Comment retrouver sa vitalité?

Vous manquez d’énergie, vous vous sentez abattu(e), somnolent(e) et à plat? Nous mettons en lumière les causes possibles et vous montrons comment sortir de cette mauvaise passe.

Parfois, c’est la saison qu’il faut invoquer. Lorsque les jours rallongent et sont plus lumineux, que la nature sort de son hibernation, bon nombre d’entre nous sont saisis d’une lourdeur de plomb. Beaucoup parlent alors de la fatigue printanière.

Un symptôme, de nombreuses causes

Cette fatigue permanente peut toutefois avoir de nombreuses autres causes – et des facteurs physiques, psychiques et sociaux peuvent se conjuguer. Les longues journées de travail, la pression des délais et les diverses obligations familiales pèsent tout particulièrement sur les personnes d’âge moyen.

Trop de stress

Parmi les personnes âgées de 36 à 45 ans, nombreuses sont celles à se plaindre de stress. Lorsque les phases de repos sont trop courtes et que les problèmes professionnels se répercutent aussi sur le temps libre, le risque d’épuisement est spécialement élevé. Les intéressés doivent prévenir à temps ce problème et effectuer régulièrement des pauses, déléguer les tâches, prévoir du temps libre.

Hypofonction de la thyroïde

Il semble logique de chercher les causes de ce manque d’entrain dans une dépression ou des troubles dépressifs. Toutefois, le rôle de la thyroïde ne doit pas être sous-estimé: celle-ci commande en effet de nombreuses fonctions métaboliques de notre corps. Si elle produit trop peu d’hormones, les personnes concernées peuvent se sentir apathiques ou mélancoliques.

En cas de soupçon de dysfonctionnement de cet organe, le médecin peut faire déterminer la valeur de l’hormone TSH dans le sang. Si cette hypofonction est la conséquence de la thyroïdite de Hashimoto, une maladie auto-immune, elle peut bien être traitée par la prise de l’hormone thyroïdienne, la thyroxine.

Manque de fer

La fatigue et la pâleur peuvent aussi être les symptômes d’une anémie. Les cellules du corps sont alors insuffisamment alimentées en oxygène car elles manquent de globules rouges pour le transporter. Dans la plupart des cas, cela vient d’un manque de fer. Les femmes souffrant de règles abondantes sont notamment concernées, car elles perdent cet oligoélément par le sang.

La viande avant tout constitue une source de fer bien exploitable. Consommée au moment du repas, une boisson à la vitamine C comme le jus d’orange améliore l’assimilation de fer provenant d’aliments végétaux. Si un régime riche en fer ne porte pas ses fruits, une cure médicamenteuse de plusieurs mois aidera à reconstituer des réserves.

Effets secondaires des médicaments

Les personnes prenant régulièrement des médicaments devraient jeter un œil à la notice du traitement. Un grand nombre de préparations, dont les psychotropes, les produits contre les troubles allergiques ou les médicaments anti-douleurs à action centrale peuvent provoquer de la fatigue. Le médecin peut alors décider d’envisager un changement de médicament, un autre dosage ou une autre heure de prise de celui-ci.

Le système immunitaire réagit

Parfois, cette chape de plomb indique que le corps lutte activement contre quelque chose – par exemple des germes pathogènes – et mobilise ainsi davantage les défenses immunitaires. Même après une infection banale, il peut s’écouler de six à huit semaines avant que l’on ne se sente de nouveau en forme.

Problèmes de sommeil

Ceux qui tournent dans leur lit sans trouver le sommeil savent pourquoi ils se sentent exténués le lendemain. La sensation de fatigue dépend alors de la quantité de sommeil profond. Les personnes stressées souffrent également plus souvent d’un repos nocturne perturbé. Une spirale apparaît alors rapidement. Tendus par la peur d’une nuit sans sommeil, les insomniaques ont alors du mal à trouver le sommeil et à dormir d’une traite.

Si, en dépit d’une nuit de sommeil suffisante, une personne menace régulièrement de piquer du nez durant la journée, la cause peut se situer dans une dégradation de la qualité du sommeil dont la personne n’est pas consciente. Les facteurs perturbateurs durant la nuit peuvent être des apnées, des ronflements, des jambes sans repos, des mouvements périodiques des jambes, des grincements des dents ou des cauchemars.

Bien souvent, l’élément déclencheur ne se détecte qu’en clinique du sommeil. Lorsque le médecin traitant peut exclure d’autres causes de la fatigue, un rendez-vous chez un médecin du sommeil peut être judicieux.

En savoir plus sur le sommeil

Une solution toujours adaptée: plus d’activité physique

Un bon conseil qui ne s’applique pas seulement aux personnes souffrant de fatigue printanière: ne pas renoncer à l’entraînement physique, même s’il ne s’agit que d’une petite promenade ou de quelques marches d’escalier en plus. Plus nous nous reposons et moins nous sommes entraînés, plus il nous semble difficile de faire le moindre effort.

de Maria Haas


Cela pourrait également vous intéresser: