Fermer

Vivre plus sainement?

La méthode douce

Les symptômes allergiques légers ne nécessitent pas de se tourner immédiatement vers les produits chimiques. L’homéopathie, les plantes ou l’acupuncture peuvent aussi aider.

Nez qui coule, crises d’éternuements et yeux qui piquent: pour les personnes allergiques, la saison des pollens est ouverte depuis longtemps. Leur système immunitaire considère les pollens inoffensifs comme des ennemis et produit quantité d’histamine, qui déclenche les symptômes allergiques typiques.

Généralement, elles se tournent alors vers des collyres apaisants et des sprays nasaux, ou des comprimés antihistaminiques contenant des principes actifs comme la cétirizine, la loratadine ou la fexofénadine. Ces derniers atténuent les effets de l’histamine. Parfois, ces mesures s’avèrent toutefois insuffisantes. Le médecin injecte alors de la cortisone.

Une thérapie complémentaire

Toutefois, tout le monde ne souhaite pas prendre des produits pharmaceutiques pendant toute la saison ou avoir des piqûres de cortisone durablement. Si les troubles sont faibles ou modérés, des méthodes plus douces peuvent être testées.

Elles conviennent également en thérapie complémentaire et peuvent ainsi réduire la quantité de médicaments anti-allergie, et ce sans effets secondaires additionnels.

Attention en cas de crise allergique aiguë

A la différence des produits chimiques, les méthodes douces sont néanmoins moins efficaces lors de crises allergiques aiguës. Comme elles équilibrent le système immunitaire et activent les forces d’auto-guérison du corps, il est plutôt conseillé de les prendre à titre prophylactique, c’est-à-dire avant même l’apparition des premiers symptômes.

Si les méthodes douces ne portent pas leurs fruits, rendez-vous impérativement chez le médecin. Car une allergie non traitée peut empirer: au rhume des foins s’ajoute alors un asthme allergique au fil du temps.

Homéopathie

Pour les petits bobos du quotidien, beaucoup font confiance à l’homéopathie - même s’il n’a pas encore été prouvé comment les agents actifs fortement dilués pouvaient activer les forces d’auto-guérison du corps. Les chercheurs pensent pour leur part qu’il y a là un fort effet de placebo. Malgré tout, il ne peut pas faire de mal d’essayer, car il n’existe pratiquement aucun effet secondaire.

Pour le rhume des foins, des études ont montré l’efficacité de la substance active Galphimia glauca. Les personnes testées ont parlé d’un effet similaire à celui obtenu avec un antihistaminique. Cette action semble avant tout s’opérer contre les symptômes pénibles ressentis aux yeux, mais aussi au niveau du nez.

Les pharmacies proposent des mélanges homéopathiques tout prêts contre le rhume des foins. Ils contiennent souvent de l’euphraise contre les symptômes oculaires ainsi que de la Sabadilla et de la Luffa operculata contre le nez bouché. Les granules de pulmonaire (Adhatoda vasica) auraient également la vertu de stopper les nez qui coulent et de libérer les voies respiratoires.

Phytothérapie

Eviter les pollens
  • Installer un filtre à pollen devant les fenêtres et dans la voiture
  • A la campagne, aérer brièvement le soir; en ville, faites-le le matin
  • Informez-vous au sujet du calendrier des pollens
  • Lavez-vous les cheveux avant d’aller vous coucher, n’amenez pas vos vêtements dans votre chambre à coucher, ne faites pas sécher vos vêtements dehors
  • Une douche nasale pratiquée le soir avec du sel de cuisine élimine les pollens de la muqueuse du nez
  • Allez vous promener après une averse, faites du sport à l’intérieur
  • Durant la saison pollinique, passez vos vacances à la montagne ou au bord de la mer

Informations et conseil auprès de aha! Centre d’Allergie Suisse

Certains remèdes à base de plante ont aussi la propriété de soulager les symptômes allergiques. L’extrait de feuilles de pétasite a fait ses preuves. Une étude comparative a montré que son action était aussi bonne que le principe actif de la fexofénadine, un antihistaminique.

Pour le rhume des foins, on a aussi souvent recours à l’huile de cumin noir, qui a montré un effet antiallergique dans des études. Elle équilibrerait également le système immunitaire et lui fournirait de précieux acides gras polyinsaturés.

La pulmonaire doit aussi agir contre les allergies et les inflammations, dégager les bronches et apaiser les éternuements.

L’euphraise a la réputation d’agir de façon ciblée contre l’irritation des yeux due à l’allergie. Elle existe sous forme de gouttes ou de thé.

Acupuncture/acupression

L’acupuncture fait partie des thérapies de la médecine traditionnelle chinoise (abrégée MTC). Le stimulus de certaines régions a pour objet de booster les forces d’auto-guérison du corps. Les scientifiques supposent de leur côté que le stimulus dans le cerveau déclenche la sécrétion accrue de substances anti-inflammatoires.

Une étude australienne de petite envergure a montré il y a deux ans que l’acupuncture pouvait soulager des troubles allergiques. L’OMC recommande elle aussi cette méthode en cas d’allergies.

Inconvénient: l’acupuncture requiert l’intervention d’un spécialiste et peut rapidement revenir à cher. En alternative, on peut se tourner vers l’acupression, qui fonctionne d’après le même principe, mais sans aiguilles. A la place, les bouts des doigts pressent, tournent ou tapotent sur un point précis du corps pour déclencher l’effet souhaité.

Pour le rhume des foins, le point d’acupression suivant devrait aider: placer l’index et le médium sous les narines et les laisser appuyés pendant environ 5 minutes avec une pression moyenne.

Champignons médicinaux

Les adeptes de la MTC ne jurent également que par l’action des champignons médicinaux, qui auraient pour vertu de rééquilibrer le système immunitaire surréagissant. Le rheishi en particulier, souvent associé à l’hericium ou la pleurote, est sensé avoir un effet positif sur le système immunitaire, en limitant la sécrétion d’histamine et en luttant ainsi contre le nez qui coule et les yeux qui grattent. Les champignons médicinaux sont vendus sous la forme de capsules ou de poudre en pharmacie dans les drogueries.

de Andreas Grote


Cela pourrait également vous intéresser: