La dopamine, hormone du bonheur, est-elle responsable de l’inertie?

Les personnes en surcharge pondérale ont tendance à avoir peu d’activité physique. Cela serait moins lié à leurs kilos qu’à la dopamine, l’hormone du bonheur.

Les personnes accusant une forte surcharge pondérale ont bien souvent peu d’activité physique. Comme l’ont découvert des chercheurs américains dans le cadre d’études sur des souris, la raison à cela pourrait se situer dans le cerveau. Il s’agit ici de la fonction de signal du neurotransmetteur qu’est la dopamine. Les chercheurs de l’Institut pour le diabète, les maladies digestives et maladies rénales (National Institute of Diabetes, Digestive and Kidney Diseases) du Maryland ont pu prouver que chez les animaux obèses, certains neurones impliqués dans le contrôle des mouvements ne réagissaient plus que faiblement à la dopamine. Ce dysfonctionnement suffirait ainsi à expliquer l’activité physique réduite, écrivent-ils dans la revue spécialisée «Cell Metabolism». L’hormone qu’est la dopamine joue un rôle central dans de nombreuses fonctions du cerveau. Jusqu’ici, on savait que la dopamine était le principal acteur dans la sensation de bonheur et le système de récompense dans le cerveau. Ce que l’on ignorait, c’est que l’inertie physique en cas d’obésité pouvait être considérablement influencée par l’hormone du bonheur. Le manque d’activité physique à lui seul ne peut induire une nouvelle prise de poids, selon les chercheurs. Il favoriserait cependant le développement de maladies cardio-vasculaires.

Publié le 08.02.2017,

de Silvia Schütz


Cela pourrait également vous intéresser: