Fermer

Vivre plus sainement?

Examens préventifs: oui, mais lesquels?

Près de 50% de la population suisse a recours à des examens préventifs. L’heure est donc venue de se demander quelles mesures de détection précoce se sont avérées pertinentes ou non? Passage en revue.

Le dépistage permet de détecter d’éventuelles pathologies à un stade précoce et d’agir à titre préventif, ce qui constitue en soi une prestation médicale importante. L’examen préventif sert notamment à déceler des indicateurs et des maladies qui touchent surtout le cœur et le système vasculaire. Il fournit également de précieux indices pour le dépistage du cancer, notamment celui du col de l’utérus, le cancer du sein, le cancer de la peau ou le cancer colorectal. En outre, différents examens sont effectués pour les maladies de l’œil telles que le glaucome, la prévention de troubles du développement chez les enfants, la grossesse et la dentition.

Dépistages importants

  • Mesure de la pression artérielle à partir de 20 ans, environ tous les 3 à 5 ans
  • Mesure du cholestérol à partir de 35 ans, environ tous les 3 à 5 ans, voire plus souvent, en concertation avec le médecin traitant en cas de facteurs de risque ou d’une prédisposition familiale
  • Mesure de la glycémie à partir de 45 ans, environ tous les 3 ans, voire plus souvent, en concertation avec le médecin traitant en cas de facteurs de risque ou d’une prédisposition familiale
  • Échographie de l’aorte abdominale à partir de 50 ans, environ tous les 5 ans
  • Dépistage du glaucome à partir de 50 ans, environ tous les 3 ans
  • Dépistage du cancer du col de l’utérus: frottis (test PAP) entre 20 et 65 ans chez les femmes sexuellement actives
  • Coloscopie à partir de 50 ans, environ tous les 10 ans jusqu’à l’âge de 70 ans. Pour les patients à risque avec antécédents de cancer colorectal dans la famille, polypes intestinaux ou maladies chroniques inflammatoires des intestins, des contrôles sont généralement recommandés tous les 3 à 5 ans, voire plus souvent dans de rares cas confirmés par un gastroentérologue selon les résultats d’analyse
  • Examens prénataux sur recommandation du gynécologue et dans un tel cas, un carnet de maternité est hautement recommandé
  • Examens réguliers chez le pédiatre, d’abord à intervalles rapprochés pour le suivi du développement de l’enfant, puis de manière plus espacée
  • Visite annuelle chez le dentiste

(Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Conseils

Avant de passer un examen préventif, mieux vaut en parler avec son médecin de famille et établir avec lui un plan de dépistage personnalisé et adapté aux facteurs de risque.

Les examens préventifs ne sont pas tous pris en charge par l’assurance maladie dans le cadre des soins de base ou de l’assurance complémentaire. Il est donc recommandé de se renseigner auprès de son assurance maladie sur la prise en charge.

Examens préventifs controversés

La mammographie compte parmi les examens plutôt controversés. Un grand nombre d’études n’ont pas montré d’utilité confirmée. Mais lorsque le cancer du sein est fréquent dans une même famille, on considère que la mammographie est judicieuse chez les femmes de 40 ans et plus.

Le calcul du PSA (une protéine sécrétée par la prostate) est important chez les hommes à partir de 50 ans dont la famille présente un taux élevé de cancer de la prostate. Hors de ce contexte, l’utilité de cet examen n’a pas été confirmée.

Les examens des selles sont également controversés: la recherche de sang dans les selles est considérée comme une méthode peu ciblée, qui présente souvent des faux positifs ou des faux négatifs.

de Dr med. Iris Schwarzfischer,

publié le 18.10.2017, révisé le 18.11.2020

Continuer à lire


Cela pourrait également vous intéresser:

Mincir, retrouver la forme et la santé? Suivez un programme et gagnez un bon

Commencer maintenant
geschenkkarte-gelb.jpg