Que faire contre la maladie de Crohn?

De plus en plus d’individus souffrent d’inflammations chroniques du tractus gastro-intestinal. Le gastroentérologue Bernhard Sauter explique ce que peuvent faire les personnes qui souffrent de la maladie de Crohn.

Qu’est-ce que la maladie de Crohn?

La maladie de Crohn appartient au groupe des maladies intestinales inflammatoires chroniques. Il s’agit d’une inflammation qui peut survenir dans tout le tractus gastro-intestinal, de la cavité buccale jusqu’à l’anus. Elle touche préférentiellement l’intestin grêle inférieur et le côlon, plus rarement l’œsophage et la bouche.

Les lésions non contiguës de la muqueuse intestinale sont caractéristiques de la maladie de Crohn. Plusieurs sections de l’intestin, séparées les unes des autres par des parties saines, peuvent donc être touchées. Symptômes typiques: crampes abdominales, ballonnements diarrhée, fièvre, perte de poids, fatigue et apathie.

Le tableau clinique a été décrit en 1932 par le spécialiste américain du tractus gastro-intestinal Burrill Bernard Crohn, qui a donné son nom à la maladie. Depuis 1990, le nombre de malades a plus que doublé. Aujourd’hui, en Suisse, presque 16 000 personnes souffrent de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin.

Bernhard Sauter*, personne n’aime parler des maladies intestinales. Est-ce la raison pour laquelle les personnes atteintes de la maladie de Crohn consultent trop tardivement le médecin?

Pas seulement. D’une part, il s’agit souvent de personnes jeunes qui n’ont pas envie d’être malades, ce qui est bien compréhensible. D’autre part, le médecin traitant est en général le premier interlocuteur. Les symptômes de la maladie de Crohn, comme les maux de ventre ou les crampes, ne sont pas spécifiques, cette pathologie peut donc se dissimuler dans le gros des affections beaucoup moins menaçantes et être confondue, par exemple, avec un inoffensif côlon irritable.

Quelles sont les causes?

L’hérédité joue un rôle, associée à d’autres facteurs déclenchants comme par exemple infections aiguës, médicaments, tabagisme, etc. Le système immunitaire de l’intestin a une importante fonction régulatrice, au sens du développement de la «tolérance», car l’intestin est en contact permanent avec des milliards de bactéries et autres antigènes. Une hypothèse met en cause l’hygiène: nous vivons trop proprement. La maladie de Crohn est donc en nette augmentation dans tous les pays développés. Le système immunitaire «sous-employé» est subitement activé et, dans le contexte de prédispositions génétiques, l’inflammation s’autonomise, ce qui entraîne des troubles intestinaux chroniques.

Comment traitez-vous la maladie?

On commence par traiter les symptômes en freinant le système immunitaire, par exemple avec de la cortisone. Compte tenu de ses effets secondaires importants, elle convient surtout pour le traitement aigu. Pour le traitement au long cours, on utilise ensuite des immunosuppresseurs et des «biologiques» de dernière génération (p. ex. des TNF-alpha-bloquants). On propose aussi régulièrement des approches alternatives, par exemple avec de la thalidomide, du cannabis ou encore des médicaments à base de plantes comme les myrtilles, l’encens, etc.

Comment exercer une influence par son comportement personnel?

Arrêter de fumer, je suis intraitable sur ce point. Mener une vie active et équilibrée avec des activités sportives et une alimentation saine. Le changement alimentaire doit être raisonnable et ne conduire en aucun cas à la sous-nutrition ou à des carences alimentaires.

* Bernhard Sauter est gastroentérologue au GastroZentrum Hirslanden de Zurich.

de Stefan Müller


Cela pourrait également vous intéresser: