Fermer

Vivre plus sainement?

«Prévenir la douleur»

Que signifie un craquement dans le genou? Et quand une opération est-elle inévitable en cas d’arthrose? Un orthopédiste nous renseigne.

martin-buergi.jpg

Dr med. Martin L. Bürgi, spécialiste en chirurgie orthopédique et en traumatologie de l’appareil locomoteur, médecin adjoint à la Hirslanden Klinik Birshof de Münchenstein (BL).

Certains sportifs (pratiquant certains types de sports) sont-ils spécialement menacés d’arthrose?

Dr med. Martin L. Bürgi: Il existe des disciplines sportives qui recèlent un risque de blessure supérieur à d’autres en termes de ménisques, de cartilage et de ligaments. Les blessures de ces structures peuvent conduire plus tard à de l’arthrose. Mais il n’existe pas de corrélation évidente établie entre une discipline déterminée et l’arthrose.

Quand l’articulation de mon genou craque lorsque je la déplace, est-ce un indice révélateur d’une arthrose?

Le craquement dans le genou peut aussi être lié à un ménisque déchiré. Des lésions superficielles du cartilage peuvent aussi être à l’origine de ce bruit désagréable - par exemple dans la zone de la rotule. On ne peut donc pas conclure à chaque fois que ce craquement indique une arthrose.

Que faut-il recommander à une personne à laquelle on a diagnostiqué une arthrose mais qui n’a pas de douleurs?

Pour ces patients, l’objectif consiste à prévenir l’apparition de la douleur et à ralentir voire empêcher la progression éventuelle de l’arthrose.

Du fait de leurs nombreux effets secondaires, les médicaments contre l’arthrose ne sont-ils pas plus dangereux que bénéfiques, et donc à éviter de préférence?

Le terme de «médicaments contre l’arthrose» est très vague. S’il l’on pense ici à des médicaments anti-inflammatoires, par exemple des anti-rhumatismes non stéroïdiens, il faut peser le pour et le contre. Si un médicament permet de retarder ou d’éviter une opération, la thérapie médicamenteuse est une alternative dont il faut discuter.

Quand une opération est-elle inévitable (p. ex. prothèse de hanche ou de genou)?

Une opération, telle que l’implantation d’une articulation artificielle, est inévitable lorsque les souffrances du patient dépassent la limite tolérable et que la qualité de vie est fortement réduite. Dans un tel cas, la décision d’opérer est prise conjointement par le patient et le médecin. Mais c’est le patient qui a la main. Le médecin devrait avant tout avoir une fonction de conseil et présenter les options thérapeutiques au patient.

de Markus Sutter


Cela pourrait également vous intéresser: