Véritable faim, appétit ou fringale?

La sensation de faim peut s’emparer de nous à n’importe quelle heure. La faim est un signal vital du corps. Bien souvent, nous nous laissons toutefois duper par l’appétit et les fringales. Il est donc important de connaître la différence.

La faim est une sensation imposante, un besoin physique de nourriture. Elle est déclenchée par des processus complexes de notre corps qui commandent le comportement alimentaire. «Par la sensation de faim, le corps indique qu’il a besoin d’énergie», résume la diététicienne Susanne Emmisberger. L’appétit peut en revanche apparaître alors que nous sommes rassasiés – constituant alors un désir voluptueux de déguster quelque chose de délicieux. Natalie Zumbrunn-Loosli, directrice du centre de compétence pour la psychologie alimentaire à Zurich: «Nos organes sensoriels, notre psyché, nos humeurs et nos conditions de vie influent sur notre appétit. Nos habitudes et expériences alimentaires sont également très importantes». Le fait que nous mangions davantage lorsque nous sommes en compagnie que tout seul est un phénomène régulièrement décrit dans les livres.

Eviter les fringales

La fringale est un autre phénomène, qui correspond souvent à un moment où la glycémie est très basse. Nous ne pensons alors plus qu’à une chose, du chocolat par exemple, et nous perdons le contrôle. «Nous avalons alors sans discernement tout ce qui nous tombe sous la main. Le corps fait le plein d’énergie, mais la personne n’y trouve guère de plaisir», commente Natalie Zumbrunn. Afin d’éviter un taux de glycémie trop élevé, les spécialistes conseillent de manger des fruits plutôt que du chocolat. Susanne Emmisberger explique la différence entre faim et fringale de la façon suivante: «La sensation de faim est faible au début, pour ne cesser de s’amplifier. La fringale, en revanche, est soudaine et puissante.» Elle peut être évitée en prenant un petit déjeuner équilibré. C’est en effet le matin que la digestion fonctionne le mieux et que le corps peut absorber les aliments de façon optimale. Et de toute façon, bien souvent, la fringale relève plutôt d’une sensation de soif: il suffit alors généralement d’attendre et de boire du thé ou de l’eau.

La sensation de faim naît dans le cerveau

Le centre du métabolisme situé dans le cerveau joue un rôle déterminant dans la faim. Notre cerveau a en effet besoin de glucose pour fonctionner. Alors qu’il ne représente que 2% de notre masse corporelle, cet organe consomme près de la moitié des apports en glucose. Le «centre de la faim» s’active dès lors que la glycémie recule. Si nous ne mangeons pas, le plan B est mis en œuvre: pour que le cerveau ne perde pas de réserves de glucose, la sécrétion d’insuline s’arrête, de sorte que le glucose ne puisse arriver dans les muscles. Si nous ne mangeons toujours pas, le corps fait appel aux protéines – au détriment des muscles. Ensuite seulement, le corps se met à puiser dans ses réserves de graisse.

En lien avec le sujet – poursuivez votre lecture ci-dessous

Les estomacs vides gargouillent

La faim s’accompagne souvent de gargouillements, provoqués par une absence de nourriture dans l’estomac pendant plusieurs heures. Selon Berndt Birkner, gastroentérologue allemand, cet organe se transformerait ainsi en une caisse de résonance. Comme quand on souffle dans un cor, l’air entre en vibration lorsque les parois stomacales se contractent et se relâchent lorsque l’estomac est vide. C’est ainsi que naît le gargouillement. Un phénomène complexe se produit également lorsque nous mangeons. L’estomac commence à se remplir, les parois gastriques se dilatent. Le centre de la satiété du cerveau reçoit un signal correspondant. L’estomac et l’intestin commencent en outre à produire certaines hormones qui disent aussi au cerveau: «Je n’ai plus faim.»

«Ne mange pas si vite!»

Un certain temps doit toutefois s’écouler avant que la nourriture n’arrive à l’intestin. «Il faut environ 20 minutes pour que le corps, ou plus exactement le cerveau, perçoive les signaux de satiété», précise Susanne Emmisberger. Il s’agit-là d’une bonne nouvelle pour les personnes qui surveillent leur poids: pour induire la sensation de satiété, les spécialistes recommandent de manger le plus lentement possible. De la sorte, nous pouvons en effet constater à temps à quel moment notre estomac est plein et nous sommes plus rapidement rassasiés. Il convient donc de nous rappeler de temps à autre cette remontrance parentale peu appréciée au cours de notre enfance: «Ne mange pas si vite!».

Publié le 11.04.2017,

de Markus Sutter


Cela pourrait également vous intéresser: