Fermer

Vivre plus sainement?

Sortir de la spirale de la douleur grâce à l’ostéopathie

Les douleurs au genou et au tendon d’Achille peuvent gâcher le plaisir de la course. Elles viennent souvent d’une sollicitation trop importante. L’ostéopathie est une approche thérapeutique permettant à beaucoup de reprendre la course à pied.

La majeure partie des athlètes de fond ont déjà été confrontés aux problèmes de sollicitations excessives au cours de leur vie de sportifs. Bien souvent, une pause dans l’entraînement s’avère nécessaire et sans traitement, le risque de douleurs chroniques est présent.

C’est le cas de Reto, 40 ans, qui pratique la course à pied depuis 15 ans et se prépare au Greifenseelauf. En général, Reto court jusqu’à 12 km. Pour venir à bout de la course de plus de 20 km qui l’attend, il intensifie considérablement son entraînement et est ainsi confronté à un douloureux surmenage physique qui lui font perdre le goût de la course.

Chercher la cause des douleurs

Éviter les sollicitations excessives
  • Augmentation de la sollicitation: le corps doit être habitué progressivement aux sollicitations supérieures.
  • Pauses: le corps a besoin de temps pour se régénérer et pour assimiler les stimuli d’entraînement et de compétition.
  • Stretching: des étirements réguliers et l’utilisation d’un rouleau pour fascias améliorent la mobilité et préviennent les blessures.

Les douleurs de sollicitation excessive touchent généralement l’appareil locomoteur. Les coureurs en sont souvent frappés au niveau des articulations, des tendons et des structures ligamentaires des jambes mais aussi au bassin et dans la colonne lombaire. Les causes sont ici variées: au rang des influences extérieures figurent l’intensité et la teneur des entraînements, les chaussures et les conditions de vie individuelles, telles que le stress, le manque de sommeil ou l’alimentation. Les facteurs internes peuvent se situer au niveau de l’appareil locomoteur ou des organes.

Pour savoir quel traitement conduira au succès souhaité, il faut notamment identifier les causes possibles. En ostéopathie, on parle ici de liens de cause à effet, nécessitant donc une analyse la plus précise possible de l’apparition, de la durée et de la localisation des douleurs, leur cause et leurs facteurs propices.

Bien souvent, les douleurs au niveau de l’appareil locomoteur ne sont pas la cause du problème, elles apparaissent de façon symptomatique en raison de mécanismes de compensation du corps. Ainsi, un blocage du bassin peut conduire à des douleurs aux genoux. Le thérapeute examine les articulations, les os, les fascias et les muscles, puis il élimine les troubles tels que les blocages articulaires ou les tensions. Les fascias revêtent ici une importance toute particulière, car tels un filet, ils enveloppent et relient tous les composants du corps comme les muscles et les os, mais aussi les organes. (Poursuivez votre lecture ci-dessous...)

Pour les coureurs: bien se préparer et se régénérer

Comment aide l’ostéopathie?

En cas de troubles longs et répétés tels que les irritations des tendons ou les douleurs sous la rotule, l’ostéopathe veille à l’optimisation de la circulation sanguine et du métabolisme tout comme à l’amélioration de l’approvisionnement des régions du corps concernées.

Dans toutes les douleurs liées à une sollicitation excessive, l’ostéopathie constitue une possibilité de traitement efficace. Du fait de sa démarche globale, l’approche ostéopathique constitue presque toujours un complément judicieux à la thérapie médicale conventionnelle. Des traitements réguliers par l’ostéopathie peuvent prévenir efficacement l’apparition des douleurs liées à une sollicitation excessive et bien soutenir les cycles d’entraînements et de compétitions. C’est la raison pour laquelle cette méthode thérapeutique est volontiers utilisée par les athlètes de compétition, notamment les marathoniens.

La préparation à une course devrait se faire avec discernement et motivation. Pour parvenir au succès, le sportif doit augmenter son entraînement de façon continue et modérée, si possible en l’accompagnant de séances d’ostéopathie.

de Roger Bührer,

publié le 23.07.2018


Cela pourrait également vous intéresser: