Comment agit la vitamine D sur le système immunitaire?

Régulièrement, des études font un lien entre faible taux de vitamine D et système immunitaire affaibli. Est-il réel?

En août 2016, une étude japonaise publiée dans la revue spécialisée Clinical Nutrition a révélé un fait étonnant: les personnes non vaccinées contre la grippe et présentant un niveau normal de vitamine D contractent moins souvent cette maladie que les personnes ayant un faible niveau de vitamine D.

D’autres études ont montré que le risque de rhume chez les personnes à faible taux de vitamine D était de 40% supérieur à celui de celles suffisamment pourvues. Auprès d’enfants japonais, l’administration de vitamine D a diminué le risque de rhumes de 40%.

L’effet positif de la vitamine D

heike-bischoff-ferrari.jpg
heike-bischoff-ferrari.jpg
Prof Dr Heike Bischoff-Ferrari, médecin diplômé

Professeur de gériatrie et de recherche sur le vieillissement, et responsable du centre de traumatologie gériatrique à l’Hôpital universitaire de Zurich.

Malgré ces constatations, les études ne fournissent pas de preuves concrètes. Une chose est sûre cependant: «Beaucoup des cellules de notre corps qui sont chargées de repousser les infections possèdent un récepteur spécifique à la vitamine D», explique Heike Bischoff-Ferrari, l’experte suisse en vitamine D de l’hôpital universitaire de Zurich. Dans une étude menée en mains propres, les chercheurs suisses ont pu montrer qu’une administration de vitamine D influençait positivement le système immunitaire.

Que disent les études lorsque des individus consomment de fortes doses supplémentaires de vitamine D alors qu’ils disposent déjà d’un niveau suffisant? Sont-ils alors mieux protégés des infections et des grippes? «Nous manquons encore d’études à ce sujet», répond H. Bischoff-Ferrari. Mais ces données devraient être disponibles fin 2017, date à laquelle se terminera l’étude internationale Do-Health portant sur plus de 2000 sujets de test, en Suisse également. Elle permettra également de savoir si les os, la pression artérielle, les performances intellectuelles et les fonctions musculaires profitent également de cet apport supplémentaire en vitamine D. 

Comment lutter contre une carence

Comment produire de la vitamine D en hiver
  • Rendez-vous quotidiennement au grand air
  • Exposez votre visage et vos avant-bras au soleil pendant environ 15 minutes
  • Les aliments les plus riches en vitamines D sont les huiles de foie de poisson et les poissons de mer tels que sardine, hareng, saumon et maquereau. Les œufs, la viande, le lait et le beurre en contiennent aussi de faibles quantités.
  • En hiver, prenez un complément alimentaire peu dosé en vitamine D (600 UI)
  • Ne prenez de fortes doses de vitamine D qu’en concertation avec votre médecin.

«Dès aujourd’hui, il est toutefois conseillé de remédier à un manque de vitamine D», commente H. Bischoff-Ferrari. Surtout en hiver. On peut s’aider pour ce faire des recommandations de l’Office fédéral de la santé publique OFSP. Pour les jeunes adultes et les enfants de plus de deux ans, l’OFSP juge suffisante une dose journalière de 600 unités internationales (UI). A partir de 60 ans, une dose de 800 UI permettrait à coup sûr de remédier au manque de vitamine D - sans risque et quel que soit le niveau de départ. La vitamine D existe sous forme de comprimés ou de gouttes. 600 UI correspondent à 15 microgrammes de vitamine D.

Se rendre au solarium est également susceptible d’accroître la production de vitamine D en hiver. Toutefois, les inconvénients l’importent ici sur les avantages. Les solariums favorisent en effet le vieillissement de la peau et le risque de développer le dangereux mélanome (cancer de la peau), qui fait d’ores et déjà partie des causes de mortalité les plus redoutées chez les jeunes adultes.

Publié le 29.05.2017,

de Andreas Grote


Cela pourrait également vous intéresser: