Fermer

Vivre plus sainement?

Ne pas se laisser abattre par l’allergie

Remo Leupin (52 ans) ne prend volontairement aucun médicament contre le rhume des foins. Comment le vit-il?

«Depuis que je suis adolescent, j’ai une allergie au pollen, mais par intermittences: entre 20 et 30 ans comme entre 40 et 50 ans, je n’ai ressenti aucun symptôme.

Il n’est pas rare que le rhume des foins fonctionne par phase. Mais dès le début, j’étais peu enclin à prendre des médicaments. Cela ne relève nullement de considérations idéologiques. Je pense tout simplement que nous nous tournons beaucoup trop rapidement vers les médicaments pour tout soigner.

Une forme légère de rhume des foins

Bien sûr, je peux uniquement me permettre une telle attitude parce que j’ai une forme légère de rhume des foins et que je ne suis pas malade. C’est surtout entre les mois de mars et juin que j’ai le nez qui coule, mes yeux me démangent parfois et j’ai des crises d’éternuement.

J’ai alors l’impression d’avoir un rhume en permanence. Mais ce n’est pas très grave et je supporte cette phase aiguë.

Mon médecin m’a signalé le risque d’un asthme allergique qui peut venir d’un rhume des foins non traité (remarque de la rédaction: un asthme non traité peut évoluer en asthme allergique dans 40% des cas au maximum).

Mais je n’ai jamais eu de problèmes à ce niveau. Tant que mon rhume des foins ne s’aggrave pas, je ne vois pas de raison de prendre des médicaments.

Une gêne minime

Je ne me suis jamais senti vraiment gêné et j’ai toujours des mouchoirs avec moi. Dans les pays du sud comme l’Espagne et l’Italie, mais aussi les pays asiatiques, mon rhume des foins disparaît même totalement.

Aujourd’hui, je ne pense plus à mon rhume des foins. Je ne veux pas me laisser abattre par cette allergie.»

Publié le 08.03.2017,

de Manuela Specker


Cela pourrait également vous intéresser: