Fermer

Vivre plus sainement?

11 Mythes sur les douleurs dorsales

Les douleurs dorsales sont un phénomène très répandu, et pas uniquement en Suisse. Beaucoup de choses ont été écrites, recommandées et dites, mais quelle est la part de vérité? Qu’en est-il vraiment des mythes relatifs aux douleurs dorsales?

Du point de vue statistique, presque tous les citoyens et citoyennes helvétiques ont une fois tous les deux ans des douleurs dans le bas du dos. La plupart d’entre elles disparaissent en l’espace de quatre à six semaines, mais une petite proportion peut cependant s’avérer tenace et gêner plus ou moins longtemps les personnes concernées.

Mais que faire en cas de douleurs dorsales? Davantage de musculation? Adopter une position assise (prétendument) meilleure? Qui n’a pas déjà reçu un conseil bien intentionné pour remédier à ses problèmes de dos? Les nombreux trucs, traitements et opinions sur la question reflètent son importance au sein de la société.

Mais le fait est qu’il n’existe pas de réponse simple et universelle. Il est donc temps d’en finir avec les onzes mythes les plus fréquents entretenus autour du mal de dos en les soumettant à un «banc d’essai» scientifique.

(Voir suite ci-dessous...)

Votre dos restera ainsi en bonne santé

Consultez notre dossier

1. Douleurs dorsales n’augurent rien de bon

Notre dos est une partie centrale et sensible du corps. Quand un nerf est coincé ou pincé dans la colonne vertébrale, nous craignons rapidement qu’un dommage irréversible soit survenu. Mais dans la plupart des cas, les symptômes disparaissent d’eux-mêmes dans les deux ou trois semaines suivantes. Ce type de douleurs est très répandu. Environ une personne sur deux en souffre une fois par an. Des études révèlent toutefois que dans moins d’un pour cent des cas, une cause physique grave est à l’origine des douleurs. Un cancer ou une tumeur sont très rarement la cause de douleurs dorsales.

2. Plus l’on vieillit, plus les problèmes de dos sont récurrents

Il est vrai que les causes physiques graves, telles que le rétrécissement du canal rachidien ou les fractures vertébrales dues à l’ostéoporose deviennent plus fréquentes avec l’âge. Mais les douleurs dorsales non spécifiques sont déjà très répandues chez les jeunes.

3. Le disque intervertébral est souvent responsable des douleurs dorsales

Étonnamment, l’anatomie n’explique souvent pas les symptômes qui apparaissent. Les hernies discales sont aussi fréquentes chez les personnes en bonne santé que chez les patients souffrant de douleurs dorsales. On constate déjà des changements dégénératifs à l’IRM chez 50% des jeunes de 21 ans. Les traitements onéreux prescrits suite à un résultat d’IRM sont inutiles et inefficaces. En Suisse, le coût des douleurs dorsales est d’environ 11 milliards de francs par an.

4. On devrait ménager son dos et le solliciter le moins possible

On pourrait penser que le dos est particulièrement menacé par l’apparition de douleurs et doit, par conséquent, être ménagé et pas trop sollicité. Une observation précise de l’anatomie du dos est ici utile: le dos est conçu pour le mouvement, et ce dans tous les sens. Si l’on évite certains mouvements, à savoir se baisser ou se tourner, le dos perd sa capacité à les effectuer. Toutefois, si l’on est gêné pour se baisser ou se tourner, cela peut conduire à des situations de sollicitation excessive du dos et il le fait savoir. Comparez cela avec l’impression que vous ressentez dans les genoux après une randonnée éprouvante! Les douleurs sont souvent plutôt musculaires, donc sans danger!

5. Être assis bien droit est bon pour le dos

L’idée qu’être assis le dos courbé ou sur une chaise inappropriée peut entraîner des douleurs dorsales est largement répandue. Il est toutefois surprenant de constater qu’il n’existe aucun lien scientifiquement établi entre la position assise et l’apparition de douleurs dorsales. La posture idéale ou la chaise parfaite n’existent donc pas. C’est lorsqu’une personne est assise bien droite que la tension et la compression dans le dos sont les plus élevées. Il est donc préférable de changer fréquemment de position sur sa chaise et de bouger régulièrement.

