Fermer

Vivre plus sainement?

Quand le nez coule et les yeux brûlent

Près de 1,2 million de personnes en Suisse – enfants, adolescents, adultes – en souffrent, chacun le connaît: le rhume des foins.

Près de 1,2 million de personnes en Suisse – enfants, adolescents, adultes – en souffrent, chacun le connaît: le rhume des foins.

Contrairement à ce que suggère son nom, ce n’est pas aux foins que les intéressés réagissent. Non. Ce sont les pollens de fleurs, les minuscules particules de grains de pollen d’arbres, de graminées et d’herbes qui leur posent problème.

La pleine saison se situe d’avril à août – lorsque les pollens volent dans les airs. Par temps clair, des pollens de plantes à floraison tardive peuvent encore sévir en septembre ou en octobre. De plus, les premiers pollens peuvent se libérer dès le mois de février ou de mars. Les personnes présentant des réactions allergiques ont parfois même des symptômes de rhume des foins dès le mois de décembre ou de janvier.

Quels sont les symptômes

Les symptômes classiques du rhume des foins sont les suivants: attaques d’éternuements, écoulement nasal et nez bouché, yeux qui démangent, qui brûlent ou qui pleurent.

De nombreuses personnes concernées ressentent également une sensation de picotement ou de brûlure dans la gorge et sur la muqueuse du pharynx. Certains patients souffrant d’une rhinite allergique développent également des inflammations dans la sphère ORL, notamment dans les sinus.

Les allergènes peuvent aussi déclencher des réactions allergiques au niveau des voies respiratoires inférieures et provoquer de la toux et une détresse respiratoire. Les patients qui ont le rhume des foins présentent donc un risque accru de développer un asthme allergique.

Par ailleurs, la concentration élevée d’allergènes durant la haute saison du pollen peut aussi renforcer des affections cutanées telles que la dermatite atopique ou l’urticaire.

Particularités saisonnières

Il n’est pas rare que des symptômes semblables à ceux du rhume des foins soient ressentis davantage que quatre semaines dans l’année, voire toute l’année durant, avec des particularités saisonnières.

Les allergènes peuvent aussi déclencher des réactions allergiques au niveau des voies respiratoires inférieures et provoquer de la toux et une détresse respiratoire. Les patients qui ont le rhume des foins présentent donc un risque accru de développer un asthme allergique.

Les allergènes peuvent aussi déclencher des réactions allergiques au niveau des voies respiratoires inférieures et provoquer de la toux et une détresse respiratoire. Les patients qui ont le rhume des foins présentent donc un risque accru de développer un asthme allergique.

Diagnostic

Le diagnostic s’établit généralement en plusieurs étapes. Il est dressé par un spécialiste, un allergologue, qui détermine les allergènes au moyen de tests cutanés. Des examens sanguins peuvent être réalisés en complément.

Traitements possibles

Pour chaque allergie, donc également en cas d’allergie respiratoire, la première règle consiste à éviter au maximum les allergènes identifiés. La chose n’est pas aisée avec le rhume des foins. C’est pourquoi d’autres mesures s’imposent dans la plupart des cas.

L’immunothérapie, également appelée désensibilisation, est une solution envisageable. Il s’agit d’une sorte de vaccination contre l’allergie. Elle fonctionne par exemple très bien en cas d’allergie aux pollens de graminées. Cette thérapie doit être suivie régulièrement et fait généralement effet trois ans.

L’immunothérapie, également appelée désensibilisation, est une solution envisageable. Il s’agit d’une sorte de vaccination contre l’allergie. Elle fonctionne par exemple très bien en cas d’allergie aux pollens de graminées. Cette thérapie doit être suivie régulièrement et fait généralement effet trois ans.

Certaines thérapies de la médecine complémentaire peuvent également soulager les symptômes avec succès. De surcroît, de nombreuses astuces pratiques permettent d’éviter les troubles. En voici quelques-unes:

  • Aérer brièvement seulement pendant la saison pollinique.
  • Installer un filtre à pollen, par exemple aux fenêtres ou dans la voiture.
  • Se laver les cheveux avant de se coucher.
  • Ne pas faire sécher le linge à l’extérieur.
  • Lorsque la concentration de pollens dans l’air est élevée, il est conseillé de limiter les séjours à l’air libre par beau temps venteux.
  • Porter des lunettes de soleil.
  • Ne pas faire de sport à l’extérieur, mais à l’intérieur. 

Cela pourrait également vous intéresser: