Internet Explorer n'est plus pris en charge

Pour profiter au mieux de notre site Internet, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent.

Briser le tabou de la menstruation

Pendant longtemps, les femmes ont chaque mois souffert en silence. Aujourd’hui, elles sont de plus en plus nombreuses à oser parler de ce phénomène naturel et adoptent ainsi une attitude plus positive.

Lorsque les femmes ont leurs règles, elles mettent discrètement un tampon dans leur poche et disparaissent aux toilettes. Si, une fois par mois, elles ne peuvent pas travailler car elles souffrent de crampes, elles invoquent une grippe intestinale. Et une petite mésaventure comme une tache rouge sur les fesses est extrêmement gênante pour la plupart.

Parler de la menstruation est encore assez inhabituel en 2021. Et ce, malgré diverses campagnes féministes visant à lever le tabou sur la menstruation. L’Américaine Kiran Gandhi, par exemple, a fait sensation en laissant couler son sang le long de ses jambes lors d’un marathon en 2015. Et la photo des six Espagnoles en short blanc, l’entrejambe taché de rouge a également fait le tour du monde.

Les femmes expriment des revendications

«Les choses commencent lentement à bouger», note Regina Widmer. Cette gynécologue du cabinet collectif soleurois Runa se réjouit quand les femmes réclament la suppression de la TVA sur les protections hygiéniques ou qu’elles déposent un congé maladie ou travaillent à domicile lorsqu’elles souffrent de douleurs menstruelles. «La société à prédominance masculine doit enfin reconnaître que les femmes ont un cycle menstruel et que leurs performances peuvent en être affectées», précise la gynécologue. Il est important, selon elle, que les femmes qui souffrent de douleurs intenses soient prises au sérieux et soutenues.

Vivre avec le cycle menstruel

Cette femme de 64 ans est convaincue que la levée du tabou pourrait également aider les femmes à gérer leur menstruation de manière plus positive. «Les règles font partie intégrante de la vie d’une femme.»

Pour nombre d’entre elles, se retirer pendant quelques jours et prendre soin d’elles-mêmes est une aide précieuse - par exemple avec une bouilloire chaude sur le ventre et des gouttes ou infusions antispasmodiques (voir également les fiches d’information en allemand, en français et en anglais sur le site du cabinet collectif cabinet collectif Runa.)

(Poursuivez votre lecture après les encadrés…)

Pour en savoir davantage sur le cycle menstruel

Dossier sur le thème

S’intéresser à sa zone intime

Comment utiliser une coupelle menstruelle
  • La plier jusqu’à former un «W» ou un «S».

  • Insérer la coupelle jusqu’au milieu du vagin. Elle ne doit pas être perceptible à l’entrée du vagin.

  • Si le flux sanguin est normal, il est possible de la laisser en place jusqu'à huit heures.

  • Pour la retirer, insérer un doigt jusqu’au rebord pour faire entrer de l’air, puis tirer sur l’extrémité. Vider la coupelle et la rincer à l’eau courante.

  • La coupelle peut être réutilisée pendant de nombreuses années.

  • Faire l'amour est également possible avec une coupelle si elle est repoussée vers le haut.

Depuis des années, dans le cabinet de Regina Widmer est suspendue une guirlande de coupelles menstruelles colorées, qu’elle recommande également à ses patientes. Les coupelles en silicone à insérer dans le vagin sont devenues très populaires ces dernières années.

De nombreuses femmes les apprécient car elles leur permettent d’éviter le gaspillage. En outre, le vagin s’assèche moins qu’avec des tampons, selon Regina Widmer. C’est aussi une excellente chose car les femmes doivent toucher leur zone intime lorsqu’elles les insèrent. «Il est important que les femmes connaissent bien leurs organes sexuels et qu’elles s’y intéressent. Cela favorise la confiance en soi sur le plan sexuel.»

Produits assortis

de Andrea Söldi,

publié le 31.03.2021, ajusté le 09.04.2021


Cela pourrait également vous intéresser:

Migros s'engage avec Pink Ribbon contre le cancer du sein

En savoir plus
pink-ribbon.jpg0