6. Plus le dos fait souffrir, plus c’est grave

Ce parallèle semble évident: plus l’on a mal quelque part, plus la lésion correspondante est grave. Ce qui, de prime abord, paraît être du bon sens est heureusement inexact. L’organisme génère des douleurs quand il estime qu’une situation est effectivement ou possiblement dangereuse. Dans un cas grave, c’est facile à comprendre: une cheville foulée fait mal et doit aussitôt être ménagée. Si les douleurs s’installent plus ou moins durablement, elles se muent en indésirable compagnon. Leur fonction protectrice perd de son importance, il peut y avoir douleur même s’il n’y a plus aucune lésion tissulaire.

7. Soulever de lourdes charges endommage le dos

Même cette idée largement répandue est fausse. Un dos entraîné peut soulever et transporter des charges même très lourdes. L’essentiel est simplement d’adopter une posture ergonomique: garder le dos droit et utiliser la force de ses jambes. Et bien sûr, il faut développer sa musculature de manière régulière. Lors d’exercices de musculation avec des haltères, il est donc recommandé d’augmenter progressivement le poids des haltères.

8. Un matelas dur est préférable

Cette sagesse populaire très connue est sans aucun doute une opinion masochiste, car un matelas dur n’est pas nécessairement bon pour le dos. Le choix d’un matelas est une question très personnelle. En particulier pour les personnes n’ayant aucun problème de mobilité, un matelas moelleux est généralement préférable, car il épouse mieux la forme de la colonne vertébrale. Mais il ne doit pas non plus trop s’affaisser. Lors du choix d’un matelas, il est recommander de l’essayer, l’idéal étant de le faire pendant plusieurs nuits.

9. Nager la brasse et faire du jogging sont mauvais pour le dos

Qui n’a pas déjà entendu cela au moins une fois? Le jogging serait mauvais pour le dos à cause des impacts répétés? Ou la brasse est nocive à cause du dos creux qu’elle entraîne? En réalité, il n’existe aucun sport idéal pour les personnes sujettes aux douleurs dorsales. Les sports à efforts intermittents, tels que le football, le tennis ou le squash, ont un effet plutôt défavorable. En revanche, selon les études, les sports comme le jogging, la natation, le yoga, le Pilates ou l’entraînement des muscles abdominaux ont tous un effet comparable en matière de douleurs dorsales. L’essentiel est de se sentir bien dans la pratique de son sport favori.

10. La chaleur soulage les douleurs dorsales

Quand les symptômes viennent d’apparaître, refroidir la zone douloureuse est généralement préférable – par exemple avec un cold pack. Au bout d’un ou deux jours, la chaleur peut cependant être agréable car elle détend les muscles. Une bouillote ou un enveloppement chaud peuvent alors soulager. Mais là aussi, il est recommandé d’essayer.

11. En cas de douleurs dorsales, il faut passer une radio ou un scanner

Les techniques d’imagerie telles que la radiographie ou l’imagerie par résonance magnétique (IRM) ne sont nécessaires que dans des cas rarissimes et sont aussi précieuses pour le diagnostic et le traitement des douleurs dorsales. De nombreuses études ont montré que les modifications constatées sur une radio ou une IRM ne sont que rarement corrélées avec l’intensité des douleurs. Au contraire: les altérations des disques intervertébraux, par exemple, surviennent aussi avec un pourcentage élevé même chez des personnes ne souffrant pas de douleurs dorsales.

de Andrea Söldi, Prof. Dr Hannu Luomajoki et Fabian Pfeiffer,

publié le 11.04.2018, révisé le 15.09.2020

Continuer à lire


Cela pourrait également vous intéresser:

Mincir, retrouver la forme et la santé? Suivez un programme et gagnez un bon

Commencer maintenant
geschenkkarte-gelb.jpg