Ce dont notre plus grand organe est capable

La peau, le plus grand organe de notre corps, envoie des messages, repousse les envahisseurs, nous refroidit, nous réchauffe et nous protège. Pesant près de 10 kilos, c’est aussi notre organe le plus lourd.

Elle pèse pratiquement 10 kilos, mesure environ 1,8 m2 et fait – selon la région – entre un et quatre millimètres d’épaisseur: la peau est le plus grand organe du corps humain. Jour et nuit, elle enregistre ce qui agit sur notre corps. Si des microbes veulent entrer, des cellules spéciales situées dans la peau alertent le système immunitaire. Avec leurs ramifications en forme de doigts, elles saisissent l’objet étranger et le présentent aux anticorps qui apprennent ainsi à lutter.

La peau protège notre patrimoine génétique

La peau contribue aussi à ce que le corps ne soit pas en surchauffe ou ne se refroidisse pas. Chez l’adulte, près de 7 à 14 grammes d’eau s’évaporent chaque heure à travers la peau. Si l’effort est intense et qu’il fait chaud, les glandes sudoripares se mettent en action et produisent alors jusqu’à 1,5 litre de sueur par heure, qui s’évapore et refroidit. La peau est capable de bien plus encore: elle protège du rayonnement UV, des produits chimiques et des blessures. Ce sont les mélanocytes qui sont chargés de la protection UV. Ces cellules produisent des pigments qui font bronzer la peau. Leur principal objet est de préserver le patrimoine génétique des cellules cutanées face aux dommages causés par les UV.

Une peau toujours active

La couche cornée protège des produits chimiques et d’autres influences. La peau de l’être humain est toujours en action. Au fond de cette couche de peau, on peut trouver les kératinocytes, recouverts d’environ 16 couches cornées qui sont peu à peu exfoliées. Les kératinocytes ravitaillent en permanence en se divisant: l’une des cellules filles se déplace en l’espace de 30 jours jusqu’à la surface jusqu’à ce qu’elle y finisse sous forme de peau morte. L’autre reste où elle se trouve et se divise. Ces cellules doivent leur nom à la kératine, la protéine dont elles se composent. (Poursuivez votre lecture ci-dessous.)

En lien avec le sujet

Une structure à trois «étages»

La peau compte au total trois «étages»: l’épiderme (Epidermis), le derme (Cutis) et l’hypoderme (Subcutis). Cet organe doit sa résistance et son élasticité aux nombreuses fibres de collagène élastiques du derme. Si une plaie s’étend jusque-là, elle laissera une cicatrice. C’est de l’hypoderme que viennent les poils qui, à l’exception de nos paumes et de nos plantes de pieds, couvrent tout notre corps. De petites glandes sébacées débouchent dans les follicules pileux. Leur sébum fait briller les cheveux et les poils.

Un organe qui communique

La graisse sous-cutanée protège contre le froid. Elle est plus ou moins épaisse d’une personne à l’autre et souvent plus présente chez les femmes que chez les hommes. Sur le ventre, on trouve davantage de «graisse de réserve», tandis que la plante des pieds a de la «graisse structurelle». On néglige souvent l’une des fonctions de la peau: elle communique, mais pas toujours pour le plus grand plaisir de la personne qui rougit. Son deuxième outil de communication sont les glandes odoripares, surtout sur le cuir chevelu, sous les aisselles et dans la zone génitale. Le fait que deux personnes puissent «bien se sentir» dépend aussi de la peau.

de Markus Sutter

Continuer à lire


Cela pourrait également vous intéresser: