Fermer

Vivre plus sainement?

Ce que nous indique le pouls

Le rythme cardiaque au repos en dit long sur le risque de mortalité. C’est également le cas pour les maladies cancéreuses.

Il ne s’agit que de quelques battements en plus par minute – mais ils ont leur importance. Des chercheurs australiens ont étudié auprès de 21 000 adultes la façon dont le rythme cardiaque évoluait au fil du temps et quel était le rapport avec le risque de mortalité.

Au lancement de l’étude, au début des années 1990, les participants étaient âgés de 55 ans en moyenne. Un bon tiers affichait alors un pouls au repos de 60 à 69 battements par minute. Plus cette fréquence cardiaque était élevée, plus fort était tendanciellement le risque de mourir d’un cancer que d’autres raisons.

Ne manquez plus aucun sujet traité par iMpuls: abonnez-vous à notre newsletter

Plus prononcé pour certaines tumeurs

Entre 2003 et 2007, les chercheurs ont de nouveau mesuré le pouls au repos. Chez près d’un participant à l’étude sur cinq, le cœur était alors plus rapide que lors de la première mesure. Il semble plausible que ce phénomène puisse être corrélé à une mortalité supérieure pour des maladies cardiaques.

Fait surprenant, la mortalité due au cancer et à d’autres raisons était aussi supérieure lorsque le pouls avait par exemple augmenté de 65 au début à 75 battements par minute par la suite. Pour certaines maladies cancéreuses – au sein, à l’intestin et au poumon– cette corrélation était plus évidente qu’en cas de participants atteints par exemple de tumeurs au cerveau.

Un étalon pour la forme physique

Même en considérant différents facteurs tels que le tabagisme ou le tour de taille, qui peuvent également jouer sur la mortalité, la corrélation demeurait.

La fréquence cardiaque au repos est notamment influencée par le stress (augmentation du pouls) ou la pratique sportive régulière (baisse du pouls). Un rythme cardiaque bas au repos chez les personnes en bonne santé est considéré comme un étalon de forme physique et de santé.

Source: «Heart»

de Dr med. Martina Frei,

publié le 19.11.2018


Cela pourrait également vous intéresser: