Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Le médecin en chef responsable de notre équipe olympique

Patrik Noack est le médecin en chef de la délégation olympique suisse à Tokyo. Il parle de son métier, du dopage en période de coronavirus et de ses moments forts lors des compétitions.

Le point culminant de sa propre carrière sportive, lorsqu’il était adolescent, a été de «monter une marche plus haut sur le podium que Viktor Röthlin», déclare Patrik Noack en riant. Il est le médecin le plus haut gradé de la délégation suisse aux Jeux olympiques de Tokyo. «La photo de sa victoire du Grand Prix Volksbank sur cinq kilomètres à Berne a une place de choix dans son album.» L’homme de 47 ans n’a pas seulement l’air athlétique, il l’est. Il était lui-même coureur de demi-fond sur 1500 mètres, et s’est ensuite lancé dans le triathlon grâce à sa femme. Il n’est donc pas étonnant qu’après avoir obtenu son diplôme en médecine interne, il ait également obtenu son certificat de capacité en médecine du sport à Macolin. Viktor Röthlin et Christian Belz étaient également là au même moment, tous nés en 1974 comme Noack – un millésime exceptionnel. Les relations avec les entraîneurs et les collègues que Noack a forgées pendant sept ans à Macolin sont également importantes pour son travail de médecin de fédération.

Qu’est-ce qui distingue un médecin de fédération et olympique?

Patrik Noack: Je suis là toute l’année pour répondre aux questions des athlètes, même le week-end. Le travail principal est effectué à la maison, et non lors des compétitions. L’objectif est de prévenir les blessures et les maladies. Les infections doivent être évitées, surtout chez les athlètes d’endurance. Le coronavirus joue actuellement en notre faveur, car les mesures de protection étaient meilleures que d’habitude en hiver grâce au port de masques. Le masque protège également contre les infections lors des transferts et des voyages en bus. J’organise et supervise également les examens médicaux sportifs annuels des athlètes. En fin de saison, je fais le point avec chaque athlète et j’établis un plan d’action si nécessaire. À l’aide d’analyses de sang, je vérifie s’il existe une carence en minéraux ou en vitamines et je conseille les athlètes sur l’utilisation de suppléments et sur les nouveaux ajouts à la liste des produits dopants. À l’approche des Jeux olympiques, après consultation des fédérations, j’ai constitué une équipe de médecins et de physiothérapeutes pour assurer le suivi médical des athlètes suisses sur les sites respectifs à Tokyo.

Quelles sont les particularités de Tokyo?

À Tokyo, la grande chaleur et la forte humidité représentent des défis pour les athlètes. C’est pourquoi nous avons fait un voyage de reconnaissance à Tokyo pour constater en personne les conditions sur place.

Et?

Elles sont très exigeantes. Heureusement, grâce à l’OFSPO, nous disposons d’une chambre thermique dans le vélodrome de Granges. Les athlètes ont pu s’y entraîner à la chaleur. Je recommande également les vestes réfrigérantes comme «pre-cooling» avant les compétitions, ainsi que le refroidissement interne avec ce que l’on appelle des «ice slurries» avant et pendant la compétition. Bien sûr, tout cela doit être testé.

Qu’est-ce qui est important juste avant le début des Jeux olympiques?

Le coronavirus est bien sûr d’actualité. Toute personne ayant contracté le coronavirus ne doit pas faire de sport pendant 10 jours, car le virus peut s’attaquer à différents organes tels que le cœur et les poumons, ce qui est heureusement rarement le cas, mais a des conséquences dangereuses. L’organisation des tests PCR et autres prend également du temps, surtout si les vols doivent être annulés et les tests répétés parce qu’ils ne doivent pas remonter à plus de 72 heures. En outre, je donne des conseils sur la façon de prévenir le décalage horaire: trois jours avant le vol, il convient de se coucher toujours une heure plus tôt et de se lever une heure plus tôt. Le jour du vol, il est préférable de monter dans l’avion à l’heure de Tokyo et de rester éveillé pendant toute la journée à Tokyo.

Le décalage horaire avec Tokyo est de sept heures. S’il est 22 heures en Suisse, il est cinq heures du matin à Tokyo, où le jour suivant commence. Patrik Noack s’installe toujours dans un hôtel de jour avant le départ. Il y dort lorsque la nuit tombe à sa destination. Lors d’un vol de nuit vers l’Est, il est souvent le seul dans l’avion à avoir une lampe de lecture allumée pendant tout le vol. Comme la lecture est l’un de ses passe-temps, au même titre que le jogging, le vélo, la natation et les voyages, cela fonctionne généralement bien. Sa femme et ses deux garçons ne l’accompagnent pas durant ces voyages, mais ils apprécient toujours de découvrir de nouveaux pays et de nouvelles villes dans leur vie privée.

Que faites-vous sur place?

Nous sommes quatre médecins, un psychologue du sport, 11 physiothérapeutes et deux ostéopathes. Heureusement, j’interviens surtout pour des blessures et maladies mineures. Lorsque quelqu’un doit être hospitalisé ou rapatrié, il est rassurant pour les athlètes blessés et leus personnes qui les accompagnent de voir un visage familier. Aux Jeux olympiques, les médecins de terrain du pays hôte sont en première ligne. Ce n’est qu’ensuite que les médecins et les physiothérapeutes du pays de l’athlète entrent en jeu. Lors des grandes compétitions comme les championnats du monde ou les Jeux olympiques, je suis toujours moi-même sur place. Lors d’autres événements, les physiothérapeutes sont seuls sur place et me contactent à la maison par Skype ou par téléphone en cas de blessures ou de maladies des athlètes.

(Voir suite ci-dessous...)

Vous êtes également médecin généraliste – cela vous aide-t-il aux Jeux olympiques?

Oui, beaucoup. La plupart du temps, j’ai affaire à de petites blessures. Un corps étranger dans l’œil, une sensation de brûlure dans l’oreille, un orteil infecté ou un nez qui saigne. À cela s’ajoutent les refroidissements, les diarrhées ou même l’asthme. C’est là que l’expertise d’un médecin généraliste devient très précieuse. Une chose importante est que l'on a dans nos sacs à dos des médicaments autorisés en Suisse. Nous les connaissons et les patients aussi. Cela rassure. Nous avons des médicaments courants comme le Dafalgan ou le Voltaren, mais aussi des pommades pour toutes sortes de problèmes de peau.

Patrik Noack est médecin généraliste et médecin du sport au centre Medbase pour la médecine et le sport à Abtwil. Âgé de 47 ans, il est médecin en chef de Swiss Olympic, Swiss Athletics et Swiss Cycling. Il s’occupe également de Swiss Triathlon, Swiss Taekwondo et Swiss Nordic Skiing en tant que médecin de fédération. Depuis 2018, Patrik Noack est médecin en chef de l’équipe olympique suisse et donc directeur médical de la délégation suisse aux Jeux olympiques. Après Pyeonchang 2018, il sera également le médecin en chef de la délégation suisse à Tokyo 2021 et Pékin 2022.

Tous les sports sont-ils aussi exigeants en termes de soins?

Les sports de contact ont leur propre schéma de blessures, il y a des entorses, des contusions, des fractures et d’autres blessures. Dans les sports d’endurance, il s’agit surtout de ne pas attraper d’infections ou de blessures dues au surmenage.

Comment vivez-vous la période de coronavirus?

Du point de vue de la médecine du sport, ce qui était particulièrement frappant pour moi, c’est que pendant cette période, certains athlètes étaient plus performants que jamais dans certains sports. Cela soulève quelques questions.

Lesquelles?

Peut-être que l’absence de compétitions a permis un entraînement de base plus efficace. Mais la pandémie a également eu pour conséquence que de nombreux contrôles antidopage n’ont pas été effectués. Environ la moitié des tests habituels ont été réalisés en Suisse, et seulement 5 à 10% dans le monde entier. Je ne veux pas automatiquement suspecter le pire, mais cela doit être mentionné.

Comment évaluez-vous la situation de dopage chez les athlètes suisses? Sont-ils «propres»?

Cette question trouve sa réponse dans le fait qu’en Suisse, également pendant le coronavirus, beaucoup de tests ont été effectués en comparaison avec le reste du monde.

Y a-t-il une médaille pour laquelle vous avez joué un rôle actif?

Le plus grand et, rétrospectivement, aussi le plus beau défi a été une blessure compliquée de Dario Cologna en hiver. Il s’est déchiré les ligaments médial et latéral et la syndesmose du pied droit. Et c’était le 11 novembre 2013, trois mois avant les Jeux olympiques de Sotchi. Il était alors clair pour nous tous que sa participation ne tenait qu’à un fil. Grâce à un excellent travail d’équipe, il a pu prendre le départ et a remporté deux médailles d’or. En été, ce fut le cas pour Nicola Spirig avec la fracture de trois os métacarpiens avant les Jeux olympiques de Rio, où là encore un travail d’équipe a permis de décrocher une médaille. Mais en fin de compte, ce sont les athlètes eux-mêmes qui réussissent malgré les obstacles.

(Voir suite ci-dessous...)

En savoir plus sur le thème de la médecine sportive

Vers la thématique

Souffrez-vous aussi lorsqu’un athlète se blesse?

Oui, à chaque blessure.  Le pire est lorsqu’un triathlète ou un cycliste reste au sol après une chute. En tant que médecin responsable, je veux me rendre auprès de l’athlète le plus rapidement possible.

Quand poussez-vous des cris de joie?

Je vibre avec tous les athlètes! Pour moi, une chose est sûre: j’exercerai en tant que médecin de fédération aussi longtemps que les compétitions me donneront la chair de poule. Et c’est toujours le cas.

Vous arrive-t-il d’assister à des compétitions «en tant que spectateur»?

Lorsque je peux être sur place en tant que superviseur, j’ai la possibilité de suivre les compétitions, en fonction de ma position.

Et s’il n’a pas le temps de suivre l’action, le médecin en chef peut se consoler avec un repas. En plus de la cuisine italienne, il aime la nourriture asiatique, en particulier les sushis.

de Silvia Schütz,

publié le 14.07.2021, ajusté le 27.07.2021


Cela pourrait également vous intéresser:

Mincir, retrouver la forme et la santé? Suivez un programme et gagnez un bon

Commencer maintenant
geschenkkarte-gelb.jpg