Fermer

Vivre plus sainement?

Tout ce que vous devriez savoir sur la vitamine B12

La vitamine B12 est vitale pour la division cellulaire, la formation de globules rouges et les nerfs. Où se niche-t-elle?

Pourquoi en avons-nous besoin?

La vitamine B12 (également cobalamine) est vitale pour la division cellulaire, la formation de globules rouges (érythrocytes) et la fonction du système nerveux. Comme le corps humain ne peut produire lui-même cette vitamine, il est tributaire d’un apport suffisant.

Où se niche-t-elle?

On trouve de la B12 essentiellement dans l’alimentation animale comme la viande (en particulier le foie), le poisson, le lait et les œufs. La vitamine est aussi présente en faibles quantités dans les produits d’origine végétale, comme par exemple la choucroute.

Besoins journaliers et comment les couvrir

Besoins journaliers
  • Jeunes de plus de 15 ans et adultes: env. 3 microgrammes
  • Femmes enceintes: 3,5 microgrammes
  • Femmes allaitantes: 4 microgrammes

Ceux qui mangent du poisson et – en quantités raisonnables – de la viande de haute qualité une à deux fois par semaine, dégustent de temps en temps un œuf au petit-déjeuner et consomment régulièrement des produits laitiers couvrent sans problème leurs besoins journaliers.

En principe, quelque 2 à 5 milligrammes de vitamine B12 sont emmagasinés dans le corps, 60% dans le foie et environ 30% dans les muscles. Comme les besoins journaliers sont d’env. 3 microgrammes, cette réserve de vitamine suffirait théoriquement pour trois ans env. en cas d’apport ininterrompu. Par conséquent, une carence ne se développe qu’après plusieurs années d’apport insuffisant.

Produits contenant beaucoup de vitamine B12

rindsleber.jpg
rindsleber.jpg

Foie de bœuf: 65,0 μg/100g (2167 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

Foie de veau​​​​​​​: 60,0 μg/100g (2000 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

Foie de mouton: 35,0 μg/100g (1169 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

kaviar.jpg
kaviar.jpg

Caviar: 16,0 μg/100g (533 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

austern.jpg
austern.jpg

Huîtres: 14,5 μg/100g (483 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

kaninchen.jpg
kaninchen.jpg

Lapin: 10,0 μg/100g (333 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

makrele.jpg
makrele.jpg

Maquereau: 9,0 μg/100g (300 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

Hareng: 8,5 μg/100g (283 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

miesmuscheln.jpg
miesmuscheln.jpg

Moules: 8,5 μg/100g (283 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

mariniertes-fleisch.jpg
mariniertes-fleisch.jpg

Bœuf maigre: 5,0 μg/100g (167 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

Sanglier​​​​​​​: 5,0 μg/100g (167 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

forelle.jpg
forelle.jpg

Truite: 4,5 μg/100g (150 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

Thon: 4,3 μg/100g (143 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

gans.jpg
gans.jpg

Oie: 4,0 μg/100g (133 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

rotbarsch.jpg
rotbarsch.jpg

Sébaste: 3,8 μg/100g (126 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

Lieu noir​​​​​​​: 3,5 μg/100g (116 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

milchprodukte.jpg
milchprodukte.jpg

Camembert: 3,1 μg/100g (103 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

Emmental: 3,1 μg/100g (103 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

lamm.jpg
lamm.jpg

Agneau: 3,0 μg/100g (100 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

Canard, magret​​​​​​​: 3,0 μg/100g (100 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

Œuf: 1,9 μg/100g (63 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

Foie de bœuf: 65,0 μg/100g (2167 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

Foie de veau​​​​​​​: 60,0 μg/100g (2000 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

Foie de mouton: 35,0 μg/100g (1169 % de la dose journalière recommandée B12 d’un adulte)

Que se passe-t-il en cas de carence

D’une manière générale, une carence en vitamine B12 est due à un apport insuffisant, que ce soit parce que l’on n’en absorbe pas suffisamment par le biais de la nourriture (en particulier les véganes) ou parce que la vitamine B12 absorbée n’est pas assez bien assimilée par le corps. L’absorption et l’assimilation de la vitamine B12 dans l’intestin sont très complexes. Pour pouvoir s’écouler dans le sang, la vitamine doit d’abord être liée à une glycoprotéine produite dans l’estomac, appelée «facteur intrinsèque» (en anglais «intrinsic factor»). Une quantité insuffisante de facteur intrinsèque est l’une des causes fréquentes d’un manque de vitamine B12.

Une carence affecte aussi les nerfs

Le sang et l’appareil digestif ne sont pas les seuls à être affectés par un manque de vitamine B12. Le système nerveux en souffre également. En ce qui concerne le sang, on citera l’anémie et une légère jaunisse. Au niveau de l’appareil digestif, la croissance des cellules des muqueuses est inhibée, ce qui engendre une inflammation de la langue, qui devient rouge et brûle (glossite). Un manque d’appétit, une légère perte de poids ainsi que des diarrhées peuvent en être les symptômes.

Dans le système nerveux, l’enveloppe des cellules nerveuses (la myéline, c’est-à-dire «l’isolation» des nerfs), importante pour la vitesse des impulsions nerveuses, est endommagée. Les cellules nerveuses en subissent alors directement les conséquences et meurent. Cet état est irréversible. Les nerfs périphériques (qui se trouvent hors du cerveau et de la moelle épinière), la moelle épinière et le cerveau sont principalement affectés. Les signes précurseurs d’une détérioration neurologique sont des fourmillements dans les jambes, une faiblesse et des troubles de la marche (myélose funiculaire). Un examen médical permet de déterminer une dégradation de l’orientation, une moindre sensibilité aux vibrations ainsi que des réflexes proprioceptifs diminués.

Ersatz de vitamine B12 pour les véganes

Comme l’absorption de vitamine B12 suppose une anatomie normale de l’estomac et de l’intestin grêle, les patients souffrant de troubles dans ce domaine, par exemple après une opération, peuvent développer des phénomènes de carence. Après avoir trouvé la cause et, si possible, l’avoir soignée, il faut remplacer la vitamine B12. Si la carence est due à un manque de facteur intrinsèque, la thérapie se fera généralement sous forme de cure d’injections dans le muscle de la partie supérieure du bras. Les véganes ont la possibilité de prévenir une carence par l’absorption quotidienne de comprimés contenant 2 microgrammes de vitamine B12. Le déficit devrait être décelé le plus tôt possible pour obtenir les meilleurs résultats.

Publié le 22.02.2017,

de Dr. med. Hans-Eric Usher


Cela pourrait également vous intéresser: