Fermer

Vivre plus sainement?

Diminuer la tension artérielle avec des bactéries?

Excès de sel et manque de «bonnes» bactéries intestinales: l’hypertension artérielle menace. Les probiotiques pourraient prévenir la hausse de tension.

Les chercheurs ont découvert un moyen peu habituel de réduire la tension artérielle. Ils ont étudié comment évoluait la flore intestinale en cas de consommation excessive de sel – un problème rencontré dans les principaux pays occidentaux. Les Suissesses et les Suisses ingèrent ainsi près de neuf grammes de sel par jour alors que moins de cinq seraient recommandés. Pourtant, le sel fait grimper la tension artérielle d’un grand nombre de personnes.

Effet sur notre système immunitaire

Les chercheurs ont commencé par exposer des souris puis 12 personnes test en bonne santé à un régime très salé. Trois phénomènes ont alors pu être observés tant chez les rongeurs que chez les humains: les bactéries lactiques présentes dans l’intestin disparaissaient presque en totalité, car celles-ci n’apprécient pas le sel en trop grande quantité. La tension artérielle augmentait. De plus, certaines cellules immunitaires se développaient dans le sang, favorisant non seulement des maladies auto-immunes telles que la sclérose en plaques, mais aussi des inflammations des artères et de l’hypertension. (poursuivez votre lecture ci-dessous...)

En lien avec le sujet

Les peuples primitifs ont plus de lactobacilles

Mais lorsque les souris recevaient des bactéries lactiques, leur tension artérielle restait basse tout comme le nombre de leurs cellules immunitaires. Cela probablement parce que les lactobacilles produisent des indoles dont l’un d’entre eux freine la formation des cellules immunitaires pathogènes. Comparée aux peuples primitifs, la population des pays occidentaux possède moins de bactéries lactiques dans l’intestin.

Quatorze grammes de sel par jour

Des études de grande envergure doivent à présent montrer si les probiotiques dotés de bactéries lactiques peuvent aider à lutter contre l’hypertension. La difficulté des expériences se situe dans la dose: les personnes test n’ingéraient «que» 14 grammes de sel par jour alors que les souris recevaient une quantité correspondant à 170 grammes par jour chez l’humain.

Source: «Nature»

de Dr med. Martina Frei,

publié le 25.07.2018


Cela pourrait également vous intéresser: