtelrose am Arm
Gürtelrose am Arm

Une contamination directe à l’herpès zoster, c’est-à-dire au zona, est plutôt rare. Cela s’explique par le fait que le zona se déclare en général chez les personnes ayant déjà eu la varicelle des années auparavant. Cette dernière se transmet facilement par l’émission dans l’air de gouttelettes. En revanche, dans le cas du zona, seul le liquide contenu dans les vésicules est contagieux comme l’indique l’Agence fédérale allemande pour la santé publique.

L’OFSP recommande aux personnes n’ayant pas encore contracté la varicelle de se faire vacciner d’ici à leurs 39 ans. En effet, le risque de complications est plus élevé à un âge avancé et près de 20% des individus qui ont attrapé la varicelle vont être affectés plus tard par un zona.

Le vaccin Zostavax contre l’herpès zoster (zona) est disponible en Suisse depuis 2017 pour les personnes âgées de 65 à 79 ans, ainsi que pour celles à partir de 50 ans dont le système immunitaire est affaibli.

En lien avec le sujet

En savoir plus
Junger Mann mit Herpes an der Lippe
Herpès labial

Que faire contre ces pénibles petites vésicules?

Beaucoup d’individus sont infectés, mais les désagréables vésicules de l’herpès n’apparaissent pas chez tous. Pourquoi le font-elles et que peut-on faire pour les en empêcher?

Stade initial et évolution du zona: d’abord des douleurs, ensuite l’éruption

Les symptômes d’un zona commencent le plus souvent par de la fatigue, avec éventuellement une légère fièvre, et, dans la région cutanée touchée, des douleurs provoquant une sensation de brûlure. Des démangeaisons peuvent également se produire. Quelques jours après l’apparition des douleurs, une éruption cutanée en forme de bande apparaît sur une partie du corps: rougeur, groupes de vésicules sur fond rouge, parfois semblables à de petites rosaces et en partie remplies de sang. 

Au bout de quelques jours, les vésicules, remplies d’un liquide extrêmement contagieux, éclatent et s’encroûtent, laissant aussi souvent cicatrices et pigmentation. Dans le cas du zona, la disparition complète des symptômes peut prendre jusqu’à un mois.

Traitement du zona: consulter rapidement un médecin.

Il est possible de soulager les symptômes d’un zona avec des analgésiques et des solutions dessiccatives et antiseptiques à passer sur les parties du corps concernées. En outre, des médicaments spéciaux inhibant la reproduction du virus doivent presque toujours être administrés sous forme de comprimés ou par perfusion intraveineuse.

Les médicaments empêchant la multiplication du VZV sont particulièrement efficaces lorsqu’ils sont administrés précocement. En cas de suspicion de zona, il ne faut donc pas tergiverser, mais consulter immédiatement un médecin, de préférence un dermatologue. Celui ci peut le plus souvent diagnostiquer le zona en interrogeant le patient et en tenant compte des symptômes typiques de la maladie. Il est également important de déterminer ce qui a entraîné l’apparition de l’affection. Lorsqu’il n’y a aucune raison manifeste, rechercher des maladies qui, dans un premier temps, ne causent aucun symptôme spécifique, mais provoquent malgré tout une faiblesse immunitaire peut dans certains cas en valoir la peine.

publié le 14.06.2017, ajusté le 28.06.2021


Cela pourrait également vous intéresser:

Mincir, retrouver la forme et la santé? Suivez un programme et gagnez un bon

Commencer maintenant
geschenkkarte-gelb.jpg